DICTIONNAIRE DES DONNEES

Description des relations entre les eaux souterraines et les eaux de surface

URI: http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1
Code Sandre: REX
Version: 1
Statut: Validé
Noter cette fiche :

ECHANGE POTENTIEL ESO/ESU

Flux d'eau avéré ou non entre et le milieu superficiel (ESU) et les eaux souterraines (ESO).

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/EchangePotEsoEsu
EchangePotEsoEsu

Liste des propriétés:

Identifiant unique de l'échange potentiel entre le milieu superficiel et les eaux souterraines.

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/CdEchangePot
CdEchangePot
Identifiant unique de l'échange potentiel entre le milieu superficiel et les eaux souterraines.
1
1
cct:IdentifierType
20

Précise à l'aide de l'une des valeurs de la nomenclature administrée par le SANDRE, la nature des éléments ayant permis de déterminer et décrire l'échange potentiel entre le milieu superficiel et les eaux souterraines. Les valeurs possibles sont ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/QualifEchangePot
QualifEchangePot
Précise à l'aide de l'une des valeurs de la nomenclature administrée par le SANDRE, la nature des éléments ayant permis de déterminer et décrire l'échange potentiel entre le milieu superficiel et les eaux souterraines. Les valeurs possibles sont définies dans la nomenclature n°839 cf http://www.sandre.eaufrance.fr/?urn=urn:sandre:donnees:839::::::referentiel:3.1:html
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/839

Précise à l'aide de l'une des valeurs de la nomenclature administrée par le SANDRE, la fréquence du flux entre le milieu superficiel et les eaux souterraines. Les valeurs possibles sont définies dans la nomenclature n°840. cf http://www.sandre.ea...

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/CaractTemporEchangePot
CaractTemporEchangePot
Précise à l'aide de l'une des valeurs de la nomenclature administrée par le SANDRE, la fréquence du flux entre le milieu superficiel et les eaux souterraines. Les valeurs possibles sont définies dans la nomenclature n°840. cf http://www.sandre.eaufrance.fr/?urn=urn:sandre:donnees:840::::::referentiel:3.1:html
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/840

Minute, heure, jour, mois et année à laquelle la descrition de l'échange entre les eaux souterraines, le milieu superficiel et ses informations descriptives a été créé par l'interlocuteur dans sa base de données.

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/DateCreaEchPot
DateCreaEchPot
Minute, heure, jour, mois et année à laquelle la descrition de l'échange entre les eaux souterraines, le milieu superficiel et ses informations descriptives a été créé par l'interlocuteur dans sa base de données.
1
1
cct:DateType

Précise à l'aide de l'une des valeurs de la nomenclature administrée par le SANDRE, l'orientation du flux de l'échange potentiel entre le milieu superficiel et les eaux souterraines. Les valeurs possibles sont définies dans la nomenclature n°842 ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/SensEchPot
SensEchPot
Précise à l'aide de l'une des valeurs de la nomenclature administrée par le SANDRE, l'orientation du flux de l'échange potentiel entre le milieu superficiel et les eaux souterraines. Les valeurs possibles sont définies dans la nomenclature n°842 cf http://www.sandre.eaufrance.fr/?urn=urn:sandre:donnees:842::::::referentiel:3.1:html
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/842

Informations complémentaires relatives à l'échange potentiel entre les eaux souterraines et le milieu superficiel.

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/ComEchPot
ComEchPot
Informations complémentaires relatives à l'échange potentiel entre les eaux souterraines et le milieu superficiel.
1
1
cct:TextType
255

Minute, heure, jour, mois, année à laquelle l'échange potentielle entre les eaux souterraines et le milieu superficiel a été mis à jour. Cette date est la date du jour au moment où au moins une information descriptive de l'échange potentiel a été ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/DateMajEchPot
DateMajEchPot
Minute, heure, jour, mois, année à laquelle l'échange potentielle entre les eaux souterraines et le milieu superficiel a été mis à jour. Cette date est la date du jour au moment où au moins une information descriptive de l'échange potentiel a été modifiée.
1
1
cct:DateTimeType

Information relative à la mise à jour de l'échange potentiel Eso/Esu et des attributs associés.

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/ComMajEchPot
ComMajEchPot
Information relative à la mise à jour de l'échange potentiel Eso/Esu et des attributs associés.
1
1
cct:TextType
255

Liste des associations:

Les principales méthodes reconnues par le SANDRE sont les méthodes normalisées par l'AFNOR ou les méthodes largement reconnues comme celle du type "Rodier" ou du "STANDARD METHOD". Les méthodes sont rassemblées dans une liste qui couvre tous les d...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PAR/2.3/Methode
EstDéterminéAvec
Les principales méthodes reconnues par le SANDRE sont les méthodes normalisées par l'AFNOR ou les méthodes largement reconnues comme celle du type "Rodier" ou du "STANDARD METHOD". Les méthodes sont rassemblées dans une liste qui couvre tous les domaines pour lesquels il existe un paramètre. Pour plus de souplesse, des méthodes particulières ont été créées : - Méthode inconnue ; - Méthode non fixée ; - Méthode spécifique ; - Méthode sans objet. Ainsi, lorsqu'une méthode utilisée dans la mesure d'un paramètre n'est pas répandue, voire non normée, ou bien encore non reconnue, la description du résultat devra mentionner : "Méthode spécifique". De même, lorsqu'il n'est pas possible de connaître la méthode avec laquelle a été obtenu un résultat, il sera possible de le mentionner par : "Méthode Inconnue". Ceci permettra de distinguer l'absence d'information avec une saisie incomplète. L'occurrence "Méthode non fixée" sera employée dans des cas où aucune méthode n'est utile pour mesurer un paramètre. Enfin, la "Méthode sans objet" sera mentionnée lorsqu'il est demandé de faire référence à une méthode alors que cela n'a pas de signification par rapport au cas considéré. Par exemple, la "Méthode sans objet" sera mentionnée dans les phases de conservation et de transport des mesures des paramètres physico-chimiques lorsqu'elles sont effectuées dans le milieu comme les mesures d'oxygène dissous faites à l'aide d'une sonde directement dans l'eau de la rivière. La liste des méthodes est générique et porte sur toutes les phases du processus de mesure des paramètres. Chaque méthode n'est pas non plus systématiquement spécifique à l'une de ces phases ou à une nature particulière de paramètre. En effet, une méthode peut couvrir tout le cycle du processus et/ou être utilisable pour une phase quelle que soit la nature du paramètre. Les méthodes peuvent être référencées par les paramètres à différentes phases de leur processus de mesure que sont : pour les paramètres chimiques et physiques : - le prélèvement et l'échantillonnage ; - la conservation et le transport ; - le fractionnement ; - l'analyse ; pour les paramètres environnementaux : - l'observation ; pour les paramètres hydrobiologiques : - l'ensemble du processus ; pour les paramètres microbiologiques : - le prélèvement, la conservation et le transport ; - la détermination. Deux catégories de liens existent entre les méthodes. L'un d'eux est le remplacement de vieilles méthodes par de nouvelles induit par l'évolution de la technologie. Le deuxième concerne les méthodes qui ne portent pas sur tout le cycle d'acquisition de données pour un paramètre mais qui peuvent recommander, voire imposer, une ou plusieurs autres méthodes pour les phases qu'elles ne couvrent pas. La liste des méthodes est administrée par le SANDRE qui en a la responsabilité.
1
*

L’entité hydrogéologique est une partie de l’espace géologique, aquifère ou non aquifère, correspondant à un système physique caractérisé au regard de son état et de ses caractéristiques hydrogéologiques. L’entité hydrogéologique doit être appréh...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/2/EntiteHydroGeol
Concerne
L’entité hydrogéologique est une partie de l’espace géologique, aquifère ou non aquifère, correspondant à un système physique caractérisé au regard de son état et de ses caractéristiques hydrogéologiques. L’entité hydrogéologique doit être appréhendée au sens systémique et correspond à un découpage de l'espace géologique réalisé à un stade donné des connaissances en particulier pour les systèmes profonds. La constitution des entités hydrogéologiques est issue de la connaissance à une date donnée du milieu souterrain (carte géologique, coupe géologique, log géologique, schéma structural et carte piézométrique). Les entités hydrogéologiques peuvent être multipartie. Les entités hydrogéologiques couvrent la totalité du territoire assurant une relation horizontale et verticale des entités en respect du principe de complétude. Une entité hydrogéologique est une partie de l'espace géologique : - délimitée à une certaine échelle (niveau d'utilisation) - rattachée à un type de formation géologique (thème) - définie par ses potentialités aquifères (nature) Elles couvrent la totalité du territoire assurant une relation horizontale et verticale des entités en respect du principe de complétude. Elles ont été définies selon des règles élaborées dans le cadre d'une méthodologie nationale commune et validée par un comité de pilotage national sous la responsabilité du ministère en charge de l'environnement. Il n'existe pas de portion de territoire non couverte par une entité hydrogéologique. Une entité hydrogéologique sera représentée par sa projection orthogonale au sol. L’échelle de référence est le 1/50 000ième, c’est à dire l’échelle du référentiel national géologique. Chaque entité possède un code qui est attribué par le BRGM (arrêté du 26 juillet 2010, SNDE).
1
*

Zone d'échange potentiel en eau entre le milieu superficiel (ESU) et les eaux souterraines (ESO).

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/INTEREsoEsu
SeDéroule
Zone d'échange potentiel en eau entre le milieu superficiel (ESU) et les eaux souterraines (ESO).
1
1

Les intervenants sont tous les organismes ayant un ou plusieurs rôle(s) en tant qu’acteur de l’eau et qui sont référencés dans les bases de données respectant le formalisme du SANDRE. Ils sont identifiés dans les échanges de données par leur code ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/INT/2.0/Intervenant
DécritPar
Les intervenants sont tous les organismes ayant un ou plusieurs rôle(s) en tant qu’acteur de l’eau et qui sont référencés dans les bases de données respectant le formalisme du SANDRE. Ils sont identifiés dans les échanges de données par leur code SIRET. Quand ce dernier ne peut pas exister car l'intervenant ne rentre pas dans le domaine d'application du registre national ou lorsque ce code ne permet pas d’identifier de manière univoque l’intervenant (cas des structures incluses dans une structure plus générale), il est alors identifié par son code SANDRE. Ils se partagent entre plusieurs catégories dont : - laboratoire d'analyse, - préleveur, - opérateur en hydrométrie, - laboratoire d'hydrobiologie, - organisme chargé de la police des eaux, - producteur/ gestionnaire, - … Deux informations sont utilisées pour identifier un intervenant : son code et le code SIRET de l’organisme auquel il est rattaché : - Cas 1 : l’organisme est SIRETE, par exemple un laboratoire. Le code SIRET est utilisé, aucun code SANDRE n’est indiqué. L’attribut “ code SIRET de l’organisme auquel est rattaché l’intervenant ” n’est pas rempli, - Cas 2 : l’organisme n’a pas de code SIRET, dans ce cas, il est attribué un code SANDRE. L’attribut “ code SIRET de l’organisme auquel est rattaché l’intervenant ” n’est pas rempli, - Cas 3 : l’organisme n’a pas de code SIRET en tant qu’établissement mais est rattaché à une structure, par exemple le SATESE rattaché au Conseil Général. Dans ce cas, il est attribué un code SANDRE et l’attribut “ code SIRET de l’organisme auquel est rattaché l’intervenant ” est rempli avec le code SIRET, dans l’exemple, celui du Conseil Général. La liste nationale des codes SANDRE des intervenants est établie sous la responsabilité du SANDRE. Le code SIRET est établi par l'INSEE.
1
*

Ensemble des compartiments où l'eau peut s'écouler ou stagner à la surface de l'écorce terrestre : il s'agit des cours d'eau, des plans d'eau, des milieux humides, des eaux littorales, mers et océans.

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/MilieuSuperficiel
Concerne1
Ensemble des compartiments où l'eau peut s'écouler ou stagner à la surface de l'écorce terrestre : il s'agit des cours d'eau, des plans d'eau, des milieux humides, des eaux littorales, mers et océans.
1
*

INTERFACE ENTRE LES EAUX SOUTERRAINES ET LES EAUX DE SURFACE

Zone d'échange potentiel en eau entre le milieu superficiel (ESU) et les eaux souterraines (ESO).

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/INTEREsoEsu
INTEREsoEsu

Liste des propriétés:

Identifiant unique de l'interface entre les eaux souterraines et le milieu superficiel.

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/CdInter
CdInter
Identifiant unique de l'interface entre les eaux souterraines et le milieu superficiel.
1
1
cct:IdentifierType
20

Dénomination de l'interface entre les eaux souterraines et le milieu superficiel. Par exemple : ce libellé peut être composé d'une concaténation des libellés ou codes.

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/LibelleInter
LibelleInter
Dénomination de l'interface entre les eaux souterraines et le milieu superficiel. Par exemple : ce libellé peut être composé d'une concaténation des libellés ou codes.
1
1
cct:TextType
255

Précise si un échange potentiel est possible ou non. cf http://www.sandre.eaufrance.fr/?urn=urn:sandre:donnees:843::::::referentiel:3.1:html

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/EchangesPotEsoEsu
EchangesPotEsoEsu
Précise si un échange potentiel est possible ou non. cf http://www.sandre.eaufrance.fr/?urn=urn:sandre:donnees:843::::::referentiel:3.1:html
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/843

Minute, heure, jour, mois et année à laquelle l'interface entre les eaux souterraines et le milieu superficiel et ses informations descriptives a été créée par l'interlocuteur dans la base de données. Cette date est la date du jour au moment où le...

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/DateCreaInter
DateCreaInter
Minute, heure, jour, mois et année à laquelle l'interface entre les eaux souterraines et le milieu superficiel et ses informations descriptives a été créée par l'interlocuteur dans la base de données. Cette date est la date du jour au moment où les informations descriptives de l'interface sont validées par l'intervenant/organisme responsable de la donnée.
1
1
cct:DateTimeType

Minute, heure, jour, mois et année à laquelle l'interface entre les eaux souterraines et le milieu superficiel a été mise à jour. Cette date est la date du jour au moment où au moins une information descriptive de l'interface a été modifiée.

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/DateDerMajInter
DateDerMajInter
Minute, heure, jour, mois et année à laquelle l'interface entre les eaux souterraines et le milieu superficiel a été mise à jour. Cette date est la date du jour au moment où au moins une information descriptive de l'interface a été modifiée.
1
1
cct:DateTimeType

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/GeoInter_point
GeoInter_point
1
1

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/GeoInter_arc
GeoInter_arc
1
1

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/GeoInter_surf
GeoInter_surf
1
1

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/GeoInter_multi_surf
GeoInter_multi_surf
1
1

La coordonnée X de l'interface entre les eaux souterraines et le milieu superficiel est la coordonnée X de l'interface dans la projection indiquée dans l'attribut "Système de projection des coordonnées de l'interface Eso/Esu". Si l'interface est ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/CoordXInter
CoordXInter
La coordonnée X de l'interface entre les eaux souterraines et le milieu superficiel est la coordonnée X de l'interface dans la projection indiquée dans l'attribut "Système de projection des coordonnées de l'interface Eso/Esu". Si l'interface est représentée sous la forme d'un point, la coordonnée X désignera la coordonnée de ce point. Si l'interface est représentée sous la forme d'un arc la coordonnée X représentera le milieu de la curviligne. Si l'interface est représentée par un polygone ou un multipolygone la coordonnées X représentera le centroïde du polygone ou du multi polygone.
1
1
cct:NumericType

La coordonnée Y de l'interface entre les eaux souterraines et le milieu superficiel est la coordonnée Y de l'interface dans la projection indiquée dans l'attribut "Système de projection des coordonnées de l'interface Eso/Esu". Si l'interface est...

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/CoordYInter
CoordYInter
La coordonnée Y de l'interface entre les eaux souterraines et le milieu superficiel est la coordonnée Y de l'interface dans la projection indiquée dans l'attribut "Système de projection des coordonnées de l'interface Eso/Esu". Si l'interface est représentée sous la forme d'un point, la coordonnée Y désignera la coordonnée de ce point. Si l'interface est représentée sous la forme d'un arc la coordonnée Y représentera le milieu de la curviligne. Si l'interface est représentée par un polygone ou un multipolygone la coordonnées Y représentera le centroïde du polygone ou du multi polygone.
1
1
cct:NumericType

Cet attribut est un code à deux positions qui indique la projection dans laquelle s'expriment les coordonnées X, Y de l'interface entre le milieu superficiel et les eaux souterraines. Les valeurs possibles sont définies dans la nomenclature n°22....

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/TypeProjectInter
TypeProjectInter
Cet attribut est un code à deux positions qui indique la projection dans laquelle s'expriment les coordonnées X, Y de l'interface entre le milieu superficiel et les eaux souterraines. Les valeurs possibles sont définies dans la nomenclature n°22. Les informations sur les interfaces entre le milieu superficiel et les eaux souterraines relèvent de la responsabilité des gestionnaires de données.
1
1
cct:NumericType

Source documentaire sur laquelle s'appuie la création d'une interface entre le milieu superficiel et les eaux souterraines. La rédaction de cette information s'appuiera sur la norme NF ISO 690 Août 2010 (principes directeurs pour la rédaction des ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/BiblioInter
BiblioInter
Source documentaire sur laquelle s'appuie la création d'une interface entre le milieu superficiel et les eaux souterraines. La rédaction de cette information s'appuiera sur la norme NF ISO 690 Août 2010 (principes directeurs pour la rédaction des références bibliographiques). Exemple présent dans la norme : LOMINANDZE, DG. Cyclotron waves in plasma. Traduit par AN. Dellis ; édité par SM. Hamberger. 1re éd. Oxford : Pergamon Press, 1981. 206 p. International series in natural philosophy. Traduction de : Ciklotronnye volny v plazme. ISBN 0-08-021680-3.
1
1
cct:TextType
255

Informations complémentaires relatives à l'interface entre les eaux souterraines et le milieu superficiel.

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/CommentaireInter
CommentaireInter
Informations complémentaires relatives à l'interface entre les eaux souterraines et le milieu superficiel.
1
1
cct:TextType
255

Précise à l'aide de l'une des valeurs de la nomenclature administrée par le SANDRE, le niveau d'exactitude des coordonnées de l'interface entre les eaux souterraines et le milieu superficiel. Les valeurs possibles sont définies dans la nomenclat...

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/PrecisionCoordInter
PrecisionCoordInter
Précise à l'aide de l'une des valeurs de la nomenclature administrée par le SANDRE, le niveau d'exactitude des coordonnées de l'interface entre les eaux souterraines et le milieu superficiel. Les valeurs possibles sont définies dans la nomenclature n°159. Les informations sur l'interface entre les eaux souterraines et le milieu superficiel relèvent de la responsabilité des gestionnaires de données. cf http://www.sandre.eaufrance.fr/?urn=urn:sandre:donnees:159::::::referentiel:3.1:html
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/159

Informations relatives à la mise à jour de l'interface et des attributs associés.

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/CommentaireMajInter
CommentaireMajInter
Informations relatives à la mise à jour de l'interface et des attributs associés.
1
1
cct:TextType
255

Liste des associations:

Flux d'eau avéré ou non entre et le milieu superficiel (ESU) et les eaux souterraines (ESO).

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/EchangePotEsoEsu
EstLobjet
Flux d'eau avéré ou non entre et le milieu superficiel (ESU) et les eaux souterraines (ESO).
0
*

Dans le domaine de l'eau, un ouvrage désigne toute construction ou dispositif pérenne et de nature anthropique pouvant exercer une pression nuisible (exemple: ouvrages de prélèvement; sites d'activités) ou une amélioration de la qualité ou la qua...

http://id.eaufrance.fr/ddd/ORG/1.0/Ouvrage
EstInfluencé
Dans le domaine de l'eau, un ouvrage désigne toute construction ou dispositif pérenne et de nature anthropique pouvant exercer une pression nuisible (exemple: ouvrages de prélèvement; sites d'activités) ou une amélioration de la qualité ou la quantité des milieux aquatiques naturels, en visant par exemple à réduire la pollution des effluents d'eaux usées. Un ouvrage peut également correspondre aux installations de production de traitement et de distribution d'eau potable.
0
*

MILIEU SUPERFICIEL (ESU)

Ensemble des compartiments où l'eau peut s'écouler ou stagner à la surface de l'écorce terrestre : il s'agit des cours d'eau, des plans d'eau, des milieux humides, des eaux littorales, mers et océans.

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/MilieuSuperficiel
MilieuSuperficiel

Liste des associations:

Flux d'eau avéré ou non entre et le milieu superficiel (ESU) et les eaux souterraines (ESO).

http://id.eaufrance.fr/ddd/REX/1/EchangePotEsoEsu
SontConcernesPar1
Flux d'eau avéré ou non entre et le milieu superficiel (ESU) et les eaux souterraines (ESO).
0
*

Cette entité est héritée par :

Ensemble des eaux salées recouvrant la partie immergée de la planète terre. Le Bureau Hydrographique International (OHI) a déterminé des subdvisions géographiques des mers et des océans.. Cette classification, reprise par l'IFREMER, est la sui...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTS/2002-1/MerOcean
MerOcean
Ensemble des eaux salées recouvrant la partie immergée de la planète terre. Le Bureau Hydrographique International (OHI) a déterminé des subdvisions géographiques des mers et des océans.. Cette classification, reprise par l'IFREMER, est la suivante : Nomenclature : Mer / ELI / 2001 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 1.2 ! Mer du Nord ! Mer du Nord 1.6 ! Mer celtique ! Mer celtique ou Celtic Sea 1.7 ! Manche ! La Manche ou English Channel 1.8 ! Golfe de Gascogne ! Golfe de Gascogne ou Bay of Biscay 3.1 ! Mer Méditerranée ! Mer Méditerranée ---------------------------------------------------------------------- Golfe de Gascogne ou Bay of Biscay : ------------------------------------ Les limites du Golfe de Gascogne sont les suivantes : - A l'Ouest : ligne joignant la Pointe de Penmarc'h au Cap Ortegal - Au Nord, à l'Est et au Sud : côtes françaises et espagnoles entre la Pointe de Penmarc'h et le Cap Ortegal. La Manche ou English Channel : ------------------------------ Les limites de la Manche sont les suivantes : - A l'Est : ligne joignant la frontière France-Belgique à North Foreland, - Au Sud : côtes françaises entre la frontière France-Belgique et l'Ile Vierge, France (48°38'N - 4°34'W), - A l'Ouest : ligne joignant l'Ile Vierge, à Land's End, Angleterre (50°04'N - 5°43'W). - Au Nord : côtes anglaises entre North Foreland et Land's End. Mer celtique ou Celtic Sea : ---------------------------- Les limites de la mer celtique pour la France sont les suivantes : - Au nord : ligne joignant l'Ile Vierge à Land's End, - A l'Est : côtes françaises entre l'Ile Vierge et la Pointe de Penmarc'h, France (47°48'N - 4°22'W), - Au sud : ligne joignant la Pointe de Penmarc'h au Cap Ortegal, Espagne (43°46'N - 7°52'W). Mer du Nord : ------------- Pour la France, la mer du Nord est délimitée à l'Ouest par la ligne joignant la frontière France-Belgique (51°06'N - 2°33'E) à North Foreland, Angleterre (51°23'N - 1°27'E). Fin de la nomenclature Les informations sur les mers et oceans relèvent de la responsabilité de l'IFREMER.

Le concept principal du découpage hydrographique est l’entité hydrographique définie par la circulaire n°91-50. L’entité hydrographique est un cours d’eau naturel ou aménagé, un bras naturel ou aménagé, une voie d’eau artificielle (canal,…), un p...

http://id.eaufrance.fr/ddd/ETH/2002-1/EntiteHydrographique
EntiteHydrographique
Le concept principal du découpage hydrographique est l’entité hydrographique définie par la circulaire n°91-50. L’entité hydrographique est un cours d’eau naturel ou aménagé, un bras naturel ou aménagé, une voie d’eau artificielle (canal,…), un plan d’eau ou une ligne littorale. La nature d’une entité hydrographique n’est pas constante sur toute l’entité. Par exemple, un cours d’eau naturel peut être aménagé sur une partie. Tous ces changements peuvent être indiqués en distinguant des sous-milieux sur l’entité. Les entités hydrographiques sont décomposées en deux types : - les entités hydrographiques linéaires ou cours d’eau, - les entités hydrographiques surfaciques correspondant aux plans d’eau et aux entités linéaires dont les zones larges (supérieures à 50 mètres) sont représentées par des éléments surfaciques. Une entité hydrographique surfacique peut être traversée par un cours d’eau, qui sera nommé cours d’eau principal. Chaque entité est identifiée par un code générique unique au niveau national. Ce code alphanumérique sur 8 positions est constitué de tirets et de caractères. Par exemple, un cours d'eau qui traverse plusieurs zones ou plusieurs sous-secteurs aura un code générique du format des codes génériques suivants 'V12-4000' ou 'R5--0420' (cf. ci-après pour la règle de construction). De plus, une entité hydrographique possède une dénomination dite principale. Règle de construction du code générique de l’entité hydrographique : A chaque entité hydrographique est attribué un numéro à 3 chiffres (5, 6 et 7ème caractères) unique pour le milieu et la ou les zones hydrographiques auxquels elle appartient : il s'agit du numéro de l'entité hydrographique. Une entité hydrographique appartenant à plusieurs zones conserve son numéro d'entité dans toutes les zones concernées. Deux entités hydrographiques d'un même milieu appartenant à deux sous-milieux différents auront des numéros d'entité distincts. Les quatre premiers caractères du code générique correspondent à l’ensemble des codes invariants des zones hydrographiques, le reste des caractères étant remplacé par des tirets '-'. Par exemple, le cours d’eau ' Viveronne ' a pour numéro de l’entité : 050 et pour code milieu : 0. Ce cours d’eau est situé à l’intérieur d’une seule zone hydrographique : P737. Son code générique est donc : P7370500 Le cours d’eau 'La Dronne' a pour numéro d’entité : 025 et pour code milieu : 0 . Ce cours d’eau traverse plusieurs zones hydrographiques (même plusieurs sous-secteurs ) : P746,P744, P742, P70, P734, P731, P730, P716, P715, P714, P711, P710, P702, P701, P700. Parmi ces codes, seuls les deux caractères sont invariants. Son code générique est donc : P7--0250 De manière similaire, la Garonne a pour numéro d’entité : 000 et pour code milieu : 0. Ce cours traverse plusieurs secteurs hydrographiques (tout commencant par “ 0 ”. Son code générique est : 0---00000 L'identification et la définition des entités hydrographiques relève de la responsabilité des Agences de l'Eau.

Un milieu humide est une portion du territoire, naturelle ou artificielle, caractérisée par la présence de l'eau. Un milieu humide peut être ou avoir été (Par exemple d'après la carte de Cassini ou la carte d'état-major (1820-1866) en couleurs) e...

http://id.eaufrance.fr/ddd/MHI/2/MHumide
MHumide
Un milieu humide est une portion du territoire, naturelle ou artificielle, caractérisée par la présence de l'eau. Un milieu humide peut être ou avoir été (Par exemple d'après la carte de Cassini ou la carte d'état-major (1820-1866) en couleurs) en eau, inondé ou gorgé d'eau de façon permanente ou temporaire. L'eau peut y être stagnante ou courante, douce, salée ou saumâtre. La notion de milieu humide regroupe 3 grands ensembles : - Les zones humide d'importance internationale, - Les zones humides loi sur l'eau, - Les autres milieux humides.
Haut