DICTIONNAIRE DES DONNEES

Référentiel hydrogéologique

URI: http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/2002-1
Code Sandre: SAQ
Version:
Statut: Validé
Noter cette fiche :

Synthèse géologique de l'entité

Cet attribut est défini dans le dictionnaire Sandre Référentiel hydrogéologique version 2002-1

La synthèse géologique décrit les principales caractéristiques géologiques de l’entité hydrogéologique. Plus particulièrement, il sera indiqué : La nature et la lithologie des formations en présence (aquifères et non aquifères), le faciès, l’âge et les épaisseurs des principales formations géologiques constituant l’entité, le contexte structural de l'entité, l'agencement des différentes formations et leur pendage. La synthèse géologique ne traitera ni de l’extension géographique, ni des caractéristiques hydrogéologiques de l’entité. Un exemple de description : « Les garrigues calcaires jurassiques (143a) de Murviel-les-Montpellier, du Causse d’Aumelas et de la Montagne de la Moure, se situent en retrait par rapport à la structure chevauchante du pli de Montpellier Ouest. Ces formations karstiques s’ennoient plus vers l’Ouest sous les grès, marnes et argiles du Cétacé et Tertiaire du bassin de Villeveyrac à Pézenas au Nord, et de Mèze à Marseillan au Sud, puis sous l’étang de Thau. Ce vaste secteur captif (143a+) se prolonge également sous le bassin tertiaire de Montbazin-Gigean depuis Bouzigues et Balaruc-le-Vieux au Sud Ouest et jusqu’à Juvignac et Montpellier au Nord Est. Les mêmes formations calcaires et dolomitiques du Jurassique moyen et supérieur constituent l’ossature de la Montagne de la Gardiole (143c) également orientée Nord Est à Sud Ouest entre St-Jean-de-Védas et Balaruc-les-Bains, et celle du Mont Saint-Clair à Sète. (partie rattachée à l’unité 143c). Les secteurs sous couverture Mio-plio-quaternaire allant de Sète à Frontignan, et plus vers le Nord à Lattes et au Pont-Trinquat forment la partie captive de cet aquifère karstique en direction du littoral. Ces formations calcaires plongent très rapidement en direction des étangs et de la Mer, et le toit des calcaires se rencontre à plus de 500 ou 1000 m sous le rivage de la Méditerranée. » [BD RHF Agence de l’Eau RMC]

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/2002-1/SyntheseGeolEntiteHydroGeol
SyntheseGeolEntiteHydroGeol
cct:TextType
Haut