DICTIONNAIRE DES DONNEES

Référentiel hydrogéologique

URI: http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8
Code Sandre: SAQ
Version: 0.8
Statut: Validé
Noter cette fiche :

CLASSIFICATION HYDROGEOLOGIQUE

La classification hydrogéologique est une qualification globale du comportement hydrodynamique du réservoir des entités hydrogéologiques selon les quatre catégories suivantes : - Aquifères continus - Aquifères discontinus - Formations semi-perméables - Formations très peu perméables

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/CLASSHYDROGEOL
CLASSHYDROGEOL

Liste des propriétés:

Code attribué à l'une des occurrences de la classification hydrogéologique permettant de qualifier globalement le comportement hydrodynamique du réservoir des entités hydrogéologiques. Les valeurs possibles sont décrites dan sla nomenclature n°97.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/CdClassHydrogeol
CdClassHydrogeol
Code attribué à l'une des occurrences de la classification hydrogéologique permettant de qualifier globalement le comportement hydrodynamique du réservoir des entités hydrogéologiques. Les valeurs possibles sont décrites dan sla nomenclature n°97.
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/97

Libellé attribué à chaque occurrence de la classification hydrogéologique permettant de qualifier globalement le comportement hydrodynamique du réservoir des entités hydrogéologiques.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/LbClassHydrogeol
LbClassHydrogeol
Libellé attribué à chaque occurrence de la classification hydrogéologique permettant de qualifier globalement le comportement hydrodynamique du réservoir des entités hydrogéologiques.
0
1
cct:TextType
30

Liste des associations:

Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la st...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EntiteHydrogeol
EntiteHydrogeolClass
Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la stratigraphie, et au sein duquel des systèmes aquifères pourront, ou non, être individualisés. Les conditions hydrodynamiques aux limites d'un domaine hydrogéologique ne sont pas nécessairement définies. On entend par "système aquifère", un domaine hydrogéologique dont toutes les parties sont en liaison hydraulique et qui est circonscrit par des limites faisant obstacle à toute propagation d'influence appréciable vers l'extérieur. La liste des entités hydrogéologiques est diffusée par le SANDRE.
0
*

Le type lithologique est une nomenclature servant à qualifier des superficies d’affleurements pouvant atteindre plusieurs centaines ou milliers de km2. Elle est décrite dans la nomanclature n°166.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/TypeLithologique
TypeLithologiqueClass
Le type lithologique est une nomenclature servant à qualifier des superficies d’affleurements pouvant atteindre plusieurs centaines ou milliers de km2. Elle est décrite dans la nomanclature n°166.
0
*

CARTE GEOLOGIQUE

Les cartes géologiques détaillées éditées par le BRGM sont à l'échelle du 1/50 000 ème pour les éditions récentes qui couvrent actuellement plus de 90 % du territoire métropolitain. Elles sont disponibles sous format papier, scanné et vecteur (moins de 30%). Une série plus ancienne existe au 1/80 000, mais certaines coupures sont épuisées (disponibles seulement en reproduction photographique assez onéreuses). De ce fait, quelques portions du territoire ne sont couvertes par aucune carte géologique détaillée disponible. Une série plus synthétique au 1/250 000 existe (format papier et scanné), mais elle concerne moins de la moitié du territoire (Nord et Sud-Est). Cette série remplace une autre, épuisée, qui était à l'échelle du 1/320 000. A ces cartes, s'ajoutent parfois des cartes géologiques synthétiques à l'échelle du 1/250 000 ème.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/CarteGeologique
CarteGeologique

Liste des propriétés:

Code attribué à chaque carte géologique à des fins d'identification au sein d'une même série (1/50.000, 1/80.000, ...). L'identification complète d'une carte s'effectue à l'aide de son code au sein de la série et du code de l'échelle de la série ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/CdCarteGeologique
CdCarteGeologique
Code attribué à chaque carte géologique à des fins d'identification au sein d'une même série (1/50.000, 1/80.000, ...). L'identification complète d'une carte s'effectue à l'aide de son code au sein de la série et du code de l'échelle de la série à laquelle elle appartient (cf. attribut : 'Echelle de la carte géologique') : - 1 (1/50.000) - 2 (1/80.000) - 3 (1/250.000) La liste des cartes géologiques est administrée par le BRGM Service Public qui en a la responsabilité.
1
1
cct:IdentifierType
4

L'échelle de la carte géologique est le rapport entre les dimensions d'un objet géologique du territoire et celles de sa représentation sur la carte. Elle est décrite à l'aide de l'un des codes suivants et intervient dans l'identification de la ca...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EchelleCarteGeologique
EchelleCarteGeologique
L'échelle de la carte géologique est le rapport entre les dimensions d'un objet géologique du territoire et celles de sa représentation sur la carte. Elle est décrite à l'aide de l'un des codes suivants et intervient dans l'identification de la carte qui peut avoir le même code pour des échelles de représentation différentes. Exemple : 230 - NANCY (1/50.000) 230 - TOULOUSE (1/80.000) Les codes de valeurs possibles sont définis dans la nomenclature n°98. La liste des cartes géologiques est administrée par le BRGM Service Public qui en a la responsabilité.
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/98

Nom de la carte géologique fournissant une indication sur la zone géographique qu'elle couvre. Il s'agit généralement du nom de la principale localité située sur la carte. La liste des cartes géologiques est administrée par le BRGM Service Public...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/LbCarteGeologique
LbCarteGeologique
Nom de la carte géologique fournissant une indication sur la zone géographique qu'elle couvre. Il s'agit généralement du nom de la principale localité située sur la carte. La liste des cartes géologiques est administrée par le BRGM Service Public qui en a la responsabilité.
0
1
cct:TextType
30

Liste des associations:

Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la st...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EntiteHydrogeol
EntiteHydrogeolCart
Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la stratigraphie, et au sein duquel des systèmes aquifères pourront, ou non, être individualisés. Les conditions hydrodynamiques aux limites d'un domaine hydrogéologique ne sont pas nécessairement définies. On entend par "système aquifère", un domaine hydrogéologique dont toutes les parties sont en liaison hydraulique et qui est circonscrit par des limites faisant obstacle à toute propagation d'influence appréciable vers l'extérieur. La liste des entités hydrogéologiques est diffusée par le SANDRE.
0
*

ENTITE HYDROGEOLOGIQUE

Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la stratigraphie, et au sein duquel des systèmes aquifères pourront, ou non, être individualisés. Les conditions hydrodynamiques aux limites d'un domaine hydrogéologique ne sont pas nécessairement définies. On entend par "système aquifère", un domaine hydrogéologique dont toutes les parties sont en liaison hydraulique et qui est circonscrit par des limites faisant obstacle à toute propagation d'influence appréciable vers l'extérieur. La liste des entités hydrogéologiques est diffusée par le SANDRE.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EntiteHydrogeol
EntiteHydrogeol

Liste des propriétés:

Le code de l'entité hydrogéologique est l'identifiant attribué à chaque entité hydrogéologique. Il a pour origine la codification Margat. L'attribution d'un code se fera sous le contrôle de la cellule de coordination des entités hydrogéologiques ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/CdEntiteHydrogeol
CdEntiteHydrogeol
Le code de l'entité hydrogéologique est l'identifiant attribué à chaque entité hydrogéologique. Il a pour origine la codification Margat. L'attribution d'un code se fera sous le contrôle de la cellule de coordination des entités hydrogéologiques (C.C.E.H.) dont le secrétariat permanent sera assuré par le SANDRE. La liste des entités hydrogéologiques est diffusée par le SANDRE qui en a la responsabilité.
1
1
cct:IdentifierType
8

Mot ou ensemble de quelques mots composant l'appellation commune de l'entité hydrogéologique. Comme pour le code, l'attribution d'un nom se fera sous le contrôle de la cellule de coordination des entités hydrogéologiques (C.C.E.H.) qui veillera à...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/NomEntiteHydrogeol
NomEntiteHydrogeol
Mot ou ensemble de quelques mots composant l'appellation commune de l'entité hydrogéologique. Comme pour le code, l'attribution d'un nom se fera sous le contrôle de la cellule de coordination des entités hydrogéologiques (C.C.E.H.) qui veillera à ce qu'il n'y ait pas deux appellations identiques. Les noms des entités hydrogéologiques sont en majuscules exceptée l’indication qui précise une subdivision quand celle-ci ne peut être identifiée à l’aide d’un toponyme. Exemples de nom : BIGORRE MASSIF DE SAINT PE MAINE (a) Les noms des subdivisions des entités hydrogéologiques se composent : - du nom de l'entité hydrogéologique principale séparé du nom de la subdivision par la barre de la division ‘/’ ; - ou du nom de l'entité hydrogéologique principale complété du code de la subdivision. Exemples de nom : ILE CREMIEU / PLAINE D’OPTEVOZ LOUDUN (a) La liste des entités hydrogéologiques est diffusée par le SANDRE.
0
1
cct:TextType
80

Le statut de l'entité hydrogéologique prend pour valeur celle de la nomenclature n°390. Il résulte du mécanisme de création d'une entité hydrogéologique. Celui-ci s'effectue en deux étapes, déclenché par la demande d'un organisme pour l'enregis...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/StatEntiteHydrogeol
StatEntiteHydrogeol
Le statut de l'entité hydrogéologique prend pour valeur celle de la nomenclature n°390. Il résulte du mécanisme de création d'une entité hydrogéologique. Celui-ci s'effectue en deux étapes, déclenché par la demande d'un organisme pour l'enregistrement d'une nouvelle entité hydrogéologique. - Afin de permettre une utilisation immédiate de l'entité hydrogéologique, un numéro provisoire sera émis après qu'un contrôle sémantique ait montré la non existence de l'entité hydrogéologique. - Puis, sur une base annuelle, toutes les demandes de création de nouveaux codes sont soumises à la cellule de coordination des entités hydrogéologiques qui statue sur la nécessité de chaque création. Si la création est acceptée, celle-ci est déclarée validée. Dans le cas inverse, la cellule désigne l'entité hydrogéologique existante correspondant à celle demandée. Le code provisoire attribué est alors gelé indéfiniment.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/390

La date de création de l'entité hydrogéologique est la date exprimée au jour près à laquelle l'entité hydrogéologique a été enregistrée dans la nomenclature nationale des entités hydrogéologiques.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/DtCreaEntiteHydrogeol
DtCreaEntiteHydrogeol
La date de création de l'entité hydrogéologique est la date exprimée au jour près à laquelle l'entité hydrogéologique a été enregistrée dans la nomenclature nationale des entités hydrogéologiques.
0
1
cct:DateType

La date de modification de l'entité hydrogéologique est la date exprimée au jour près à laquelle les renseignements sur l'entité hydrogéologique contenu dans la nomenclature nationale des entités hydrogéologiques ont été actualisés.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/DtModifEntiteHydrogeol
DtModifEntiteHydrogeol
La date de modification de l'entité hydrogéologique est la date exprimée au jour près à laquelle les renseignements sur l'entité hydrogéologique contenu dans la nomenclature nationale des entités hydrogéologiques ont été actualisés.
0
1
cct:DateType

L'auteur de la fiche descriptive de l'entité hydrogéologique est l'intervenant qui est à l'origine de sa création. C'est à dire qu'il aura préalablement délimité et décrit les contours suivant les critères nationaux. Toutes les modifications ul...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/AuteurFicheEntiteHydrogeol
AuteurFicheEntiteHydrogeol
L'auteur de la fiche descriptive de l'entité hydrogéologique est l'intervenant qui est à l'origine de sa création. C'est à dire qu'il aura préalablement délimité et décrit les contours suivant les critères nationaux. Toutes les modifications ultérieures de quelque nature qu'elles soient, même issues d'intervenants autres que l'auteur, n'auront aucun impact sur cette donnée.
0
1
cct:TextType
50

La nature de l'entité hydrogéologique est décrite dans la nomenclature n°86. Mais seul les codes 1 et 2 sont valides pour cette version.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/NatEntiteHydrogeol
NatEntiteHydrogeol
La nature de l'entité hydrogéologique est décrite dans la nomenclature n°86. Mais seul les codes 1 et 2 sont valides pour cette version.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/86

L'état de l'entité hydrogéologique est décrit dans la nomenclature n°350.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EtatEntiteHydrogeol
EtatEntiteHydrogeol
L'état de l'entité hydrogéologique est décrit dans la nomenclature n°350.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/350

La structure de l'entité hydrogéologique décrit à l'aide dans la nomenclature n°169.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/StructureEntiteHydrogeol
StructureEntiteHydrogeol
La structure de l'entité hydrogéologique décrit à l'aide dans la nomenclature n°169.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/169

Les généralités relatives au entité hydrogéologique sont les descriptions géographiques, géologiques ou autres relatives à l'entité hydrogéologique.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/GenEntiteHydrogeol
GenEntiteHydrogeol
Les généralités relatives au entité hydrogéologique sont les descriptions géographiques, géologiques ou autres relatives à l'entité hydrogéologique.
0
1
cct:TextType

Appellation couramment utilisée pour désigner localement la stratigraphie de l'entité hydrogéologique. Par exemple : - calcaires de Beauce - sables de Fontainebleau - Calcaires de Champigny...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/DenomStratigraphiqLocale
DenomStratigraphiqLocale
Appellation couramment utilisée pour désigner localement la stratigraphie de l'entité hydrogéologique. Par exemple : - calcaires de Beauce - sables de Fontainebleau - Calcaires de Champigny...
0
1
cct:TextType
40

Le type dominant du réservoir caractérise le mode de gisement à l'aide de la nomenclature n°87.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/TypeDominantReservoir
TypeDominantReservoir
Le type dominant du réservoir caractérise le mode de gisement à l'aide de la nomenclature n°87.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/87

Epaisseur d'eau moyenne estimée comprise entre le mur de formation et : - le niveau piézométrique le plus haut pour une nappe libre, - le toit de la formation pour les nappes captives. Exprimée en mètre.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EpaisMouilleeMoyenne
EpaisMouilleeMoyenne
Epaisseur d'eau moyenne estimée comprise entre le mur de formation et : - le niveau piézométrique le plus haut pour une nappe libre, - le toit de la formation pour les nappes captives. Exprimée en mètre.
0
1
cct:NumericType

Epaisseur d'eau minimale estimée comprise entre le mur de formation et : - le niveau piézométrique le plus haut pour une nappe libre, - le toit de la formation pour les nappes captives. Exprimée en mètre.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EpaisMouilleeMinimale
EpaisMouilleeMinimale
Epaisseur d'eau minimale estimée comprise entre le mur de formation et : - le niveau piézométrique le plus haut pour une nappe libre, - le toit de la formation pour les nappes captives. Exprimée en mètre.
0
1
cct:NumericType

Epaisseur d'eau maximale estimée comprise entre le mur de formation et : - le niveau piézométrique le plus haut pour une nappe libre, - le toit de la formation pour les nappes captives. Exprimée en mètre.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EpaisMouilleeMaximale
EpaisMouilleeMaximale
Epaisseur d'eau maximale estimée comprise entre le mur de formation et : - le niveau piézométrique le plus haut pour une nappe libre, - le toit de la formation pour les nappes captives. Exprimée en mètre.
0
1
cct:NumericType

Profondeur moyenne d'accès à l'eau (par forage par exemple) correspondant à la distance maximale, sur toute la superficie de l'entité hydrogéologique, entre le sol et la surface piézométrique d'une nappe libre ou du toit d'une nappe captive. Expr...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/ProfAccesMoyenne
ProfAccesMoyenne
Profondeur moyenne d'accès à l'eau (par forage par exemple) correspondant à la distance maximale, sur toute la superficie de l'entité hydrogéologique, entre le sol et la surface piézométrique d'une nappe libre ou du toit d'une nappe captive. Exprimée en mètre.
0
1
cct:NumericType

Profondeur minimale d'accès à l'eau (par forage par exemple) correspondant à la distance maximale, sur toute la superficie de l'entité hydrogéologique, entre le sol et la surface piézométrique d'une nappe libre ou du toit d'une nappe captive. Expr...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/ProfAccesMinimale
ProfAccesMinimale
Profondeur minimale d'accès à l'eau (par forage par exemple) correspondant à la distance maximale, sur toute la superficie de l'entité hydrogéologique, entre le sol et la surface piézométrique d'une nappe libre ou du toit d'une nappe captive. Exprimée en mètre.
0
1
cct:NumericType

Profondeur maximale d'accès à l'eau (par forage par exemple) correspondant à la distance maximale, sur toute la superficie de l'entité hydrogéologique, entre le sol et la surface piézométrique d'une nappe libre ou du toit d'une nappe captive. Exp...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/ProfAccesMaximale
ProfAccesMaximale
Profondeur maximale d'accès à l'eau (par forage par exemple) correspondant à la distance maximale, sur toute la superficie de l'entité hydrogéologique, entre le sol et la surface piézométrique d'une nappe libre ou du toit d'une nappe captive. Exprimée en mètre.
0
1
cct:NumericType

Paramètre régissant le débit moyen de l'eau qui s'écoule par unité de largeur de la zone saturée d'un aquifère continu (mesurée selon une direction orthogonale à celle de l'écoulement), et par unité de gradient hydraulique. Produit du coefficient ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/TransmissiviteMoyenne
TransmissiviteMoyenne
Paramètre régissant le débit moyen de l'eau qui s'écoule par unité de largeur de la zone saturée d'un aquifère continu (mesurée selon une direction orthogonale à celle de l'écoulement), et par unité de gradient hydraulique. Produit du coefficient de perméabilité (de Darcy) K par la puissance aquifère b, en milieu isotrope, ou produit de la composante tenseur de perméabilité parallèle à la direction d'écoulement par la puissance aquifère (orthogonale à cette direction), en milieu anisotrope. La liste des entités hydrogéologiques est administrée par le SANDRE qui en a la responsabilité. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany, J. Margat. Exprimée en mètre cube /seconde
0
1
cct:NumericType

Paramètre régissant le débit minimal de l'eau qui s'écoule par unité de largeur de la zone saturée d'un aquifère continu (mesurée selon une direction orthogonale à celle de l'écoulement), et par unité de gradient hydraulique. Produit du coefficien...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/TransmissiviteMinimale
TransmissiviteMinimale
Paramètre régissant le débit minimal de l'eau qui s'écoule par unité de largeur de la zone saturée d'un aquifère continu (mesurée selon une direction orthogonale à celle de l'écoulement), et par unité de gradient hydraulique. Produit du coefficient de perméabilité (de Darcy) K par la puissance aquifère b, en milieu isotrope, ou produit de la composante tenseur de perméabilité parallèle à la direction d'écoulement par la puissance aquifère (orthogonale à cette direction), en milieu anisotrope. La liste des entités hydrogéologiques est administrée par le SANDRE qui en a la responsabilité. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany, J. Margat Exprimée en mètre cube /seconde
0
1
cct:NumericType

Paramètre régissant le débit maximal de l'eau qui s'écoule par unité de largeur de la zone saturée d'un aquifère continu (mesurée selon une direction orthogonale à celle de l'écoulement), et par unité de gradient hydraulique. Produit du coefficien...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/TransmissiviteMaximale
TransmissiviteMaximale
Paramètre régissant le débit maximal de l'eau qui s'écoule par unité de largeur de la zone saturée d'un aquifère continu (mesurée selon une direction orthogonale à celle de l'écoulement), et par unité de gradient hydraulique. Produit du coefficient de perméabilité (de Darcy) K par la puissance aquifère b, en milieu isotrope, ou produit de la composante tenseur de perméabilité parallèle à la direction d'écoulement par la puissance aquifère (orthogonale à cette direction), en milieu anisotrope. La liste des entités hydrogéologiques est administrée par le SANDRE qui en a la responsabilité. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany, J. Margat. Exprimée en mètre cube /seconde
0
1
cct:NumericType

Aptitude d'un milieu à se laisser traverser par un fluide sous l'effet d'un gradient de potentiel. Elle s'exprime quantitativement par la 'perméabilité intrinsèque' et, pour l'eau, par le 'coefficient de perméabilité' (de Darcy) ou 'perméabilité'...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/PermeabiliteMoyenne
PermeabiliteMoyenne
Aptitude d'un milieu à se laisser traverser par un fluide sous l'effet d'un gradient de potentiel. Elle s'exprime quantitativement par la 'perméabilité intrinsèque' et, pour l'eau, par le 'coefficient de perméabilité' (de Darcy) ou 'perméabilité' pris en abrégé dans ce sens quantitatif. Le coefficient de Darcy est le paramètre mesurant la perméabilité d'un corps (roche, matériau) assimilé à un milieu continu et isotrope vis-à-vis d'un fluide homogène déterminé, de densité et viscosité cinématique constantes, notamment de l'eau. Dans le cadre du dictionnaire il s'agit du volume de fluide moyen qui traverse, en une unité de temps, sous l'effet d'une unité de gradient hydraulique, une unité de surface orthogonale à la direction du flux dans des conditions de validité de la loi de Darcy. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany, J. Margat. Exprimée en mètre /seconde
0
1
cct:NumericType

Aptitude d'un milieu à se laisser traverser par un fluide sous l'effet d'un gradient de potentiel. Elle s'exprime quantitativement par la 'perméabilité intrinsèque' et, pour l'eau, par le 'coefficient de perméabilité' (de Darcy) ou 'perméabilité'...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/PermeabiliteMinimale
PermeabiliteMinimale
Aptitude d'un milieu à se laisser traverser par un fluide sous l'effet d'un gradient de potentiel. Elle s'exprime quantitativement par la 'perméabilité intrinsèque' et, pour l'eau, par le 'coefficient de perméabilité' (de Darcy) ou 'perméabilité' pris en abrégé dans ce sens quantitatif. Le coefficient de Darcy est le paramètre mesurant la perméabilité d'un corps (roche, matériau) assimilé à un milieu continu et isotrope vis-à-vis d'un fluide homogène déterminé, de densité et viscosité cinématique constantes, notamment de l'eau. Dans le cadre du dictionnaire il s'agit du volume de fluide minimum qui traverse, en une unité de temps, sous l'effet d'une unité de gradient hydraulique, une unité de surface orthogonale à la direction du flux dans des conditions de validité de la loi de Darcy. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany, J. Margat. Exprimée en mètre / seconde.
0
1
cct:NumericType

Aptitude d'un milieu à se laisser traverser par un fluide sous l'effet d'un gradient de potentiel. Elle s'exprime quantitativement par la 'perméabilité intrinsèque' et, pour l'eau, par le 'coefficient de perméabilité' (de Darcy) ou 'perméabilité'...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/PermeabiliteMaximale
PermeabiliteMaximale
Aptitude d'un milieu à se laisser traverser par un fluide sous l'effet d'un gradient de potentiel. Elle s'exprime quantitativement par la 'perméabilité intrinsèque' et, pour l'eau, par le 'coefficient de perméabilité' (de Darcy) ou 'perméabilité' pris en abrégé dans ce sens quantitatif. Le coefficient de Darcy est le paramètre mesurant la perméabilité d'un corps (roche, matériau) assimilé à un milieu continu et isotrope vis-à-vis d'un fluide homogène déterminé, de densité et viscosité cinématique constantes, notamment de l'eau. Dans le cadre du dictionnaire il s'agit du volume de fluide maximum qui traverse, en une unité de temps, sous l'effet d'une unité de gradient hydraulique, une unité de surface orthogonale à la direction du flux dans des conditions de validité de la loi de Darcy. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany, J. Margat. Expriméé en mètre/seconce.
0
1
cct:NumericType

Valeur moyenne du rapport du volume d'eau gravitaire qu'un milieu poreux peut contenir en état de saturation puis libérer sous l'effet d'un drainage complet (égouttage en laboratoire sur échantillon), à son volume total. Terme complémentaire de la...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/PorositeUtileMoyenne
PorositeUtileMoyenne
Valeur moyenne du rapport du volume d'eau gravitaire qu'un milieu poreux peut contenir en état de saturation puis libérer sous l'effet d'un drainage complet (égouttage en laboratoire sur échantillon), à son volume total. Terme complémentaire de la capacité de rétention. La porosité utile ne peut être renseignée que pour les entité hydrogéologiques à nappe libre. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany, J. Margat.
0
1
cct:NumericType

Valeur minimale du rapport du volume d'eau gravitaire qu'un milieu poreux peut contenir en état de saturation puis libérer sous l'effet d'un drainage complet (égouttage en laboratoire sur échantillon), à son volume total. Terme complémentaire de l...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/PorositeUtileMinimale
PorositeUtileMinimale
Valeur minimale du rapport du volume d'eau gravitaire qu'un milieu poreux peut contenir en état de saturation puis libérer sous l'effet d'un drainage complet (égouttage en laboratoire sur échantillon), à son volume total. Terme complémentaire de la capacité de rétention. La porosité utile ne peut être renseignée que pour les entité hydrogéologiques à nappe libre. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany, J. Margat.
0
1
cct:NumericType

Valeur maximale du rapport du volume d'eau gravitaire qu'un milieu poreux peut contenir en état de saturation puis libérer sous l'effet d'un drainage complet (égouttage en laboratoire sur échantillon), à son volume total. Terme complémentaire de l...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/PorositeUtileMaximale
PorositeUtileMaximale
Valeur maximale du rapport du volume d'eau gravitaire qu'un milieu poreux peut contenir en état de saturation puis libérer sous l'effet d'un drainage complet (égouttage en laboratoire sur échantillon), à son volume total. Terme complémentaire de la capacité de rétention. La porosité utile ne peut être renseignée que pour les entité hydrogéologiques à nappe libre. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany, J. Margat.
0
1
cct:NumericType

Volume d'eau moyen libéré ou emmagasiné par unité de volume du milieu aquifère, par unité de variation de charge hydraulique correspondante, sans référence au temps. Caractéristique significative pour un aquifère captif à compressibilité et élast...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/CoefficientEmmagasinementMoyen
CoefficientEmmagasinementMoyen
Volume d'eau moyen libéré ou emmagasiné par unité de volume du milieu aquifère, par unité de variation de charge hydraulique correspondante, sans référence au temps. Caractéristique significative pour un aquifère captif à compressibilité et élasticité non négligeables. Le coefficient d'emmagasinement ne peut être renseigné que pour les entités hydrogéologiques à nappe captive. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany, J. Margat.
0
1
cct:NumericType

Volume d'eau minimal libéré ou emmagasiné par unité de volume du milieu aquifère, par unité de variation de charge hydraulique correspondante, sans référence au temps. Caractéristique significative pour un aquifère captif à compressibilité et éla...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/CoefficientEmmagasinementMinimal
CoefficientEmmagasinementMinimal
Volume d'eau minimal libéré ou emmagasiné par unité de volume du milieu aquifère, par unité de variation de charge hydraulique correspondante, sans référence au temps. Caractéristique significative pour un aquifère captif à compressibilité et élasticité non négligeables. Le coefficient d'emmagasinement ne peut être renseigné que pour les entités hydrogéologiques à nappe captive. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany, J. Margat.
0
1
cct:NumericType

Volume d'eau maximal libéré ou emmagasiné par unité de volume du milieu aquifère, par unité de variation de charge hydraulique correspondante, sans référence au temps. Caractéristique significative pour un aquifère captif à compressibilité et éla...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/CoefficientEmmagasinementMaximal
CoefficientEmmagasinementMaximal
Volume d'eau maximal libéré ou emmagasiné par unité de volume du milieu aquifère, par unité de variation de charge hydraulique correspondante, sans référence au temps. Caractéristique significative pour un aquifère captif à compressibilité et élasticité non négligeables. Le coefficient d'emmagasinement ne peut être renseigné que pour les entités hydrogéologiques à nappe captive. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany, J. Margat.
0
1
cct:NumericType

Superficie en kilomètres-carrés de la surface projetée au sol des contours affleurants ou profonds de l'entité hydrogéologique. La liste des entités hydrogéologiques est administrée par le SANDRE qui en a la responsabilité.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/SuperficieSolEntiteHydrogeol
SuperficieSolEntiteHydrogeol
Superficie en kilomètres-carrés de la surface projetée au sol des contours affleurants ou profonds de l'entité hydrogéologique. La liste des entités hydrogéologiques est administrée par le SANDRE qui en a la responsabilité.
0
1
cct:NumericType

Les commentaires sur l'entité hydrogéologique font référence aux informations que l'auteur ne peut fournir à l'aide des caractéristiques formalisées qui décrivent l'entité hydrogéologique mais qu'il souhaite cependant porter à la connaissance de l...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/ComEntiteHydrogeol
ComEntiteHydrogeol
Les commentaires sur l'entité hydrogéologique font référence aux informations que l'auteur ne peut fournir à l'aide des caractéristiques formalisées qui décrivent l'entité hydrogéologique mais qu'il souhaite cependant porter à la connaissance de l'utilisateur de la fiche.
0
1
cct:TextType

Liste des associations:

La classification hydrogéologique est une qualification globale du comportement hydrodynamique du réservoir des entités hydrogéologiques selon les quatre catégories suivantes : - Aquifères continus - Aquifères discontinus - Formations semi-perm...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/CLASSHYDROGEOL
CLASSHYDROGEOLEnt
La classification hydrogéologique est une qualification globale du comportement hydrodynamique du réservoir des entités hydrogéologiques selon les quatre catégories suivantes : - Aquifères continus - Aquifères discontinus - Formations semi-perméables - Formations très peu perméables
1
1

Nature chimique des formations de la roche décrite à l'aide de la nomenclature n°89. On entend par roche, le matériau constitutif de l’écorce terrestre, formé d’un agrégat de minéraux et présentant une homogénéité de composition, de structure et d...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/NATCHIMRES
NATCHIMRESEntHy
Nature chimique des formations de la roche décrite à l'aide de la nomenclature n°89. On entend par roche, le matériau constitutif de l’écorce terrestre, formé d’un agrégat de minéraux et présentant une homogénéité de composition, de structure et de mode de formation.
0
*

Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la st...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EntiteHydrogeol
EntiteHydrogeolog
Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la stratigraphie, et au sein duquel des systèmes aquifères pourront, ou non, être individualisés. Les conditions hydrodynamiques aux limites d'un domaine hydrogéologique ne sont pas nécessairement définies. On entend par "système aquifère", un domaine hydrogéologique dont toutes les parties sont en liaison hydraulique et qui est circonscrit par des limites faisant obstacle à toute propagation d'influence appréciable vers l'extérieur. La liste des entités hydrogéologiques est diffusée par le SANDRE.
0
*

Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la st...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EntiteHydrogeol
EntiteHydrogeologi
Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la stratigraphie, et au sein duquel des systèmes aquifères pourront, ou non, être individualisés. Les conditions hydrodynamiques aux limites d'un domaine hydrogéologique ne sont pas nécessairement définies. On entend par "système aquifère", un domaine hydrogéologique dont toutes les parties sont en liaison hydraulique et qui est circonscrit par des limites faisant obstacle à toute propagation d'influence appréciable vers l'extérieur. La liste des entités hydrogéologiques est diffusée par le SANDRE.
0
*

Le type lithologique est une nomenclature servant à qualifier des superficies d’affleurements pouvant atteindre plusieurs centaines ou milliers de km2. Elle est décrite dans la nomanclature n°166.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/TypeLithologique
TypeLithologiqueEnHyd
Le type lithologique est une nomenclature servant à qualifier des superficies d’affleurements pouvant atteindre plusieurs centaines ou milliers de km2. Elle est décrite dans la nomanclature n°166.
1
*

La lithologie est la nature des roches constituant une formation géologique, notamment les systèmes aquifères. Elle se décrit à l'aide de la nomenclature n°165. Les définitions des éléments sont issues du dictionnaire de géologie (A. Foucault et...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/Lithologie
LithologieEntHyd
La lithologie est la nature des roches constituant une formation géologique, notamment les systèmes aquifères. Elle se décrit à l'aide de la nomenclature n°165. Les définitions des éléments sont issues du dictionnaire de géologie (A. Foucault et J.F. Raoult, 4e édition, 1996, MASSON).
1
*

Les cartes géologiques détaillées éditées par le BRGM sont à l'échelle du 1/50 000 ème pour les éditions récentes qui couvrent actuellement plus de 90 % du territoire métropolitain. Elles sont disponibles sous format papier, scanné et vecteur (moi...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/CarteGeologique
CarteGeologiqueEnti
Les cartes géologiques détaillées éditées par le BRGM sont à l'échelle du 1/50 000 ème pour les éditions récentes qui couvrent actuellement plus de 90 % du territoire métropolitain. Elles sont disponibles sous format papier, scanné et vecteur (moins de 30%). Une série plus ancienne existe au 1/80 000, mais certaines coupures sont épuisées (disponibles seulement en reproduction photographique assez onéreuses). De ce fait, quelques portions du territoire ne sont couvertes par aucune carte géologique détaillée disponible. Une série plus synthétique au 1/250 000 existe (format papier et scanné), mais elle concerne moins de la moitié du territoire (Nord et Sud-Est). Cette série remplace une autre, épuisée, qui était à l'échelle du 1/320 000. A ces cartes, s'ajoutent parfois des cartes géologiques synthétiques à l'échelle du 1/250 000 ème.
0
*

Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la st...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EntiteHydrogeol
EntiteHydrogeolo
Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la stratigraphie, et au sein duquel des systèmes aquifères pourront, ou non, être individualisés. Les conditions hydrodynamiques aux limites d'un domaine hydrogéologique ne sont pas nécessairement définies. On entend par "système aquifère", un domaine hydrogéologique dont toutes les parties sont en liaison hydraulique et qui est circonscrit par des limites faisant obstacle à toute propagation d'influence appréciable vers l'extérieur. La liste des entités hydrogéologiques est diffusée par le SANDRE.
0
*

Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la st...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EntiteHydrogeol
EntiteHydrogeologiqu
Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la stratigraphie, et au sein duquel des systèmes aquifères pourront, ou non, être individualisés. Les conditions hydrodynamiques aux limites d'un domaine hydrogéologique ne sont pas nécessairement définies. On entend par "système aquifère", un domaine hydrogéologique dont toutes les parties sont en liaison hydraulique et qui est circonscrit par des limites faisant obstacle à toute propagation d'influence appréciable vers l'extérieur. La liste des entités hydrogéologiques est diffusée par le SANDRE.
0
*

La nature physico-chimique dominante de l'eau contenue dans une entité hydrogéologique est définie sur la base des six caractéristiques suivantes : - anion dominant, - cation dominant, - minéralisation, - pH, - eau ferrugineuse, - eau magnés...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/NATPHYSEAU
NATPHYSEAUEnt
La nature physico-chimique dominante de l'eau contenue dans une entité hydrogéologique est définie sur la base des six caractéristiques suivantes : - anion dominant, - cation dominant, - minéralisation, - pH, - eau ferrugineuse, - eau magnésienne, chacune décrite par un attribut de l'objet.
0
1

Science qui étudie la succession des dépôts sédimentaires, généralement arrangés en couches (ou strates). Elle permet d'établir une chronologie stratigraphique relative, notamment par l'utilisation raisonnée de deux principes (dits principes de la...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/STRATIGRAPHIE
STRATIGRAPHIEEntHydro
Science qui étudie la succession des dépôts sédimentaires, généralement arrangés en couches (ou strates). Elle permet d'établir une chronologie stratigraphique relative, notamment par l'utilisation raisonnée de deux principes (dits principes de la stratigraphie) auxquels il ne faut pas donner une valeur d'axiome : 1 - le principe de continuité selon lequel une même couche a le même âge sur toute son étendue (mais cela n'est pas toujours vrai, en particulier lorsqu'il y a obliquité des faciès). 2 - le principe de superposition, selon lequel, de deux couches superposées, non renversées par la tectonique, la plus basse est la plus ancienne (mais cela n'est pas vrai dans le cas de filons sédimentaires, par exemple). De plus, le contenu en fossiles des couches permet d'effectuer des corrélations stratigraphiques à distance : c'est ici le rôle dévolu à la paléontologie stratigraphique. On aboutit ainsi à des divisions que l'on peut différencier selon la nature des arguments qui servent à les définir. On distingue habituellement : a - les divisions lithographiques fondées sur la nature des terrains, indépendamment de leur contenu en fossiles. La plus petite division est la couche, plusieurs couches formant un membre, plusieurs membres une formation, plusieurs formations un groupe. b - les divisions biostratigraphiques fondées sur le contenu en fossiles. La division de base est la biozone, diversement définie selon les possibilités (cénozone, ou zone d'assemblage, définie par un certain assemblage de fossiles ; acmé, définie par l'abondance particulière d'une espèce, ...). c - les divisions chronostratigraphiques caractérisées par des ensembles de couches auxquelles on fait correspondre des intervalles de temps (qui sont des divisions géochronologiques). La division de base est l'étage défini par rapport à un affleurement type, qui sert en quelque sorte d'étalon, et que l'on nomme stratotype. Le nom de l'étage est le plus souvent dérivé de celui d'un lieu géographique (actuel ou antique) auquel on ajoute le suffixe '-ien' (exemple : le Lutétien, l'Aquitanien). Ce lieu est généralement, mais pas obligatoirement, celui où se trouve le stratotype. L'équivalent géochronologique de l'étage est l'âge dont la durée, en moyenne est de 5 ou 6 millions d'années. Plusieurs étages forment une série (équivalent géochronologique : époque), plusieurs séries un système (équivalent période), plusieurs systèmes, un érathème (équivalent : ère), plusieurs erathèmes, un éonothème (équivalent éon). Des divisions plus petites que l'étage peuvent être utilisées : ce sont des chronozones (équivalent : chrone). Le terme de zone est parfois employé comme synonyme, mais désigne aussi une biozone. Tous les noms de ces divisions doivent commencer par une majuscule (exemple : le Lutétien, la Zone à Globorotalia kuglen), sauf lorsqu'ils sont utilisés comme adjectifs (exemple : un calcaire lutetien, des marnes aquitaniennes). Par extension, la stratigraphie est la description des unités stratigraphiques composant un objet géologique (par exemple un système aquifère). La liste des divisions stratigraphiques relève de la responsabilité du SANDRE. Source : A. Foucault, J.-F. Raoult (1996) Dictionnaire de géologie, 4eme Edition, MASSON, Paris
1
*

LITHOLOGIE

La lithologie est la nature des roches constituant une formation géologique, notamment les systèmes aquifères. Elle se décrit à l'aide de la nomenclature n°165. Les définitions des éléments sont issues du dictionnaire de géologie (A. Foucault et J.F. Raoult, 4e édition, 1996, MASSON).

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/Lithologie
Lithologie

Liste des propriétés:

Le code de la lithologie est le numéro affecté à chaque lithologie suivant la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Les codes de valeurs possibles sont définis dans la nomenclature n°165.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/CdLithologie
CdLithologie
Le code de la lithologie est le numéro affecté à chaque lithologie suivant la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Les codes de valeurs possibles sont définis dans la nomenclature n°165.
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/165

Le mnémonique de la lithologie est le libellé court sur 10 caractères décrivant une lithologie. Il est notamment utilisé pour les applications informatiques exigeant des longueurs de texte réduites (zone de liste, impression,…)

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/MnLithologie
MnLithologie
Le mnémonique de la lithologie est le libellé court sur 10 caractères décrivant une lithologie. Il est notamment utilisé pour les applications informatiques exigeant des longueurs de texte réduites (zone de liste, impression,…)
0
1
cct:TextType
10

Le libellé de la lithologie est l'appellation de chaque lithologie suivant la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Les codes de valeurs possibles sont définis dans la nomenclature n°165.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/LbLithologie
LbLithologie
Le libellé de la lithologie est l'appellation de chaque lithologie suivant la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Les codes de valeurs possibles sont définis dans la nomenclature n°165.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/165

Liste des associations:

Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la st...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EntiteHydrogeol
EntiteHydrogeollithol
Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la stratigraphie, et au sein duquel des systèmes aquifères pourront, ou non, être individualisés. Les conditions hydrodynamiques aux limites d'un domaine hydrogéologique ne sont pas nécessairement définies. On entend par "système aquifère", un domaine hydrogéologique dont toutes les parties sont en liaison hydraulique et qui est circonscrit par des limites faisant obstacle à toute propagation d'influence appréciable vers l'extérieur. La liste des entités hydrogéologiques est diffusée par le SANDRE.
0
*

Le type lithologique est une nomenclature servant à qualifier des superficies d’affleurements pouvant atteindre plusieurs centaines ou milliers de km2. Elle est décrite dans la nomanclature n°166.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/TypeLithologique
TypeLithologiqueLitho
Le type lithologique est une nomenclature servant à qualifier des superficies d’affleurements pouvant atteindre plusieurs centaines ou milliers de km2. Elle est décrite dans la nomanclature n°166.
0
*

Nature chimique des formations de la roche décrite à l'aide de la nomenclature n°89. On entend par roche, le matériau constitutif de l’écorce terrestre, formé d’un agrégat de minéraux et présentant une homogénéité de composition, de structure et d...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/NATCHIMRES
NATCHIMRESLitho
Nature chimique des formations de la roche décrite à l'aide de la nomenclature n°89. On entend par roche, le matériau constitutif de l’écorce terrestre, formé d’un agrégat de minéraux et présentant une homogénéité de composition, de structure et de mode de formation.
0
*

NATURE CHIMIQUE DES FORMATIONS DU RESERVOIR

Nature chimique des formations de la roche décrite à l'aide de la nomenclature n°89. On entend par roche, le matériau constitutif de l’écorce terrestre, formé d’un agrégat de minéraux et présentant une homogénéité de composition, de structure et de mode de formation.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/NATCHIMRES
NATCHIMRES

Liste des propriétés:

Le code de la nature chimique des formations du réservoir est le code affecté à chaque nature chimique conformément à la nomenclature n°89. On entend par roche, le matériau constitutif de l’écorce terrestre, formé d’un agrégat de minéraux et prés...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/CdNatChimFormReservoir
CdNatChimFormReservoir
Le code de la nature chimique des formations du réservoir est le code affecté à chaque nature chimique conformément à la nomenclature n°89. On entend par roche, le matériau constitutif de l’écorce terrestre, formé d’un agrégat de minéraux et présentant une homogénéité de composition, de structure et de mode de formation.
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/89

Le libellé de la nature chimique des formations du réservoir est le libellé affecté à chaque nature chimique.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/LbNatChimFormReservoir
LbNatChimFormReservoir
Le libellé de la nature chimique des formations du réservoir est le libellé affecté à chaque nature chimique.
0
1
cct:TextType
35

Liste des associations:

La lithologie est la nature des roches constituant une formation géologique, notamment les systèmes aquifères. Elle se décrit à l'aide de la nomenclature n°165. Les définitions des éléments sont issues du dictionnaire de géologie (A. Foucault et...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/Lithologie
LithologieNat
La lithologie est la nature des roches constituant une formation géologique, notamment les systèmes aquifères. Elle se décrit à l'aide de la nomenclature n°165. Les définitions des éléments sont issues du dictionnaire de géologie (A. Foucault et J.F. Raoult, 4e édition, 1996, MASSON).
0
*

Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la st...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EntiteHydrogeol
EntiteHydrogeolNatChim
Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la stratigraphie, et au sein duquel des systèmes aquifères pourront, ou non, être individualisés. Les conditions hydrodynamiques aux limites d'un domaine hydrogéologique ne sont pas nécessairement définies. On entend par "système aquifère", un domaine hydrogéologique dont toutes les parties sont en liaison hydraulique et qui est circonscrit par des limites faisant obstacle à toute propagation d'influence appréciable vers l'extérieur. La liste des entités hydrogéologiques est diffusée par le SANDRE.
0
*

NATURE PHYSICO-CHIMIQUE DE L'EAU

La nature physico-chimique dominante de l'eau contenue dans une entité hydrogéologique est définie sur la base des six caractéristiques suivantes : - anion dominant, - cation dominant, - minéralisation, - pH, - eau ferrugineuse, - eau magnésienne, chacune décrite par un attribut de l'objet.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/NATPHYSEAU
NATPHYSEAU

Liste des propriétés:

Le cation dominant est l'ion le plus abondant dans les eaux de l'entité hydrogéologique ayant une charge électrique positive par défaut d'un ou plusieurs électrons. Les valeurs possibles sont décrites dans la nomenclature n°90.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/CationDominant
CationDominant
Le cation dominant est l'ion le plus abondant dans les eaux de l'entité hydrogéologique ayant une charge électrique positive par défaut d'un ou plusieurs électrons. Les valeurs possibles sont décrites dans la nomenclature n°90.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/90

L'anion dominant est l'ion le plus abondant dans les eaux de l'entité hydrogéologique ayant une charge électrique négative par excès d'un ou plusieurs électrons. Les valeurs possibles sont décrtes dans la nomenclature n°206.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/AnionDominant
AnionDominant
L'anion dominant est l'ion le plus abondant dans les eaux de l'entité hydrogéologique ayant une charge électrique négative par excès d'un ou plusieurs électrons. Les valeurs possibles sont décrtes dans la nomenclature n°206.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/206

La minéralisation est la quantité de substances métalliques présente dans l'eau de l'entité hydrogéologique. Les valeurs possibles sont décrites dans la nomenclature n°93.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/Mineralisation
Mineralisation
La minéralisation est la quantité de substances métalliques présente dans l'eau de l'entité hydrogéologique. Les valeurs possibles sont décrites dans la nomenclature n°93.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/93

L'eau ferrugineuse indique si l'eau de l'entité hydrogéologique a une concentration élevée en fer. Les valeurs possibles sont décrites dans la nomenclatures n°95.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EauFerrugineuse
EauFerrugineuse
L'eau ferrugineuse indique si l'eau de l'entité hydrogéologique a une concentration élevée en fer. Les valeurs possibles sont décrites dans la nomenclatures n°95.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/95

L'eau magnésienne indique si l'eau de l'entité hydrogéologique a une concentration élevée en magnésium. Les valeurs possibles sont décrites dans la nomenclature n°96.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EauManganifere
EauManganifere
L'eau magnésienne indique si l'eau de l'entité hydrogéologique a une concentration élevée en magnésium. Les valeurs possibles sont décrites dans la nomenclature n°96.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/96

Le potentiel d'hydrogène (pH) est le niveau d'acidité ou d'alcalinité de l'eau de l'entité hydrogéologique. Les valeurs possibles sont décrites dans la nomenclature n°94.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/PH
PH
Le potentiel d'hydrogène (pH) est le niveau d'acidité ou d'alcalinité de l'eau de l'entité hydrogéologique. Les valeurs possibles sont décrites dans la nomenclature n°94.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/94

Liste des associations:

Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la st...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EntiteHydrogeol
EntiteHydrogeolNat
Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la stratigraphie, et au sein duquel des systèmes aquifères pourront, ou non, être individualisés. Les conditions hydrodynamiques aux limites d'un domaine hydrogéologique ne sont pas nécessairement définies. On entend par "système aquifère", un domaine hydrogéologique dont toutes les parties sont en liaison hydraulique et qui est circonscrit par des limites faisant obstacle à toute propagation d'influence appréciable vers l'extérieur. La liste des entités hydrogéologiques est diffusée par le SANDRE.
1
1

STRATIGRAPHIE

Science qui étudie la succession des dépôts sédimentaires, généralement arrangés en couches (ou strates). Elle permet d'établir une chronologie stratigraphique relative, notamment par l'utilisation raisonnée de deux principes (dits principes de la stratigraphie) auxquels il ne faut pas donner une valeur d'axiome : 1 - le principe de continuité selon lequel une même couche a le même âge sur toute son étendue (mais cela n'est pas toujours vrai, en particulier lorsqu'il y a obliquité des faciès). 2 - le principe de superposition, selon lequel, de deux couches superposées, non renversées par la tectonique, la plus basse est la plus ancienne (mais cela n'est pas vrai dans le cas de filons sédimentaires, par exemple). De plus, le contenu en fossiles des couches permet d'effectuer des corrélations stratigraphiques à distance : c'est ici le rôle dévolu à la paléontologie stratigraphique. On aboutit ainsi à des divisions que l'on peut différencier selon la nature des arguments qui servent à les définir. On distingue habituellement : a - les divisions lithographiques fondées sur la nature des terrains, indépendamment de leur contenu en fossiles. La plus petite division est la couche, plusieurs couches formant un membre, plusieurs membres une formation, plusieurs formations un groupe. b - les divisions biostratigraphiques fondées sur le contenu en fossiles. La division de base est la biozone, diversement définie selon les possibilités (cénozone, ou zone d'assemblage, définie par un certain assemblage de fossiles ; acmé, définie par l'abondance particulière d'une espèce, ...). c - les divisions chronostratigraphiques caractérisées par des ensembles de couches auxquelles on fait correspondre des intervalles de temps (qui sont des divisions géochronologiques). La division de base est l'étage défini par rapport à un affleurement type, qui sert en quelque sorte d'étalon, et que l'on nomme stratotype. Le nom de l'étage est le plus souvent dérivé de celui d'un lieu géographique (actuel ou antique) auquel on ajoute le suffixe '-ien' (exemple : le Lutétien, l'Aquitanien). Ce lieu est généralement, mais pas obligatoirement, celui où se trouve le stratotype. L'équivalent géochronologique de l'étage est l'âge dont la durée, en moyenne est de 5 ou 6 millions d'années. Plusieurs étages forment une série (équivalent géochronologique : époque), plusieurs séries un système (équivalent période), plusieurs systèmes, un érathème (équivalent : ère), plusieurs erathèmes, un éonothème (équivalent éon). Des divisions plus petites que l'étage peuvent être utilisées : ce sont des chronozones (équivalent : chrone). Le terme de zone est parfois employé comme synonyme, mais désigne aussi une biozone. Tous les noms de ces divisions doivent commencer par une majuscule (exemple : le Lutétien, la Zone à Globorotalia kuglen), sauf lorsqu'ils sont utilisés comme adjectifs (exemple : un calcaire lutetien, des marnes aquitaniennes). Par extension, la stratigraphie est la description des unités stratigraphiques composant un objet géologique (par exemple un système aquifère). La liste des divisions stratigraphiques relève de la responsabilité du SANDRE. Source : A. Foucault, J.-F. Raoult (1996) Dictionnaire de géologie, 4eme Edition, MASSON, Paris

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/STRATIGRAPHIE
STRATIGRAPHIE

Liste des propriétés:

Le code de la stratigraphie est l'identifiant unique d'une stratigraphie. Le code de la stratigraphie est administré par le BRGM.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/CdStratigraphie
CdStratigraphie
Le code de la stratigraphie est l'identifiant unique d'une stratigraphie. Le code de la stratigraphie est administré par le BRGM.
1
1
cct:IdentifierType
5

Le libellé de la stratigraphie est l'appellation courante et explicite d'une stratigraphie. Ce libellé est attribué par le BRGM.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/LbStratigraphie
LbStratigraphie
Le libellé de la stratigraphie est l'appellation courante et explicite d'une stratigraphie. Ce libellé est attribué par le BRGM.
0
1
cct:TextType
50

Le niveau stratigraphique, la division chronostratigraphique à laquelle appartient la description stratigraphique de l'entité hydrogéologique. Les valeurs possibles sont décrites dans la nomenclature n°92.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/NivStratigraphique
NivStratigraphique
Le niveau stratigraphique, la division chronostratigraphique à laquelle appartient la description stratigraphique de l'entité hydrogéologique. Les valeurs possibles sont décrites dans la nomenclature n°92.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/92

Liste des associations:

Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la st...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EntiteHydrogeol
EntiteHydrogeolStrati
Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la stratigraphie, et au sein duquel des systèmes aquifères pourront, ou non, être individualisés. Les conditions hydrodynamiques aux limites d'un domaine hydrogéologique ne sont pas nécessairement définies. On entend par "système aquifère", un domaine hydrogéologique dont toutes les parties sont en liaison hydraulique et qui est circonscrit par des limites faisant obstacle à toute propagation d'influence appréciable vers l'extérieur. La liste des entités hydrogéologiques est diffusée par le SANDRE.
0
*

Science qui étudie la succession des dépôts sédimentaires, généralement arrangés en couches (ou strates). Elle permet d'établir une chronologie stratigraphique relative, notamment par l'utilisation raisonnée de deux principes (dits principes de la...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/STRATIGRAPHIE
STRATIGRAPHIEStra
Science qui étudie la succession des dépôts sédimentaires, généralement arrangés en couches (ou strates). Elle permet d'établir une chronologie stratigraphique relative, notamment par l'utilisation raisonnée de deux principes (dits principes de la stratigraphie) auxquels il ne faut pas donner une valeur d'axiome : 1 - le principe de continuité selon lequel une même couche a le même âge sur toute son étendue (mais cela n'est pas toujours vrai, en particulier lorsqu'il y a obliquité des faciès). 2 - le principe de superposition, selon lequel, de deux couches superposées, non renversées par la tectonique, la plus basse est la plus ancienne (mais cela n'est pas vrai dans le cas de filons sédimentaires, par exemple). De plus, le contenu en fossiles des couches permet d'effectuer des corrélations stratigraphiques à distance : c'est ici le rôle dévolu à la paléontologie stratigraphique. On aboutit ainsi à des divisions que l'on peut différencier selon la nature des arguments qui servent à les définir. On distingue habituellement : a - les divisions lithographiques fondées sur la nature des terrains, indépendamment de leur contenu en fossiles. La plus petite division est la couche, plusieurs couches formant un membre, plusieurs membres une formation, plusieurs formations un groupe. b - les divisions biostratigraphiques fondées sur le contenu en fossiles. La division de base est la biozone, diversement définie selon les possibilités (cénozone, ou zone d'assemblage, définie par un certain assemblage de fossiles ; acmé, définie par l'abondance particulière d'une espèce, ...). c - les divisions chronostratigraphiques caractérisées par des ensembles de couches auxquelles on fait correspondre des intervalles de temps (qui sont des divisions géochronologiques). La division de base est l'étage défini par rapport à un affleurement type, qui sert en quelque sorte d'étalon, et que l'on nomme stratotype. Le nom de l'étage est le plus souvent dérivé de celui d'un lieu géographique (actuel ou antique) auquel on ajoute le suffixe '-ien' (exemple : le Lutétien, l'Aquitanien). Ce lieu est généralement, mais pas obligatoirement, celui où se trouve le stratotype. L'équivalent géochronologique de l'étage est l'âge dont la durée, en moyenne est de 5 ou 6 millions d'années. Plusieurs étages forment une série (équivalent géochronologique : époque), plusieurs séries un système (équivalent période), plusieurs systèmes, un érathème (équivalent : ère), plusieurs erathèmes, un éonothème (équivalent éon). Des divisions plus petites que l'étage peuvent être utilisées : ce sont des chronozones (équivalent : chrone). Le terme de zone est parfois employé comme synonyme, mais désigne aussi une biozone. Tous les noms de ces divisions doivent commencer par une majuscule (exemple : le Lutétien, la Zone à Globorotalia kuglen), sauf lorsqu'ils sont utilisés comme adjectifs (exemple : un calcaire lutetien, des marnes aquitaniennes). Par extension, la stratigraphie est la description des unités stratigraphiques composant un objet géologique (par exemple un système aquifère). La liste des divisions stratigraphiques relève de la responsabilité du SANDRE. Source : A. Foucault, J.-F. Raoult (1996) Dictionnaire de géologie, 4eme Edition, MASSON, Paris
0
*

Science qui étudie la succession des dépôts sédimentaires, généralement arrangés en couches (ou strates). Elle permet d'établir une chronologie stratigraphique relative, notamment par l'utilisation raisonnée de deux principes (dits principes de la...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/STRATIGRAPHIE
STRATIGRAPHIESt
Science qui étudie la succession des dépôts sédimentaires, généralement arrangés en couches (ou strates). Elle permet d'établir une chronologie stratigraphique relative, notamment par l'utilisation raisonnée de deux principes (dits principes de la stratigraphie) auxquels il ne faut pas donner une valeur d'axiome : 1 - le principe de continuité selon lequel une même couche a le même âge sur toute son étendue (mais cela n'est pas toujours vrai, en particulier lorsqu'il y a obliquité des faciès). 2 - le principe de superposition, selon lequel, de deux couches superposées, non renversées par la tectonique, la plus basse est la plus ancienne (mais cela n'est pas vrai dans le cas de filons sédimentaires, par exemple). De plus, le contenu en fossiles des couches permet d'effectuer des corrélations stratigraphiques à distance : c'est ici le rôle dévolu à la paléontologie stratigraphique. On aboutit ainsi à des divisions que l'on peut différencier selon la nature des arguments qui servent à les définir. On distingue habituellement : a - les divisions lithographiques fondées sur la nature des terrains, indépendamment de leur contenu en fossiles. La plus petite division est la couche, plusieurs couches formant un membre, plusieurs membres une formation, plusieurs formations un groupe. b - les divisions biostratigraphiques fondées sur le contenu en fossiles. La division de base est la biozone, diversement définie selon les possibilités (cénozone, ou zone d'assemblage, définie par un certain assemblage de fossiles ; acmé, définie par l'abondance particulière d'une espèce, ...). c - les divisions chronostratigraphiques caractérisées par des ensembles de couches auxquelles on fait correspondre des intervalles de temps (qui sont des divisions géochronologiques). La division de base est l'étage défini par rapport à un affleurement type, qui sert en quelque sorte d'étalon, et que l'on nomme stratotype. Le nom de l'étage est le plus souvent dérivé de celui d'un lieu géographique (actuel ou antique) auquel on ajoute le suffixe '-ien' (exemple : le Lutétien, l'Aquitanien). Ce lieu est généralement, mais pas obligatoirement, celui où se trouve le stratotype. L'équivalent géochronologique de l'étage est l'âge dont la durée, en moyenne est de 5 ou 6 millions d'années. Plusieurs étages forment une série (équivalent géochronologique : époque), plusieurs séries un système (équivalent période), plusieurs systèmes, un érathème (équivalent : ère), plusieurs erathèmes, un éonothème (équivalent éon). Des divisions plus petites que l'étage peuvent être utilisées : ce sont des chronozones (équivalent : chrone). Le terme de zone est parfois employé comme synonyme, mais désigne aussi une biozone. Tous les noms de ces divisions doivent commencer par une majuscule (exemple : le Lutétien, la Zone à Globorotalia kuglen), sauf lorsqu'ils sont utilisés comme adjectifs (exemple : un calcaire lutetien, des marnes aquitaniennes). Par extension, la stratigraphie est la description des unités stratigraphiques composant un objet géologique (par exemple un système aquifère). La liste des divisions stratigraphiques relève de la responsabilité du SANDRE. Source : A. Foucault, J.-F. Raoult (1996) Dictionnaire de géologie, 4eme Edition, MASSON, Paris
0
*

Une division stratigraphique peut avoir, très exceptionnellement, un synonyme. En effet, la nomenclature stratigraphique peut évoluer et connaître des changements de nom de division. Exemple : le Portelandien et le Titonien.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/SYNODIVISIONSTRAT
SYNODIVISIONSTRATStra
Une division stratigraphique peut avoir, très exceptionnellement, un synonyme. En effet, la nomenclature stratigraphique peut évoluer et connaître des changements de nom de division. Exemple : le Portelandien et le Titonien.
0
*

SYNONYME DE LA DIVISION STRATIGRAPHIQUE

Une division stratigraphique peut avoir, très exceptionnellement, un synonyme. En effet, la nomenclature stratigraphique peut évoluer et connaître des changements de nom de division. Exemple : le Portelandien et le Titonien.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/SYNODIVISIONSTRAT
SYNODIVISIONSTRAT

Liste des propriétés:

Le code du synonyme de la division stratigraphique est un numéro attribué sur le plan national pour distinguer chaque synonyme d'une division.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/CdSynonymDivStratigraphiq
CdSynonymDivStratigraphiq
Le code du synonyme de la division stratigraphique est un numéro attribué sur le plan national pour distinguer chaque synonyme d'une division.
1
1
cct:IdentifierType
2

Le synonyme de la division stratigraphique est l'une des appellations d'une division stratigraphique qui n'est pas ou qui n'est plus retenue par la commission internationale de stratigraphie mais qui constitue une appellation reconnue et courammen...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/SynoDivStratigraphiq
SynoDivStratigraphiq
Le synonyme de la division stratigraphique est l'une des appellations d'une division stratigraphique qui n'est pas ou qui n'est plus retenue par la commission internationale de stratigraphie mais qui constitue une appellation reconnue et couramment utilisée.
0
1
cct:TextType
50

Liste des associations:

Science qui étudie la succession des dépôts sédimentaires, généralement arrangés en couches (ou strates). Elle permet d'établir une chronologie stratigraphique relative, notamment par l'utilisation raisonnée de deux principes (dits principes de la...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/STRATIGRAPHIE
STRATIGRAPHIESyno
Science qui étudie la succession des dépôts sédimentaires, généralement arrangés en couches (ou strates). Elle permet d'établir une chronologie stratigraphique relative, notamment par l'utilisation raisonnée de deux principes (dits principes de la stratigraphie) auxquels il ne faut pas donner une valeur d'axiome : 1 - le principe de continuité selon lequel une même couche a le même âge sur toute son étendue (mais cela n'est pas toujours vrai, en particulier lorsqu'il y a obliquité des faciès). 2 - le principe de superposition, selon lequel, de deux couches superposées, non renversées par la tectonique, la plus basse est la plus ancienne (mais cela n'est pas vrai dans le cas de filons sédimentaires, par exemple). De plus, le contenu en fossiles des couches permet d'effectuer des corrélations stratigraphiques à distance : c'est ici le rôle dévolu à la paléontologie stratigraphique. On aboutit ainsi à des divisions que l'on peut différencier selon la nature des arguments qui servent à les définir. On distingue habituellement : a - les divisions lithographiques fondées sur la nature des terrains, indépendamment de leur contenu en fossiles. La plus petite division est la couche, plusieurs couches formant un membre, plusieurs membres une formation, plusieurs formations un groupe. b - les divisions biostratigraphiques fondées sur le contenu en fossiles. La division de base est la biozone, diversement définie selon les possibilités (cénozone, ou zone d'assemblage, définie par un certain assemblage de fossiles ; acmé, définie par l'abondance particulière d'une espèce, ...). c - les divisions chronostratigraphiques caractérisées par des ensembles de couches auxquelles on fait correspondre des intervalles de temps (qui sont des divisions géochronologiques). La division de base est l'étage défini par rapport à un affleurement type, qui sert en quelque sorte d'étalon, et que l'on nomme stratotype. Le nom de l'étage est le plus souvent dérivé de celui d'un lieu géographique (actuel ou antique) auquel on ajoute le suffixe '-ien' (exemple : le Lutétien, l'Aquitanien). Ce lieu est généralement, mais pas obligatoirement, celui où se trouve le stratotype. L'équivalent géochronologique de l'étage est l'âge dont la durée, en moyenne est de 5 ou 6 millions d'années. Plusieurs étages forment une série (équivalent géochronologique : époque), plusieurs séries un système (équivalent période), plusieurs systèmes, un érathème (équivalent : ère), plusieurs erathèmes, un éonothème (équivalent éon). Des divisions plus petites que l'étage peuvent être utilisées : ce sont des chronozones (équivalent : chrone). Le terme de zone est parfois employé comme synonyme, mais désigne aussi une biozone. Tous les noms de ces divisions doivent commencer par une majuscule (exemple : le Lutétien, la Zone à Globorotalia kuglen), sauf lorsqu'ils sont utilisés comme adjectifs (exemple : un calcaire lutetien, des marnes aquitaniennes). Par extension, la stratigraphie est la description des unités stratigraphiques composant un objet géologique (par exemple un système aquifère). La liste des divisions stratigraphiques relève de la responsabilité du SANDRE. Source : A. Foucault, J.-F. Raoult (1996) Dictionnaire de géologie, 4eme Edition, MASSON, Paris
1
1

TYPE LITHOLOGIQUE

Le type lithologique est une nomenclature servant à qualifier des superficies d’affleurements pouvant atteindre plusieurs centaines ou milliers de km2. Elle est décrite dans la nomanclature n°166.

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/TypeLithologique
TypeLithologique

Liste des propriétés:

Le code du type lithologique est le code affecté à chaque type lithologique conformément à la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Les codes de valeurs possibles sont définis dans la nomenclature n°166. La liste des types lithologique...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/CdTypeLithologique
CdTypeLithologique
Le code du type lithologique est le code affecté à chaque type lithologique conformément à la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Les codes de valeurs possibles sont définis dans la nomenclature n°166. La liste des types lithologiques relève de la responsabilité du SANDRE.
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/166

Le libellé du type lithologique est l'appellation de chaque type lithologique conformément à la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Les codes de valeurs possibles sont définis dans la nomenclature n°166. La liste des types lithologiq...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/LbTypeLithologique
LbTypeLithologique
Le libellé du type lithologique est l'appellation de chaque type lithologique conformément à la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Les codes de valeurs possibles sont définis dans la nomenclature n°166. La liste des types lithologiques relève de la responsabilité du SANDRE.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/166

Liste des associations:

Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la st...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/EntiteHydrogeol
EntiteHydrogeolTyp
Une entité hydrogéologique est soit un domaine hydrogéologique, soit un système aquifère. Un domaine hydrogéologique est un champ spatial de référence pouvant comporter des terrains très divers, tant du point de vue de la lithologie que de la stratigraphie, et au sein duquel des systèmes aquifères pourront, ou non, être individualisés. Les conditions hydrodynamiques aux limites d'un domaine hydrogéologique ne sont pas nécessairement définies. On entend par "système aquifère", un domaine hydrogéologique dont toutes les parties sont en liaison hydraulique et qui est circonscrit par des limites faisant obstacle à toute propagation d'influence appréciable vers l'extérieur. La liste des entités hydrogéologiques est diffusée par le SANDRE.
0
*

La classification hydrogéologique est une qualification globale du comportement hydrodynamique du réservoir des entités hydrogéologiques selon les quatre catégories suivantes : - Aquifères continus - Aquifères discontinus - Formations semi-perm...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/CLASSHYDROGEOL
CLASSHYDROGEOLTyp
La classification hydrogéologique est une qualification globale du comportement hydrodynamique du réservoir des entités hydrogéologiques selon les quatre catégories suivantes : - Aquifères continus - Aquifères discontinus - Formations semi-perméables - Formations très peu perméables
0
*

La lithologie est la nature des roches constituant une formation géologique, notamment les systèmes aquifères. Elle se décrit à l'aide de la nomenclature n°165. Les définitions des éléments sont issues du dictionnaire de géologie (A. Foucault et...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/0.8/Lithologie
LithologieTyp
La lithologie est la nature des roches constituant une formation géologique, notamment les systèmes aquifères. Elle se décrit à l'aide de la nomenclature n°165. Les définitions des éléments sont issues du dictionnaire de géologie (A. Foucault et J.F. Raoult, 4e édition, 1996, MASSON).
0
*
Haut