DICTIONNAIRE DES DONNEES

Point d'eau

URI: http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0
Code Sandre: PTE
Version: 1.0
Statut: Validé
Noter cette fiche :

ALIAS DES POINTS D'EAU

Un point peut avoir un ou plusieurs noms d'usage employés localement. Il se distingue du libellé principal en ne se basant sur aucune règle de construction et en reprenant en intégralité le ou les noms d'usage. Le ou les alias des points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AliasPointsEau
AliasPointsEau

Liste des propriétés:

Appellation locale du point d'eau couramment employée par un ou plusieurs utilisateurs de celui-ci. Le ou les alias des points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AliasPointEau
AliasPointEau
Appellation locale du point d'eau couramment employée par un ou plusieurs utilisateurs de celui-ci. Le ou les alias des points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
1
1
cct:TextType
60

ALIAS DES SOURCES

Une source peut avoir un ou plusieurs noms d'usage employés localement. Ces noms se distinguent du libellé principal en ne se basant sur aucune règle de construction et en reprenant en intégralité le ou les noms d'usage. Le ou les alias des sources relèvent de la responsabilité des gestionnaires des stations de mesure localisées sur la source.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AliasSources
AliasSources

Liste des propriétés:

Appellation locale de la source couramment employée par un ou plusieurs utilisateurs de celle-ci. Le ou les alias des sources relèvent de la responsabilité des gestionnaires des stations de mesure localisées sur la source.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AliasSource
AliasSource
Appellation locale de la source couramment employée par un ou plusieurs utilisateurs de celle-ci. Le ou les alias des sources relèvent de la responsabilité des gestionnaires des stations de mesure localisées sur la source.
1
1
cct:TextType
100

AUTRES COORDONNEES DU POINT D'EAU

Le point d'eau est localisée géographiquement en un point toujours unique mais les coordonnées X et Y de ce point peuvent être saisies dans différents systèmes de projection. Les coordonnées principales du point d'eau sont indiquées comme information du point d'eau Les coordonnées du point d'eau dans un autre système de projection sont indiquées dans les autres coordonnées du point d'eau. Ces informations relèvent de la responsabilité des producteurs de données qui utilisent le point d'eau.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AutresCoordPointEau
AutresCoordPointEau

Liste des propriétés:

Cet attribut est un code à deux positions qui indique la projection dans laquelle s'expriment les autres coordonnées du point d'eau. Les coordonnées devront être déterminées sur une carte dont l'échelle est supérieure ou égale au 50 000e. Par c...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ProjAutreCoordPointEau
ProjAutreCoordPointEau
Cet attribut est un code à deux positions qui indique la projection dans laquelle s'expriment les autres coordonnées du point d'eau. Les coordonnées devront être déterminées sur une carte dont l'échelle est supérieure ou égale au 50 000e. Par convention, toutes les coordonnées des points d'eau seront en Lambert 93 (code 26), exceptées ceux situés en dehors du territoire métropolitain et corse. La liste des codes possibles relève de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Projection des coordonnées / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Projection inconnue ! Projection inconnue 1 ! Lambert I Nord ! Lambert I Nord 2 ! Lambert II Centre ! Lambert II Centre 3 ! Lambert III Sud ! Lambert III Sud 4 ! Lambert IV Corse ! Lambert IV Corse 5 ! Lambert II Etendu ! Lambert II Etendu 6 ! Lambert I Carto ! Lambert I Carto 7 ! Lambert II Carto ! Lambert II Carto 8 ! Lambert III Carto ! Lambert III Carto 9 ! Lambert IV Carto ! Lambert IV Carto 10 ! ED50 UTM30 ! ED50 UTM30 11 ! ED50 UTM31 ! ED50 UTM31 12 ! ED50 UTM32 ! ED50 UTM32 13 ! WGS72 UTM30 ! WGS72 UTM30 14 ! WGS72 UTM31 ! WGS72 UTM31 15 ! WGS72 UTM31 ! WGS72 UTM32 16 ! WGS84 UTM30 ! WGS84 UTM30 17 ! WGS84 UTM31 ! WGS84 UTM31 18 ! WGS84 UTM32 ! WGS84 UTM32 19 ! Réunion Gauss Laborde ! Réunion Gauss Laborde 20 ! Martinique Fort Desaix ! Martinique Fort Desaix 21 ! Guadeloupe Saint-Anne ! Guadeloupe Saint-Anne 22 ! Guyane CSG67UTM21 ! Guyane CSG67UTM21 23 ! Guyane CSG67UTM22 ! Guyane CSG67UTM22 24 ! Mayotte Combani ! Mayotte Combani 25 ! Saint Pierre et Miquelon ! Saint Pierre et Miquelon 26 ! Lambert 93 ! Lambert 93 ---------------------------------------------------------------------- ED50 UTM30 : ------------ Equivalence EDIGEO : UTM30 ED50 UTM31 : ------------ Equivalence EDIGEO : UTM31 ED50 UTM32 : ------------ Equivalence EDIGEO : UTM32 Guadeloupe Saint-Anne : ----------------------- Equivalence EDIGEO : GUAD48UTM20 Guyane CSG67UTM21 : ------------------- Equivalence EDIGEO : CSG67UTM21 Guyane CSG67UTM22 : ------------------- Equivalence EDIGEO : CSG67UTM22 Lambert 93 : ------------ Sans équivalence EDIGEO Lambert I Carto : ----------------- Equivalence EDIGEO : LAMB1C Lambert I Nord : ---------------- Equivalence EDIGEO : LAMB1 Lambert II Carto : ------------------ Equivalence EDIGEO : LAMB2C Lambert II Centre : ------------------- Equivalence EDIGEO : LAMB2 Lambert II Etendu : ------------------- Equivalence EDIGEO : LAMBE Lambert III Carto : ------------------- Equivalence EDIGEO : LAMB3C Lambert III Sud : ----------------- Equivalence EDIGEO : LAMB3 Lambert IV Carto : ------------------ Equivalence EDIGEO : LAMB4C Lambert IV Corse : ------------------ Equivalence EDIGEO : LAMB4 Martinique Fort Desaix : ------------------------ Equivalence EDIGEO : MART38UTM20 Mayotte Combani : ----------------- Equivalence EDIGEO : COMBANI Projection inconnue : --------------------- Sans équivalence EDIGEO Réunion Gauss Laborde : ----------------------- Equivalence EDIGEO : REUN47GAUSSL Saint Pierre et Miquelon : -------------------------- Equivalence EDIGEO : STPM50UTM21 WGS72 UTM30 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM30W72 WGS72 UTM31 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM31W72 WGS72 UTM32 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM32W72 WGS84 UTM30 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM30W84 WGS84 UTM31 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM31W84 WGS84 UTM32 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM32W84 Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/22

La coordonnée X du point d'eau est la coordonnée X du point d'eau dans la projection indiquée dans l'attribut "Type de projection des autres coordonnées du point d'eau". Par convention, celle-ci est en Lambert 93 pour tous les points d'eau situés ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AutreCoordXPointEau
AutreCoordXPointEau
La coordonnée X du point d'eau est la coordonnée X du point d'eau dans la projection indiquée dans l'attribut "Type de projection des autres coordonnées du point d'eau". Par convention, celle-ci est en Lambert 93 pour tous les points d'eau situés sur le territoire métropolitain et corse. Elle est exprimée avec la précision maximale du mètre et varie dans une plage de 0 à 1 250 000. Pour les points d'eau situés en dehors de la France métropolitaine, cet attribut contient la coordonnée X de la projection U.T.M. précisée dans l'attribut "Type de projection des autres coordonnées du point d'eau". Il est également exprimé avec la précision maximale du mètre et prend une valeur comprise dans une plage variant au maximum de 0 à + 833 000 au niveau de l'équateur. Les coordonnées devront être déterminées sur une carte dont l'échelle est supérieure ou égale au 50 000e. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:NumericType

La coordonnée Y du point d'eau est la coordonnée Y du point d'eau dans la projection indiquée dans l'attribut "Type de projection des autres coordonnées du point d'eau". Par convention, celle-ci est en Lambert 93 pour tous les points d'eau situés ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AutreCoordYPointEau
AutreCoordYPointEau
La coordonnée Y du point d'eau est la coordonnée Y du point d'eau dans la projection indiquée dans l'attribut "Type de projection des autres coordonnées du point d'eau". Par convention, celle-ci est en Lambert 93 pour tous les points d'eau situés sur le territoire métropolitain et Corse. Elle est exprimée avec la précision maximale du mètre et varie dans une plage allant de 6 000 000 à 7 100 000. Pour les points d'eau situés en dehors de la France métropolitaine, cet attribut contient la coordonnée Y de la projection U.T.M. précisée dans l'attribut "Type de projection des autres coordonnées du point d'eau". Il est également exprimé avec la précision maximale du mètre et varie dans une plage allant de - 10 000 000 (pour le pôle Sud) à + 10 000 000 (pour le pôle Nord). Les coordonnées devront être déterminées sur une carte dont l'échelle est supérieure ou égale au 50 000e. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:NumericType

La précision des coordonnées précise à l'aide de l'une des valeurs de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, le niveau d'exactitude des autres coordonnées du point d'eau. Nomenclature : Précision des coordonnées / PEZ / 2000 - 1 ---...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PrecisionAutreCoordPointEau
PrecisionAutreCoordPointEau
La précision des coordonnées précise à l'aide de l'une des valeurs de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, le niveau d'exactitude des autres coordonnées du point d'eau. Nomenclature : Précision des coordonnées / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Précision inconnue ! Précision inconnue 1 ! Coord. relevées (cm) ! Coordonnées relevées (précision du centimètre) 2 ! Coord. mesurées (m) ! Coordonnées mesurées (précision du mètre) 3 ! Coord. établies (Dm) ! Coordonnées établies (précision du décamètre) 4 ! Coord. estimées (Km) ! Coordonnées estimées (précision du kilomètre) ---------------------------------------------------------------------- Coordonnées estimées (précision du kilomètre) : ----------------------------------------------- Les coordonnées sont dites 'estimées' quand elles ont une précision de l'ordre du kilomètre. Il s'agit par exemple de coordonnées assimilées aux coordonnées du centroïde de la commune où se situe l'objet. Coordonnées établies (précision du décamètre) : ----------------------------------------------- Les coordonnées sont dites 'établies' quand elles ont une précision de l'ordre du décamètre. Il s'agit par exemple de coordonnées établies à l'aide d'une carte d'une échelle supérieure ou égale au 50.000. Coordonnées mesurées (précision du mètre) : ------------------------------------------- Les coordonnées sont dites 'mesurées' quand elles ont une précision de l'ordre du mètre. Il s'agit par exemple de coordonnées mesurées à l'aide d'un GPS. Coordonnées relevées (précision du centimètre) : ------------------------------------------------ Les coordonnées sont dites 'relevées' quand elles ont une précision de l'ordre du centimètre. Il s'agit par exemple de coordonnées relevées par un géomètre. Précision inconnue : -------------------- La précision est inconnue quand aucune information n'est disponible sur le niveau d'exactitude des coordonnées. Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/159

AUTRES COORDONNEES DE LA SOURCE

La source est localisée géographiquement en un point toujours unique mais les coordonnées X et Y de ce point peuvent être saisies dans différents systèmes de projection. Les coordonnées principales de la source sont indiquées comme information de la source. Les coordonnées de la source dans un autre système de projection sont indiquées dans les autres coordonnées de la source. Ces informations relèvent de la responsabilité des producteurs de données qui utilisent le point d'eau formé par la source.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AutresCoordSources
AutresCoordSources

Liste des propriétés:

Cet attribut est un code à deux positions qui indique la projection dans laquelle s'expriment les autres coordonnées de la source. Les coordonnées devront être déterminées sur une carte dont l'échelle est supérieure ou égale au 50 000e. Par con...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ProjAutresCoordSource
ProjAutresCoordSource
Cet attribut est un code à deux positions qui indique la projection dans laquelle s'expriment les autres coordonnées de la source. Les coordonnées devront être déterminées sur une carte dont l'échelle est supérieure ou égale au 50 000e. Par convention, toutes les coordonnées des sources seront en Lambert 93 (code 26), exceptées celles situées en dehors du territoire métropolitain et corse. La liste des codes possibles relève de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Projection des coordonnées / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Projection inconnue ! Projection inconnue 1 ! Lambert I Nord ! Lambert I Nord 2 ! Lambert II Centre ! Lambert II Centre 3 ! Lambert III Sud ! Lambert III Sud 4 ! Lambert IV Corse ! Lambert IV Corse 5 ! Lambert II Etendu ! Lambert II Etendu 6 ! Lambert I Carto ! Lambert I Carto 7 ! Lambert II Carto ! Lambert II Carto 8 ! Lambert III Carto ! Lambert III Carto 9 ! Lambert IV Carto ! Lambert IV Carto 10 ! ED50 UTM30 ! ED50 UTM30 11 ! ED50 UTM31 ! ED50 UTM31 12 ! ED50 UTM32 ! ED50 UTM32 13 ! WGS72 UTM30 ! WGS72 UTM30 14 ! WGS72 UTM31 ! WGS72 UTM31 15 ! WGS72 UTM31 ! WGS72 UTM32 16 ! WGS84 UTM30 ! WGS84 UTM30 17 ! WGS84 UTM31 ! WGS84 UTM31 18 ! WGS84 UTM32 ! WGS84 UTM32 19 ! Réunion Gauss Laborde ! Réunion Gauss Laborde 20 ! Martinique Fort Desaix ! Martinique Fort Desaix 21 ! Guadeloupe Saint-Anne ! Guadeloupe Saint-Anne 22 ! Guyane CSG67UTM21 ! Guyane CSG67UTM21 23 ! Guyane CSG67UTM22 ! Guyane CSG67UTM22 24 ! Mayotte Combani ! Mayotte Combani 25 ! Saint Pierre et Miquelon ! Saint Pierre et Miquelon 26 ! Lambert 93 ! Lambert 93 ---------------------------------------------------------------------- ED50 UTM30 : ------------ Equivalence EDIGEO : UTM30 ED50 UTM31 : ------------ Equivalence EDIGEO : UTM31 ED50 UTM32 : ------------ Equivalence EDIGEO : UTM32 Guadeloupe Saint-Anne : ----------------------- Equivalence EDIGEO : GUAD48UTM20 Guyane CSG67UTM21 : ------------------- Equivalence EDIGEO : CSG67UTM21 Guyane CSG67UTM22 : ------------------- Equivalence EDIGEO : CSG67UTM22 Lambert 93 : ------------ Sans équivalence EDIGEO Lambert I Carto : ----------------- Equivalence EDIGEO : LAMB1C Lambert I Nord : ---------------- Equivalence EDIGEO : LAMB1 Lambert II Carto : ------------------ Equivalence EDIGEO : LAMB2C Lambert II Centre : ------------------- Equivalence EDIGEO : LAMB2 Lambert II Etendu : ------------------- Equivalence EDIGEO : LAMBE Lambert III Carto : ------------------- Equivalence EDIGEO : LAMB3C Lambert III Sud : ----------------- Equivalence EDIGEO : LAMB3 Lambert IV Carto : ------------------ Equivalence EDIGEO : LAMB4C Lambert IV Corse : ------------------ Equivalence EDIGEO : LAMB4 Martinique Fort Desaix : ------------------------ Equivalence EDIGEO : MART38UTM20 Mayotte Combani : ----------------- Equivalence EDIGEO : COMBANI Projection inconnue : --------------------- Sans équivalence EDIGEO Réunion Gauss Laborde : ----------------------- Equivalence EDIGEO : REUN47GAUSSL Saint Pierre et Miquelon : -------------------------- Equivalence EDIGEO : STPM50UTM21 WGS72 UTM30 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM30W72 WGS72 UTM31 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM31W72 WGS72 UTM32 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM32W72 WGS84 UTM30 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM30W84 WGS84 UTM31 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM31W84 WGS84 UTM32 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM32W84 Fin de la nomenclature Les informations sur la source sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le point d'eau formé par la source.
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/22

La coordonnée X de la source est la coordonnée X de la source dans la projection indiquée dans l'attribut "Type de projection des autres coordonnées de la source". Par convention, celle-ci est en Lambert 93 pour toutes les sources situées sur le t...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AutreCoordXSource
AutreCoordXSource
La coordonnée X de la source est la coordonnée X de la source dans la projection indiquée dans l'attribut "Type de projection des autres coordonnées de la source". Par convention, celle-ci est en Lambert 93 pour toutes les sources situées sur le territoire métropolitain et Corse. Elle est exprimée avec la précision maximale du mètre et varie dans une plage de 0 à 1 250 000. Pour les sources situées en dehors de la France métropolitaine, cet attribut contient la coordonnée X de la projection U.T.M. précisée dans l'attribut "Type de projection des autres coordonnées de la source". Il est également exprimé avec la précision maximale du mètre et prend une valeur comprise dans une plage variant au maximum de 0 à + 833 000 au niveau de l'équateur. Les coordonnées devront être déterminées sur une carte dont l'échelle est supérieure ou égale au 50 000e. Les informations sur la source sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le point d'eau formé par la source.
0
1
cct:NumericType

La coordonnée Y de la source est la coordonnée Y de la source dans la projection indiquée dans l'attribut "Type de projection des autres coordonnées de la source". Par convention, celle-ci est en Lambert 93 pour toutes les sources situées sur le t...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AutreCoordYSource
AutreCoordYSource
La coordonnée Y de la source est la coordonnée Y de la source dans la projection indiquée dans l'attribut "Type de projection des autres coordonnées de la source". Par convention, celle-ci est en Lambert 93 pour toutes les sources situées sur le territoire métropolitain et Corse. Elle est exprimée avec la précision maximale du mètre et varie dans une plage allant de 6 000 000 à 7 100 000. Pour les sources situées en dehors de la France métropolitaine, cet attribut contient la coordonnée Y de la projection U.T.M. précisée dans l'attribut "Type de projection des autres coordonnées de la source". Il est également exprimé avec la précision maximale du mètre et varie dans une plage allant de - 10 000 000 (pour le pôle Sud) à + 10 000 000 (pour le pôle Nord). Les coordonnées devront être déterminées sur une carte dont l'échelle est supérieure ou égale au 50 000e. Les informations sur la source sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le point d'eau formé par la source.
0
1
cct:NumericType

La précision des coordonnées précise à l'aide de l'une des valeurs de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, le niveau d'exactitude des autres coordonnées de la source. Nomenclature : Précision des coordonnées / PEZ / 2000 - 1 -----...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PrecisionAutresCoordSource
PrecisionAutresCoordSource
La précision des coordonnées précise à l'aide de l'une des valeurs de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, le niveau d'exactitude des autres coordonnées de la source. Nomenclature : Précision des coordonnées / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Précision inconnue ! Précision inconnue 1 ! Coord. relevées (cm) ! Coordonnées relevées (précision du centimètre) 2 ! Coord. mesurées (m) ! Coordonnées mesurées (précision du mètre) 3 ! Coord. établies (Dm) ! Coordonnées établies (précision du décamètre) 4 ! Coord. estimées (Km) ! Coordonnées estimées (précision du kilomètre) ---------------------------------------------------------------------- Coordonnées estimées (précision du kilomètre) : ----------------------------------------------- Les coordonnées sont dites 'estimées' quand elles ont une précision de l'ordre du kilomètre. Il s'agit par exemple de coordonnées assimilées aux coordonnées du centroïde de la commune où se situe l'objet. Coordonnées établies (précision du décamètre) : ----------------------------------------------- Les coordonnées sont dites 'établies' quand elles ont une précision de l'ordre du décamètre. Il s'agit par exemple de coordonnées établies à l'aide d'une carte d'une échelle supérieure ou égale au 50.000. Coordonnées mesurées (précision du mètre) : ------------------------------------------- Les coordonnées sont dites 'mesurées' quand elles ont une précision de l'ordre du mètre. Il s'agit par exemple de coordonnées mesurées à l'aide d'un GPS. Coordonnées relevées (précision du centimètre) : ------------------------------------------------ Les coordonnées sont dites 'relevées' quand elles ont une précision de l'ordre du centimètre. Il s'agit par exemple de coordonnées relevées par un géomètre. Précision inconnue : -------------------- La précision est inconnue quand aucune information n'est disponible sur le niveau d'exactitude des coordonnées. Fin de la nomenclature Les informations sur la source sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le point d'eau formé par la source.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/159

CODIFICATION LOCALE DU POINT D'EAU

Un point peut faire l'objet d'un code interne à chaque gestionnaire utilisant le point d'eau. Il se distingue du code principal en ne se basant sur aucune règle de construction et en reprenant en intégralité le ou les codes à usage local avec une indication sur sa provenance. Le ou les codes locaux des points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CodificationLocalePointEau
CodificationLocalePointEau

Liste des propriétés:

Le code local est l'identifiant utilisé en interne par un des utilisateurs du point d'eau. Le ou les codes locaux des points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CdLocalPointEau
CdLocalPointEau
Le code local est l'identifiant utilisé en interne par un des utilisateurs du point d'eau. Le ou les codes locaux des points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
1
1
cct:TextType
25

L'origine du code local désigne l'utilisateur du point d'eau qui gère et utilise en interne le code local. Le ou les codes locaux des points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/OrigineCdLocalePointEau
OrigineCdLocalePointEau
L'origine du code local désigne l'utilisateur du point d'eau qui gère et utilise en interne le code local. Le ou les codes locaux des points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:TextType
200

COUPE GEOLOGIQUE

Chaque ouvrage peut faire l'objet d'une coupe géologique. Il s'agit de la description des terrains successivement traversés par l'ouvrage. La coupe géologique se compose de niveaux, chacun associé à un type de terrain traversé par l'ouvrage. Chaque niveau est décrit par une profondeur de début (le toit) et de fin (le mur) établies à partir d'un repère identifié, par une stratigraphie et par une lithologie. Chaque coupe géologique est datée et son dépositaire identifié. La responsabilité des données de la coupe géologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CoupeGeologique
CoupeGeologique

Liste des propriétés:

Altitude exprimée en mètres dans le système altimétrique courant du point de référence à partir duquel a été établie la coupe géologique. La responsabilité des données de la coupe géologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous So...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CoteRepereCoupeGeologique
CoteRepereCoupeGeologique
Altitude exprimée en mètres dans le système altimétrique courant du point de référence à partir duquel a été établie la coupe géologique. La responsabilité des données de la coupe géologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:NumericType

Ensemble des renseignements nécessaires à l'identification voire au repérage sur le terrain du point de référence à partir duquel a été établie la coupe géologique. La responsabilité des données de la coupe géologique relève du dépositaire du dos...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DsCoteRepereCoupeGeologique
DsCoteRepereCoupeGeologique
Ensemble des renseignements nécessaires à l'identification voire au repérage sur le terrain du point de référence à partir duquel a été établie la coupe géologique. La responsabilité des données de la coupe géologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:TextType
100

Date établie au jour près à laquelle la coupe géologique a été réalisée. La responsabilité des données de la coupe géologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateEtablissementCoupeGeologique
DateEtablissementCoupeGeologique
Date établie au jour près à laquelle la coupe géologique a été réalisée. La responsabilité des données de la coupe géologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:DateType

Nom de la personne en tant qu'expert indépendant ou raison sociale de l'organisme auteur de la coupe géologique. La responsabilité des données de la coupe géologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NomDepositaireCoupeGeologique
NomDepositaireCoupeGeologique
Nom de la personne en tant qu'expert indépendant ou raison sociale de l'organisme auteur de la coupe géologique. La responsabilité des données de la coupe géologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:TextType
200

Représentation de la coupe géologique sous la forme d'une image. La responsabilité des données de la coupe géologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/SchemaCoupeGeologique
SchemaCoupeGeologique
Représentation de la coupe géologique sous la forme d'une image. La responsabilité des données de la coupe géologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:BinaryObjectType

Liste des associations:

Le niveau de la coupe géologique est une couche de terrain homogène du point de vue de sa stratigraphie et de sa lithologie. Chaque niveau est décrit par une profondeur de début (le toit) et de fin (le mur) établies à partir d'un repère identifi...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NiveauCoupeGeologique
NiveauCoupeGeologique
Le niveau de la coupe géologique est une couche de terrain homogène du point de vue de sa stratigraphie et de sa lithologie. Chaque niveau est décrit par une profondeur de début (le toit) et de fin (le mur) établies à partir d'un repère identifié. La responsabilité des données sur le niveau de la coupe géologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
1
*

COUPE HYDROGEOLOGIQUE

La coupe hydrogéologique renseigne sur les différents niveaux aquifères traversés par l'ouvrage sans pour autant que l'ouvrage en capte l'eau. Chaque niveau est décrit par une profondeur de début (le toit) et de fin (le mur) établies à partir d'un repère identifié, par une lithologie et par la ou les entités hydrogéologiques traversées avec le cas échéant, la désignation de ou des horizons captés du ou des entités hydrogéologiques. Chaque coupe hydrogéologique est datée et son dépositaire identifié. La responsabilité des données de la coupe hydrogéologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CoupeHydrogeologique
CoupeHydrogeologique

Liste des propriétés:

Altitude exprimée en mètres dans le système altimétrique courant du point de référence à partir duquel a été établie la coupe hydrogéologique. La responsabilité des données de la coupe hydrogéologique relève du dépositaire du dossier à la Banque ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CoteRepereCoupeHydrogeologique
CoteRepereCoupeHydrogeologique
Altitude exprimée en mètres dans le système altimétrique courant du point de référence à partir duquel a été établie la coupe hydrogéologique. La responsabilité des données de la coupe hydrogéologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:NumericType

Ensemble des renseignements nécessaires à l'identification voire au repérage sur le terrain du point de référence à partir duquel a été établie la coupe hydrogéologique. La responsabilité des données de la coupe hydrogéologique relève du déposita...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DsRepereCoupeHydrogeologique
DsRepereCoupeHydrogeologique
Ensemble des renseignements nécessaires à l'identification voire au repérage sur le terrain du point de référence à partir duquel a été établie la coupe hydrogéologique. La responsabilité des données de la coupe hydrogéologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:TextType
100

Date établie au jour près à laquelle la coupe hydrogéologique a été réalisée. La responsabilité des données de la coupe hydrogéologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateEtablissementCoupeHydrogeologique
DateEtablissementCoupeHydrogeologique
Date établie au jour près à laquelle la coupe hydrogéologique a été réalisée. La responsabilité des données de la coupe hydrogéologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:DateType

Nom de la personne en tant qu'expert indépendant ou raison sociale de l'organisme auteur de la coupe hydrogéologique. La responsabilité des données de la coupe hydrogéologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NomDepositaireCoupeHydrogeologique
NomDepositaireCoupeHydrogeologique
Nom de la personne en tant qu'expert indépendant ou raison sociale de l'organisme auteur de la coupe hydrogéologique. La responsabilité des données de la coupe hydrogéologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:TextType
200

Représentation de la coupe hydrogéologique sous la forme d'une image. La responsabilité des données de la coupe hydrogéologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/SchemaCoupeHydrogeologique
SchemaCoupeHydrogeologique
Représentation de la coupe hydrogéologique sous la forme d'une image. La responsabilité des données de la coupe hydrogéologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:BinaryObjectType

Liste des associations:

Un horizon aquifère est un niveau aquifère traversé par un ouvrage. Il est décrit par : - une profondeur de début (le toit) et de fin (le mur) établies à partir d'un repère identifié, - une lithologie, - l'entité hydrogéologique à laquelle elle...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/HorizonAquifere
HorizonAquifere
Un horizon aquifère est un niveau aquifère traversé par un ouvrage. Il est décrit par : - une profondeur de début (le toit) et de fin (le mur) établies à partir d'un repère identifié, - une lithologie, - l'entité hydrogéologique à laquelle elle se rattache, - une information indiquant si l'eau de l'horizon est captée ou non par l'ouvrage. La responsabilité des données de l'horizon aquifère relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
1
*

COUPE TECHNIQUE

La coupe technique est la description des équipements installés dans l'ouvrage. Elle donne une information sur le tubage utilisé à différentes profondeurs. Pour chaque tronçon de l'ouvrage, la coupe technique précise : - le diamètre intérieur du tubage, - la nature du tubage (crépine ou tube plein), - l'épaisseur du tubage, - la matière du tubage (acier, inox, béton, fibre de verre, PVC, téflon, matière inconnue), - présence d'un massif filtrant. La responsabilité des données de la coupe technique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CoupeTechnique
CoupeTechnique

Liste des propriétés:

Altitude exprimée en mètres dans le système altimétrique courant du point de référence à partir duquel a été établie la coupe technique. La responsabilité des données de la coupe technique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CoteRepereCoupeTechnique
CoteRepereCoupeTechnique
Altitude exprimée en mètres dans le système altimétrique courant du point de référence à partir duquel a été établie la coupe technique. La responsabilité des données de la coupe technique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:NumericType

Ensemble des renseignements nécessaires à l'identification voire au repérage sur le terrain du point de référence à partir duquel a été établie la coupe technique. La responsabilité des données de la coupe technique relève du dépositaire du dossi...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DsRepereCoupeTechnique
DsRepereCoupeTechnique
Ensemble des renseignements nécessaires à l'identification voire au repérage sur le terrain du point de référence à partir duquel a été établie la coupe technique. La responsabilité des données de la coupe technique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:TextType
100

Date établie au jour près à laquelle la coupe géologique a été réalisée. La responsabilité des données de la coupe technique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DsEtablissementCoupeTechnique
DsEtablissementCoupeTechnique
Date établie au jour près à laquelle la coupe géologique a été réalisée. La responsabilité des données de la coupe technique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:DateType

Nom de la personne en tant qu'expert indépendant ou raison sociale de l'organisme auteur de la coupe technique. La responsabilité des données de la coupe technique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NomDepositaireCoupeTechnique
NomDepositaireCoupeTechnique
Nom de la personne en tant qu'expert indépendant ou raison sociale de l'organisme auteur de la coupe technique. La responsabilité des données de la coupe technique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:TextType
200

Représentation de la coupe technique sous la forme d'une image. La responsabilité des données de la coupe technique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/SchemaCoupeTechnique
SchemaCoupeTechnique
Représentation de la coupe technique sous la forme d'une image. La responsabilité des données de la coupe technique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:BinaryObjectType

Liste des associations:

Le tubage est un tronçon homogène du point de vue de ses caractéristiques du tubage qui équipe un ouvrage. Chaque tronçon est défini par une profondeur de début et de fin établies à partir d'un repère identifié. La responsabilité des données su...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/Tubage
Tubage
Le tubage est un tronçon homogène du point de vue de ses caractéristiques du tubage qui équipe un ouvrage. Chaque tronçon est défini par une profondeur de début et de fin établies à partir d'un repère identifié. La responsabilité des données sur le tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
1
*

ETAT DU POINT D'EAU

L'état du point d'eau décrit qualitativement les possibilités d'utilisation du point d'eau avec les valeurs de la liste suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Etat du point d'eau / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Etat inconnu ! Etat inconnu 1 ! Rebouché ! Rebouché 2 ! Obstrué ! Obstrué 3 ! Opérationnel ! Opérationnel ---------------------------------------------------------------------- Etat inconnu : -------------- L'état du point d'eau n'est pas connu du producteur de données. Obstrué : --------- Un point est obstrué s'il peut redevenir opérationnel moyennant une expertise et quelques travaux de réaménagement. Opérationnel : -------------- Un point d'eau est opérationnel quand il est utilisé ou utilisable immédiatement pour toute ou partie des fonctions possibles d'un point d'eau. Rebouché : ---------- Un point d'eau est rebouché lorsqu'il est condamné définitivement. Fin de la nomenclature La date à laquelle a été fait le constat de l'état sera également précisée. L'information sur l'état du point d'eau relève de la responsabilité des gestionnaires des stations de mesure localisées sur le point d'eau.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/EtatPointEau
EtatPointEau

Liste des propriétés:

Le code de l'état du point d'eau est le numéro affecté à chaque état possible du point d'eau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Etat du point d'eau / PEZ / 1999 - 1 ----------------------------...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CdEtatPointEau
CdEtatPointEau
Le code de l'état du point d'eau est le numéro affecté à chaque état possible du point d'eau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Etat du point d'eau / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Etat inconnu ! Etat inconnu 1 ! Rebouché ! Rebouché 2 ! Obstrué ! Obstrué 3 ! Opérationnel ! Opérationnel ---------------------------------------------------------------------- Etat inconnu : -------------- L'état du point d'eau n'est pas connu du producteur de données. Obstrué : --------- Un point est obstrué s'il peut redevenir opérationnel moyennant une expertise et quelques travaux de réaménagement. Opérationnel : -------------- Un point d'eau est opérationnel quand il est utilisé ou utilisable immédiatement pour toute ou partie des fonctions possibles d'un point d'eau. Rebouché : ---------- Un point d'eau est rebouché lorsqu'il est condamné définitivement. Fin de la nomenclature L'information sur l'état du point d'eau relève de la responsabilité des gestionnaires des stations de mesure localisées sur le point d'eau.
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/146

Le mnémonique de l'état du point d'eau est un libellé associé à chaque état tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Ce libellé est limité à 25 caractères pour un usage dans des interfaces informatiques (écran, editi...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/MnEtatPointEau
MnEtatPointEau
Le mnémonique de l'état du point d'eau est un libellé associé à chaque état tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Ce libellé est limité à 25 caractères pour un usage dans des interfaces informatiques (écran, edition...). Nomenclature : Etat du point d'eau / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Etat inconnu ! Etat inconnu 1 ! Rebouché ! Rebouché 2 ! Obstrué ! Obstrué 3 ! Opérationnel ! Opérationnel ---------------------------------------------------------------------- Etat inconnu : -------------- L'état du point d'eau n'est pas connu du producteur de données. Obstrué : --------- Un point est obstrué s'il peut redevenir opérationnel moyennant une expertise et quelques travaux de réaménagement. Opérationnel : -------------- Un point d'eau est opérationnel quand il est utilisé ou utilisable immédiatement pour toute ou partie des fonctions possibles d'un point d'eau. Rebouché : ---------- Un point d'eau est rebouché lorsqu'il est condamné définitivement. Fin de la nomenclature L'information sur l'état du point d'eau relève de la responsabilité des gestionnaires des stations de mesure localisées sur le point d'eau.
0
1
cct:TextType
25

Le libellé de l'état du point d'eau est l'appellation explicite affectée à chaque état du point d'eau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Etat du point d'eau / PEZ / 1999 - 1 -------------------...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/LbEtatPointEau
LbEtatPointEau
Le libellé de l'état du point d'eau est l'appellation explicite affectée à chaque état du point d'eau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Etat du point d'eau / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Etat inconnu ! Etat inconnu 1 ! Rebouché ! Rebouché 2 ! Obstrué ! Obstrué 3 ! Opérationnel ! Opérationnel ---------------------------------------------------------------------- Etat inconnu : -------------- L'état du point d'eau n'est pas connu du producteur de données. Obstrué : --------- Un point est obstrué s'il peut redevenir opérationnel moyennant une expertise et quelques travaux de réaménagement. Opérationnel : -------------- Un point d'eau est opérationnel quand il est utilisé ou utilisable immédiatement pour toute ou partie des fonctions possibles d'un point d'eau. Rebouché : ---------- Un point d'eau est rebouché lorsqu'il est condamné définitivement. Fin de la nomenclature L'information sur l'état du point d'eau relève de la responsabilité des gestionnaires des stations de mesure localisées sur le point d'eau.
0
1
cct:TextType
250

La définition de l'état du point d'eau précise pour chaque état possible du point d'eau décrit dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, la signification précise de chaque occurence. Nomenclature : Etat du point d'eau / PEZ / 1999 ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DefEtatPointEau
DefEtatPointEau
La définition de l'état du point d'eau précise pour chaque état possible du point d'eau décrit dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, la signification précise de chaque occurence. Nomenclature : Etat du point d'eau / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Etat inconnu ! Etat inconnu 1 ! Rebouché ! Rebouché 2 ! Obstrué ! Obstrué 3 ! Opérationnel ! Opérationnel ---------------------------------------------------------------------- Etat inconnu : -------------- L'état du point d'eau n'est pas connu du producteur de données. Obstrué : --------- Un point est obstrué s'il peut redevenir opérationnel moyennant une expertise et quelques travaux de réaménagement. Opérationnel : -------------- Un point d'eau est opérationnel quand il est utilisé ou utilisable immédiatement pour toute ou partie des fonctions possibles d'un point d'eau. Rebouché : ---------- Un point d'eau est rebouché lorsqu'il est condamné définitivement. Fin de la nomenclature L'information sur l'état du point d'eau relève de la responsabilité des gestionnaires des stations de mesure localisées sur le point d'eau.
0
1
cct:TextType

EVENEMENT INTERVENU SUR LE POINT D'EAU

Les événements intervenus sur le point d'eau sont les faits que le producteur de données utilisant le point d'eau souhaite conserver car jugés importants pour la compréhension de la vie du point d'eau et de l'interprétation des données qui y sont mesurées. Exemple : - reconstruction de la margelle, - ré-établissement du référentiel altimétrique, - installation d'un appareil de mesure... Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/EvenementPointEau
EvenementPointEau

Liste des propriétés:

La date de l'événement intervenu sur le point d'eau est la date, exprimée au jour près, à laquelle l'événement a eu lieu. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateEvenementPointEau
DateEvenementPointEau
La date de l'événement intervenu sur le point d'eau est la date, exprimée au jour près, à laquelle l'événement a eu lieu. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
1
1
cct:DateType

La description de l'événement est un exposé synthétique et bref des faits intervenus sur le point d'eau que le producteur de données utilisant le point d'eau souhaite conserver car jugés importants pour la compréhension de la vie du point d'eau et...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DsEvenementPointEau
DsEvenementPointEau
La description de l'événement est un exposé synthétique et bref des faits intervenus sur le point d'eau que le producteur de données utilisant le point d'eau souhaite conserver car jugés importants pour la compréhension de la vie du point d'eau et de l'interprétation des données qui y sont mesurées. Exemple : - reconstruction de la margelle, - ré-établissement du référentiel altimétrique, - installation d'un appareil de mesure... Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:TextType
100

NOMENCLATURE DES FONCTIONS DES POINTS D'EAU

Le ou les fonctions d'un point d'eau relèvent de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE : Nomenclature : Fonctions du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Fonction inconnue ! Fonction inconnue 1 ! Pas de fonction ! Pas de fonction 2 ! Piezométrie ! Mesure quantité (piézométrie) 3 ! Débitmétrie ! Mesure quantité (débitmétrie) 4 ! Qualitométrie ! Mesure qualité (qualitométrie) 5 ! Prélèvement ! Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) 6 ! Recharge ! Recharge de nappe (par ré-injection) 7 ! Traçage ! Traçage 8 ! Reconnaissance ! Reconnaissance 9 ! Injection ! Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) ---------------------------------------------------------------------- Fonction inconnue : ------------------- Le point d'eau a une fonction inconnue quand aucune information n'est disponible sur les utilisations du point d'eau. Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) : ----------------------------------------------- Injection d'une substance dans le sous-sol, qui peut être en particulier : - un polluant - de l'eau à une température différente de celle de l'aquifère (pompe à chaleur) du gaz (stockage souterrain) Mesure qualité (qualitométrie) : -------------------------------- Mesure in situ (pour les paramètres non conservatifs : gaz libres, sulfures, alcalinité, température, conductivité, pH, potentiel redox, oxygène dissous, et les paramètres environnementaux), ou en laboratoire sur échantillon d'eau prélevé à cet effet, des paramètres physico-chimiques, microbiologiques, hydrobiologiques. Mesure quantité (débitmétrie) : ------------------------------- Mesure du débit d'une source ou du cours d'eau qui en est issu, selon diverses méthodes, en particulier : directement : - par un débitmètre sur conduite, - par un déversoir étalonné indirectement : - par mesure de la hauteur d'eau et utilisation d'une courbe expérimentale de tarage (relation hauteur-débit) établie par une série de jaugeages (par moulinet...), - par mesure de la vitesse du courant (dispositif à ultrasons) et connaissance de la section mouillée. Mesure quantité (piézométrie) : ------------------------------- Mesure de la hauteur piézométrique dans un puits ou un forage, par observation ou enregistrement d'un niveau d'eau libre ou d'une pression (dans le cas d'un forage artésien jaillissant en nappe captive). Pas de fonction : ----------------- Le point d'eau n'a pas de façon certaine une ou plusieurs des fonctions décrites dans la suite de la nomenclature. Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) : ----------------------------------------------- Toute action consistant à extraire une quantité d'eau non négligeable (on exclue ici le prélèvement d'échantillons pour analyse) pour un ou plusieurs usages (voir liste des usages), de manière continue ou intermittente. Recharge de nappe (par ré-injection) : -------------------------------------- Injection d'eau dans un aquifère destinée à le recharger pour augmenter la quantité d'eau utilisable par pompage dans cette nappe et/ou diluer un élément indésirable (par exemple : nitrates). Reconnaissance : ---------------- Puits ou forage réalisé pour déterminer les caractéristiques locales d'un aquifère (profondeur de l'eau, quantité disponible et qualité). En général, un forage ou puits d'exploitation est ensuite réalisé, soit sur le même emplacement, soit au voisinage immédiat, si la reconnaissance a été satisfaisante au regard des objectifs recherchés. Traçage : --------- Injection d'une substance dont le déplacement est le plus possible identique à celui des molécules d'eau pour déterminer la direction et la vitesse d'écoulement de l'eau dans un aquifère, et simuler la dilution et/ou la dispersion d'une éventuelle pollution accidentelle. Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/FctionPointEau
FctionPointEau

Liste des propriétés:

Le code de la fonction du point d'eau est le numéro affecté à chaque usage possible du point d'eau tel que définie dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Fonctions du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ----------------...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CdFctionPointEau
CdFctionPointEau
Le code de la fonction du point d'eau est le numéro affecté à chaque usage possible du point d'eau tel que définie dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Fonctions du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Fonction inconnue ! Fonction inconnue 1 ! Pas de fonction ! Pas de fonction 2 ! Piezométrie ! Mesure quantité (piézométrie) 3 ! Débitmétrie ! Mesure quantité (débitmétrie) 4 ! Qualitométrie ! Mesure qualité (qualitométrie) 5 ! Prélèvement ! Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) 6 ! Recharge ! Recharge de nappe (par ré-injection) 7 ! Traçage ! Traçage 8 ! Reconnaissance ! Reconnaissance 9 ! Injection ! Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) ---------------------------------------------------------------------- Fonction inconnue : ------------------- Le point d'eau a une fonction inconnue quand aucune information n'est disponible sur les utilisations du point d'eau. Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) : ----------------------------------------------- Injection d'une substance dans le sous-sol, qui peut être en particulier : - un polluant - de l'eau à une température différente de celle de l'aquifère (pompe à chaleur) du gaz (stockage souterrain) Mesure qualité (qualitométrie) : -------------------------------- Mesure in situ (pour les paramètres non conservatifs : gaz libres, sulfures, alcalinité, température, conductivité, pH, potentiel redox, oxygène dissous, et les paramètres environnementaux), ou en laboratoire sur échantillon d'eau prélevé à cet effet, des paramètres physico-chimiques, microbiologiques, hydrobiologiques. Mesure quantité (débitmétrie) : ------------------------------- Mesure du débit d'une source ou du cours d'eau qui en est issu, selon diverses méthodes, en particulier : directement : - par un débitmètre sur conduite, - par un déversoir étalonné indirectement : - par mesure de la hauteur d'eau et utilisation d'une courbe expérimentale de tarage (relation hauteur-débit) établie par une série de jaugeages (par moulinet...), - par mesure de la vitesse du courant (dispositif à ultrasons) et connaissance de la section mouillée. Mesure quantité (piézométrie) : ------------------------------- Mesure de la hauteur piézométrique dans un puits ou un forage, par observation ou enregistrement d'un niveau d'eau libre ou d'une pression (dans le cas d'un forage artésien jaillissant en nappe captive). Pas de fonction : ----------------- Le point d'eau n'a pas de façon certaine une ou plusieurs des fonctions décrites dans la suite de la nomenclature. Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) : ----------------------------------------------- Toute action consistant à extraire une quantité d'eau non négligeable (on exclue ici le prélèvement d'échantillons pour analyse) pour un ou plusieurs usages (voir liste des usages), de manière continue ou intermittente. Recharge de nappe (par ré-injection) : -------------------------------------- Injection d'eau dans un aquifère destinée à le recharger pour augmenter la quantité d'eau utilisable par pompage dans cette nappe et/ou diluer un élément indésirable (par exemple : nitrates). Reconnaissance : ---------------- Puits ou forage réalisé pour déterminer les caractéristiques locales d'un aquifère (profondeur de l'eau, quantité disponible et qualité). En général, un forage ou puits d'exploitation est ensuite réalisé, soit sur le même emplacement, soit au voisinage immédiat, si la reconnaissance a été satisfaisante au regard des objectifs recherchés. Traçage : --------- Injection d'une substance dont le déplacement est le plus possible identique à celui des molécules d'eau pour déterminer la direction et la vitesse d'écoulement de l'eau dans un aquifère, et simuler la dilution et/ou la dispersion d'une éventuelle pollution accidentelle. Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/148

Le mnémonique de la fonction du point d'eau est un libellé associé à chaque usage possible du point d'eau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Ce libellé est limité à 25 caractères pour un usage dans des interfac...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/MnFctionPointEau
MnFctionPointEau
Le mnémonique de la fonction du point d'eau est un libellé associé à chaque usage possible du point d'eau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Ce libellé est limité à 25 caractères pour un usage dans des interfaces informatiques (écran, edition...). Nomenclature : Fonctions du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Fonction inconnue ! Fonction inconnue 1 ! Pas de fonction ! Pas de fonction 2 ! Piezométrie ! Mesure quantité (piézométrie) 3 ! Débitmétrie ! Mesure quantité (débitmétrie) 4 ! Qualitométrie ! Mesure qualité (qualitométrie) 5 ! Prélèvement ! Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) 6 ! Recharge ! Recharge de nappe (par ré-injection) 7 ! Traçage ! Traçage 8 ! Reconnaissance ! Reconnaissance 9 ! Injection ! Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) ---------------------------------------------------------------------- Fonction inconnue : ------------------- Le point d'eau a une fonction inconnue quand aucune information n'est disponible sur les utilisations du point d'eau. Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) : ----------------------------------------------- Injection d'une substance dans le sous-sol, qui peut être en particulier : - un polluant - de l'eau à une température différente de celle de l'aquifère (pompe à chaleur) du gaz (stockage souterrain) Mesure qualité (qualitométrie) : -------------------------------- Mesure in situ (pour les paramètres non conservatifs : gaz libres, sulfures, alcalinité, température, conductivité, pH, potentiel redox, oxygène dissous, et les paramètres environnementaux), ou en laboratoire sur échantillon d'eau prélevé à cet effet, des paramètres physico-chimiques, microbiologiques, hydrobiologiques. Mesure quantité (débitmétrie) : ------------------------------- Mesure du débit d'une source ou du cours d'eau qui en est issu, selon diverses méthodes, en particulier : directement : - par un débitmètre sur conduite, - par un déversoir étalonné indirectement : - par mesure de la hauteur d'eau et utilisation d'une courbe expérimentale de tarage (relation hauteur-débit) établie par une série de jaugeages (par moulinet...), - par mesure de la vitesse du courant (dispositif à ultrasons) et connaissance de la section mouillée. Mesure quantité (piézométrie) : ------------------------------- Mesure de la hauteur piézométrique dans un puits ou un forage, par observation ou enregistrement d'un niveau d'eau libre ou d'une pression (dans le cas d'un forage artésien jaillissant en nappe captive). Pas de fonction : ----------------- Le point d'eau n'a pas de façon certaine une ou plusieurs des fonctions décrites dans la suite de la nomenclature. Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) : ----------------------------------------------- Toute action consistant à extraire une quantité d'eau non négligeable (on exclue ici le prélèvement d'échantillons pour analyse) pour un ou plusieurs usages (voir liste des usages), de manière continue ou intermittente. Recharge de nappe (par ré-injection) : -------------------------------------- Injection d'eau dans un aquifère destinée à le recharger pour augmenter la quantité d'eau utilisable par pompage dans cette nappe et/ou diluer un élément indésirable (par exemple : nitrates). Reconnaissance : ---------------- Puits ou forage réalisé pour déterminer les caractéristiques locales d'un aquifère (profondeur de l'eau, quantité disponible et qualité). En général, un forage ou puits d'exploitation est ensuite réalisé, soit sur le même emplacement, soit au voisinage immédiat, si la reconnaissance a été satisfaisante au regard des objectifs recherchés. Traçage : --------- Injection d'une substance dont le déplacement est le plus possible identique à celui des molécules d'eau pour déterminer la direction et la vitesse d'écoulement de l'eau dans un aquifère, et simuler la dilution et/ou la dispersion d'une éventuelle pollution accidentelle. Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:TextType
25

Le libellé de la fonction du point d'eau est l'appellation explicite affectée à chaque usage d'un point d'eau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Fonctions du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ------...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/LbFctionPointEau
LbFctionPointEau
Le libellé de la fonction du point d'eau est l'appellation explicite affectée à chaque usage d'un point d'eau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Fonctions du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Fonction inconnue ! Fonction inconnue 1 ! Pas de fonction ! Pas de fonction 2 ! Piezométrie ! Mesure quantité (piézométrie) 3 ! Débitmétrie ! Mesure quantité (débitmétrie) 4 ! Qualitométrie ! Mesure qualité (qualitométrie) 5 ! Prélèvement ! Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) 6 ! Recharge ! Recharge de nappe (par ré-injection) 7 ! Traçage ! Traçage 8 ! Reconnaissance ! Reconnaissance 9 ! Injection ! Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) ---------------------------------------------------------------------- Fonction inconnue : ------------------- Le point d'eau a une fonction inconnue quand aucune information n'est disponible sur les utilisations du point d'eau. Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) : ----------------------------------------------- Injection d'une substance dans le sous-sol, qui peut être en particulier : - un polluant - de l'eau à une température différente de celle de l'aquifère (pompe à chaleur) du gaz (stockage souterrain) Mesure qualité (qualitométrie) : -------------------------------- Mesure in situ (pour les paramètres non conservatifs : gaz libres, sulfures, alcalinité, température, conductivité, pH, potentiel redox, oxygène dissous, et les paramètres environnementaux), ou en laboratoire sur échantillon d'eau prélevé à cet effet, des paramètres physico-chimiques, microbiologiques, hydrobiologiques. Mesure quantité (débitmétrie) : ------------------------------- Mesure du débit d'une source ou du cours d'eau qui en est issu, selon diverses méthodes, en particulier : directement : - par un débitmètre sur conduite, - par un déversoir étalonné indirectement : - par mesure de la hauteur d'eau et utilisation d'une courbe expérimentale de tarage (relation hauteur-débit) établie par une série de jaugeages (par moulinet...), - par mesure de la vitesse du courant (dispositif à ultrasons) et connaissance de la section mouillée. Mesure quantité (piézométrie) : ------------------------------- Mesure de la hauteur piézométrique dans un puits ou un forage, par observation ou enregistrement d'un niveau d'eau libre ou d'une pression (dans le cas d'un forage artésien jaillissant en nappe captive). Pas de fonction : ----------------- Le point d'eau n'a pas de façon certaine une ou plusieurs des fonctions décrites dans la suite de la nomenclature. Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) : ----------------------------------------------- Toute action consistant à extraire une quantité d'eau non négligeable (on exclue ici le prélèvement d'échantillons pour analyse) pour un ou plusieurs usages (voir liste des usages), de manière continue ou intermittente. Recharge de nappe (par ré-injection) : -------------------------------------- Injection d'eau dans un aquifère destinée à le recharger pour augmenter la quantité d'eau utilisable par pompage dans cette nappe et/ou diluer un élément indésirable (par exemple : nitrates). Reconnaissance : ---------------- Puits ou forage réalisé pour déterminer les caractéristiques locales d'un aquifère (profondeur de l'eau, quantité disponible et qualité). En général, un forage ou puits d'exploitation est ensuite réalisé, soit sur le même emplacement, soit au voisinage immédiat, si la reconnaissance a été satisfaisante au regard des objectifs recherchés. Traçage : --------- Injection d'une substance dont le déplacement est le plus possible identique à celui des molécules d'eau pour déterminer la direction et la vitesse d'écoulement de l'eau dans un aquifère, et simuler la dilution et/ou la dispersion d'une éventuelle pollution accidentelle. Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:TextType
250

La définition de la fonction du point d'eau précise pour chaque usage possible du point d'eau décrit dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, la signification précise de chaque occurence. Nomenclature : Fonctions du point d'eau / ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DefFctionPointEau
DefFctionPointEau
La définition de la fonction du point d'eau précise pour chaque usage possible du point d'eau décrit dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, la signification précise de chaque occurence. Nomenclature : Fonctions du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Fonction inconnue ! Fonction inconnue 1 ! Pas de fonction ! Pas de fonction 2 ! Piezométrie ! Mesure quantité (piézométrie) 3 ! Débitmétrie ! Mesure quantité (débitmétrie) 4 ! Qualitométrie ! Mesure qualité (qualitométrie) 5 ! Prélèvement ! Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) 6 ! Recharge ! Recharge de nappe (par ré-injection) 7 ! Traçage ! Traçage 8 ! Reconnaissance ! Reconnaissance 9 ! Injection ! Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) ---------------------------------------------------------------------- Fonction inconnue : ------------------- Le point d'eau a une fonction inconnue quand aucune information n'est disponible sur les utilisations du point d'eau. Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) : ----------------------------------------------- Injection d'une substance dans le sous-sol, qui peut être en particulier : - un polluant - de l'eau à une température différente de celle de l'aquifère (pompe à chaleur) du gaz (stockage souterrain) Mesure qualité (qualitométrie) : -------------------------------- Mesure in situ (pour les paramètres non conservatifs : gaz libres, sulfures, alcalinité, température, conductivité, pH, potentiel redox, oxygène dissous, et les paramètres environnementaux), ou en laboratoire sur échantillon d'eau prélevé à cet effet, des paramètres physico-chimiques, microbiologiques, hydrobiologiques. Mesure quantité (débitmétrie) : ------------------------------- Mesure du débit d'une source ou du cours d'eau qui en est issu, selon diverses méthodes, en particulier : directement : - par un débitmètre sur conduite, - par un déversoir étalonné indirectement : - par mesure de la hauteur d'eau et utilisation d'une courbe expérimentale de tarage (relation hauteur-débit) établie par une série de jaugeages (par moulinet...), - par mesure de la vitesse du courant (dispositif à ultrasons) et connaissance de la section mouillée. Mesure quantité (piézométrie) : ------------------------------- Mesure de la hauteur piézométrique dans un puits ou un forage, par observation ou enregistrement d'un niveau d'eau libre ou d'une pression (dans le cas d'un forage artésien jaillissant en nappe captive). Pas de fonction : ----------------- Le point d'eau n'a pas de façon certaine une ou plusieurs des fonctions décrites dans la suite de la nomenclature. Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) : ----------------------------------------------- Toute action consistant à extraire une quantité d'eau non négligeable (on exclue ici le prélèvement d'échantillons pour analyse) pour un ou plusieurs usages (voir liste des usages), de manière continue ou intermittente. Recharge de nappe (par ré-injection) : -------------------------------------- Injection d'eau dans un aquifère destinée à le recharger pour augmenter la quantité d'eau utilisable par pompage dans cette nappe et/ou diluer un élément indésirable (par exemple : nitrates). Reconnaissance : ---------------- Puits ou forage réalisé pour déterminer les caractéristiques locales d'un aquifère (profondeur de l'eau, quantité disponible et qualité). En général, un forage ou puits d'exploitation est ensuite réalisé, soit sur le même emplacement, soit au voisinage immédiat, si la reconnaissance a été satisfaisante au regard des objectifs recherchés. Traçage : --------- Injection d'une substance dont le déplacement est le plus possible identique à celui des molécules d'eau pour déterminer la direction et la vitesse d'écoulement de l'eau dans un aquifère, et simuler la dilution et/ou la dispersion d'une éventuelle pollution accidentelle. Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:TextType

HORIZON AQUIFERE

Un horizon aquifère est un niveau aquifère traversé par un ouvrage. Il est décrit par : - une profondeur de début (le toit) et de fin (le mur) établies à partir d'un repère identifié, - une lithologie, - l'entité hydrogéologique à laquelle elle se rattache, - une information indiquant si l'eau de l'horizon est captée ou non par l'ouvrage. La responsabilité des données de l'horizon aquifère relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/HorizonAquifere
HorizonAquifere

Liste des propriétés:

Distance exprimée en mètre, avec la précision maximale du centimètre, qui sépare le repère de la coupe hydrogéologique des premiers éléments qui caractérisent le début du niveau. La responsabilité des données de l'horizon aquifère relève du dépos...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NiveauToitHorizonAquifere
NiveauToitHorizonAquifere
Distance exprimée en mètre, avec la précision maximale du centimètre, qui sépare le repère de la coupe hydrogéologique des premiers éléments qui caractérisent le début du niveau. La responsabilité des données de l'horizon aquifère relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
1
1
cct:NumericType

Distance exprimée en mètre, avec la précision maximale du centimètre, qui sépare le repère de la coupe hydrogéologique des derniers éléments qui caractérisent la fin du niveau. La responsabilité des données de l'horizon aquifère relève du déposit...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NiveauMurHorizonAquifere
NiveauMurHorizonAquifere
Distance exprimée en mètre, avec la précision maximale du centimètre, qui sépare le repère de la coupe hydrogéologique des derniers éléments qui caractérisent la fin du niveau. La responsabilité des données de l'horizon aquifère relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:NumericType

Liste des associations:

L’entité hydrogéologique est une partie de l’espace géologique, aquifère ou non aquifère, correspondant à un système physique caractérisé au regard de son état et de son comportement hydrogéologique. L’entité hydrogéologique doit être appréhendée...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/2002-1/EntiteHydroGeol
HorizonCapteEntiteHydroGeol
L’entité hydrogéologique est une partie de l’espace géologique, aquifère ou non aquifère, correspondant à un système physique caractérisé au regard de son état et de son comportement hydrogéologique. L’entité hydrogéologique doit être appréhendée au sens systémique et correspond à un découpage plus ou moins « artificiel » d’une réalité complexe. Le système peut se définir comme « Tout ensemble complexe dont on renonce à détailler la structure au-delà d’une schématisation nécessaire et suffisante pour analyser et exprimer les relations qu’il détermine entre entrées et sorties, considérées dans le temps et dans l’espace, suivant un degré de précision donné » [Dictionnaire Français d’Hydrogéologie]. D’une manière plus pratique, l’entité hydrogéologique correspond à une modélisation d’une réalité à un moment donné (avec les connaissances de cet instant). Sa représentation cartographique dans des outils cartographiques actuels entraîne une simplification de cette réalité, notamment les contours fixes de chaque entité. La constitution des entités hydrogéologiques est issue de la connaissance à instant donné du milieu souterrain. L’ensemble du territoire est décomposé en plusieurs entités hydrogéologiques assurant une « jointivité » horizontale et verticale des entités. Les entités hydrogéologiques ont été distinguées en trois niveaux : Les entités de premier niveau ou niveau national : un grand système aquifère, un grand domaine hydrogéologique, les entités de second niveau ou niveau régional : un domaine hydrogéologique, un système aquifère, les entités de 3ième niveau ou niveau local : une unité aquifère, une unité semi-perméable, une unité imperméable. Le concept d'entité hydrogéologique est décrit en détail dans le document SANDRE de description des données du référentiel hydrogéologique. Chaque entité possède un code qui est attribuée par le SANDRE. Chaque entité est décrite et validée par le comité national BD RHF Version 2. Les informations associées à une entité hydrogéologique sont : - les alias de l'entité - les cartes exploitées et couvertes par l'entité, - les entités au-dessus de l'entité, - l'entité mère de l'entité en cours (si l'entité n'est pas de niveau d'utilisation Nationale), - les cartes de structures et piézométriques, - la lithologie et la stratigraphie, - les relations avec les entrées et sorties d'eau, - les relations avec les cours d'eau et les plans d'eau.
0
1

L’entité hydrogéologique est une partie de l’espace géologique, aquifère ou non aquifère, correspondant à un système physique caractérisé au regard de son état et de son comportement hydrogéologique. L’entité hydrogéologique doit être appréhendée...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/2002-1/EntiteHydroGeol
EntiteHydroGeolTraverse
L’entité hydrogéologique est une partie de l’espace géologique, aquifère ou non aquifère, correspondant à un système physique caractérisé au regard de son état et de son comportement hydrogéologique. L’entité hydrogéologique doit être appréhendée au sens systémique et correspond à un découpage plus ou moins « artificiel » d’une réalité complexe. Le système peut se définir comme « Tout ensemble complexe dont on renonce à détailler la structure au-delà d’une schématisation nécessaire et suffisante pour analyser et exprimer les relations qu’il détermine entre entrées et sorties, considérées dans le temps et dans l’espace, suivant un degré de précision donné » [Dictionnaire Français d’Hydrogéologie]. D’une manière plus pratique, l’entité hydrogéologique correspond à une modélisation d’une réalité à un moment donné (avec les connaissances de cet instant). Sa représentation cartographique dans des outils cartographiques actuels entraîne une simplification de cette réalité, notamment les contours fixes de chaque entité. La constitution des entités hydrogéologiques est issue de la connaissance à instant donné du milieu souterrain. L’ensemble du territoire est décomposé en plusieurs entités hydrogéologiques assurant une « jointivité » horizontale et verticale des entités. Les entités hydrogéologiques ont été distinguées en trois niveaux : Les entités de premier niveau ou niveau national : un grand système aquifère, un grand domaine hydrogéologique, les entités de second niveau ou niveau régional : un domaine hydrogéologique, un système aquifère, les entités de 3ième niveau ou niveau local : une unité aquifère, une unité semi-perméable, une unité imperméable. Le concept d'entité hydrogéologique est décrit en détail dans le document SANDRE de description des données du référentiel hydrogéologique. Chaque entité possède un code qui est attribuée par le SANDRE. Chaque entité est décrite et validée par le comité national BD RHF Version 2. Les informations associées à une entité hydrogéologique sont : - les alias de l'entité - les cartes exploitées et couvertes par l'entité, - les entités au-dessus de l'entité, - l'entité mère de l'entité en cours (si l'entité n'est pas de niveau d'utilisation Nationale), - les cartes de structures et piézométriques, - la lithologie et la stratigraphie, - les relations avec les entrées et sorties d'eau, - les relations avec les cours d'eau et les plans d'eau.
0
1

La lithologie est la nature des roches constituant une formation géologique, notamment les systèmes aquifères. Elle se décrit à l'aide de la nomenclature ci-après administrée par le SANDRE dont les définitions des éléments sont issues du dictionn...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/2002-1/Lithologie
Lithologie
La lithologie est la nature des roches constituant une formation géologique, notamment les systèmes aquifères. Elle se décrit à l'aide de la nomenclature ci-après administrée par le SANDRE dont les définitions des éléments sont issues du dictionnaire de géologie (A. Foucault et J.F. Raoult, 4e édition, 1996, MASSON) : Nomenclature : Lithologies / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Lithologie inconnue ! Lithologie inconnue 1 ! Alluvions ! Alluvions 2 ! Alluvions caillouteuses ! Alluvions caillouteuses (galets, graviers, sables) 3 ! Alluvions graveleuses ! Alluvions graveleuses (graviers, sables) 4 ! Altérites ! Altérites 5 ! Andésite ! Andésite 6 ! Anhydrite ! Anhydrite 7 ! Arènes ! Arènes (granitiques ou gneissiques) 8 ! Argiles ! Argiles 9 ! Arkoses ! Arkoses 10 ! Basalte ! Basalte 11 ! Blocs ! Blocs 12 ! Calcaires ! Calcaires 13 ! Gelé (cf. 15) ! Gelé (cf. 15) 14 ! Calcaires dolomitiques ! Calcaires dolomitiques 15 ! Calcaires marneux ! Calcaires marneux 16 ! Calcschistes ! Calcschistes 17 ! Gelé (cf. 66) ! Gelé (cf. 66) 18 ! Gelé ! Gelé 19 ! Conglomérats compacts ! Conglomérats compacts 20 ! Craie ! Craie 21 ! Dacite ! Dacite 22 ! Diorite ! Diorite 23 ! Dolomies ! Dolomies 24 ! Gelé (cf. 79 ou 80) ! Gelé (cf. 79 ou 80) 25 ! Gabbro ! Gabbro 26 ! Galets (et cailloux) ! Galets (et cailloux) 27 ! Gneiss ! Gneiss 28 ! Granite ! Granite 29 ! Graviers ! Graviers 30 ! Grès ! Grès 31 ! Gypse ! Gypse 32 ! Houille ! Houille 33 ! Lapillis (ou pouzzolane) ! Lapillis (ou pouzzolane) 34 ! Latite ! Latite 35 ! Lignite ! Lignite 36 ! Limburgite ! Limburgite 37 ! Limons ! Limons 38 ! Loess ! Loess 39 ! Gelé (cf. 66) ! Gelé (cf. 66) 40 ! Marnes ! Marnes 41 ! Micaschiste ! Micaschiste 42 ! Molasse ! Molasse 43 ! Monzonite ! Monzonite 44 ! Moraines ! Moraines 45 ! Péridotite ! Péridotite 46 ! Phonolite ! Phonolite 47 ! Gelé (cf. 81) ! Gelé (cf. 81) 48 ! Gelé (cf. 77 ou 78) ! Gelé (cf. 77 ou 78) 49 ! Rhyolite ! Rhyolite 50 ! Sables argileux ! Sables argileux 51 ! Sables fins ! Sables fins 52 ! Sables grossiers ! Sables grossiers 53 ! Sables moyens ! Sables moyens 54 ! Schistes ! Schistes 55 ! Schistes cristallins ! Schistes cristallins 56 ! Halite(Sel Gemme) ! Halite(Sel Gemme) 57 ! Syénite ! Syénite 58 ! Syénite néphélinique ! Syénite néphélinique 59 ! Tonalite ! Tonalite 60 ! Tourbe ! Tourbe 61 ! Trachyte ! Trachyte 62 ! Gelé (cf. 64) ! Gelé (cf. 64) 63 ! Gelé ! Gelé 64 ! Tufs et travertin ! Tufs et travertin 65 ! Jaspes (phtanites) ! Jaspes (phtanites) 66 ! Marbres et/ou cipolins ! Marbres et/ou cipolins 67 ! Migmatites ! Migmatites 68 ! Sables ! Sables 69 ! Silt ! Silt 70 ! Craie marneuse ! Craie marneuse 71 ! Conglomérat ! Conglomérat (brèches ou poudingues) 72 ! Limon argileux ! Limon argileux 73 ! Vases consolidées ! Vases consolidées 74 ! Schistes bitumeux ! Schistes bitumeux 75 ! Falun (sable coquillier) ! Falun (sable coquillier) 76 ! Gaize ! Gaize 77 ! Quartzites (ortho) ! Quartzites (orthoquartzites) 78 ! Quartzites (méta) ! Quartzites (métaquartzites) 79 ! Flysh calcaire ! Flysh calcaire 80 ! Flysh argileux ! Flysh argileux 81 ! Sylvinite (Potasse) ! Sylvinite (Potasse) ---------------------------------------------------------------------- Alluvions : ----------- Sédiment des cours d’eau et des lacs composé, selon les régions traversées et la force du courant, de galets, de gravier et de sable en dépôts souvent lenticulaires, la fraction fine correspondant à des argiles et des limons. Les alluvions caillouteuses sont des alluvions contenant des galets. Alluvions caillouteuses (galets, graviers, sables) : ---------------------------------------------------- Les alluvions caillouteuses sont des alluvions (cf. alluvions) contenant des galets. Altérites : ----------- Formation superficielle résultant de l’altération et de la fragmentation sur place de roches antérieures sans transformations pédologiques notables. Andésite : ---------- Roche magmatique effusive, en général gris violacé clair (leucocrate), microlitique fluidale à verre peu abondant, souvent bulleuse à aspect finement scoriacé et à vacuoles remplies de cristobalite et tridymite ou secondairement de calcite blanche. Les andésites basiques donnent des coulées, celles plus acides sont moins fluides et donnent des aiguilles et des culots (volcanisme explosif fréquent). Anhydrite : ----------- Sulfate Ca SO4 du système orthorhombique, en cristaux tabulaires à 3 clivages orthogonaux (apparence de symétrie cubique) donnant deux faces à éclat vitreux ou nacré à fines stries parallèles, et une face non striée ; blanc, gris, bleuâtre ou rougeâtre. Arènes (granitiques ou gneissiques) : ------------------------------------- Sable grossier résultant de l’altération sur place de roches magmatiques ou métamorphiques riches en quartz et feldspath (en particulier granite ou gneiss). Argiles : --------- Terme désignant soit un minéral (minéral argileux) soit une roche composée pour l’essentiel de ces minéraux. Les roches argileuses sont des roches sédimentaires ou résiduelles à grain très fin (classe des lutites), contenant au moins 50 % de minéraux argileux, auxquels peuvent s’ajouter d’autres minéraux très divers, détritiques ou non, d’où des compositions très variées (argiles calcareuses, argiles sableuses, argiles micacées...). Arkoses : --------- Roche sédimentaire détritique terrigène contenant des grains de quartz (jusqu’à 60% environ) de feldspath, pour 25 % au moins, et fréquemment quelques micas. Basalte : --------- Roche magmatique effusive très commune, les basaltes, avec les andésites à pyroxène, constituant 95% des laves continentales et océaniques. Blocs : ------- Eléments rocheux, d’origine quelconque, dont la taille est de quelques centimètres à plusieurs mètres. Selon les classifications granulométriques retenues, un bloc aura un diamètre supérieur à 100, 200 ou 256 mm (la fraction la plus grossière des rudites). Calcaires : ----------- Roche sédimentaire carbonatée contenant au moins 50% de calcite Ca CO3, pouvant être accompagnée d’un peu de dolomite, d’aragonite, de sidérite. Les calcaires se classifient sur la base d’une nomenclature fondée sur leurs caractères les plus marquants : Calcaire pur : 100% à 95% de calcite et 5% maximum de dolomite Calcaire dolomitique : 10 à 50% de dolomite Calcaire marneux : 5 à 35% d’argile Marne : 35 à 65% d’argile Calcaires dolomitiques : ------------------------ Des calcaires argileux sont des calcaires (cf. calcaires) qui contiennent de 10 à 50% de dolomite. Calcaires marneux : ------------------- Des calcaires argileux sont des calcaires (cf. calcaires) qui contiennent de 5 à 35% d’argile. Calcschistes : -------------- Schiste du métamorphique général faible, riche en calcaire. Conglomérats compacts : ----------------------- Roche sédimentaire détritique formée pour 50% au moins de débris de roches de dimension supérieure à 2 millimètres (rudites) liés par un ciment (avec des éléments dont la taille est comprise entre 62,5µm et 2 mm, il s’agit de microconglomérats). Ce terme regroupe les brèches sédimentaires (à éléments en majorité anguleux), les poudingues (à éléments arrondis ou galets) et tous leurs intermédiaires. Craie : ------- Roche sédimentaire marine, calcaire (90% ou plus de Ca CO3), à grain très fin, blanche, poreuse, tendre et friable, traçante. Dacite : -------- Roche magmatique effusive, en général gris clair (leucocrate), microlitique avec verre abondant et phénocristaux de quartz automorphe, de plagioclase (andésine, parfois à liseré d’orthose) et de minéraux ferromagnésiens : biotites, hornblende ou pyroxène type hypersthène. Diorite : --------- Roche magmatique plutonique grenue, à éléments blanchâtres (leucocrate) et verdâtres ou noirâtres, essentiellement composée de plagioclases blanchâtres subautomorphes et d’amphibole verte, avec un peu de biotite. Dolomies : ---------- Roche sédimentaire carbonatée contenant 50% ou plus, de carbonate, dont la moitié au moins est sous forme de dolomite (Ca, Mg) (CO3) 2. Le terme englobe en pratique les dolomies pures (90 à 100% de dolomite) et les dolomies calcarifères ou calcareuses (50 à 90% de dolomite). Flysh argileux : ---------------- Formation sédimentaire détritique à dominante argileuse, souvent épaisse, composée essentiellement d'un empilement de turbidites, typiquement en concordance avec les couches sous-jacentes, et déposées dans une zone orogénique aujourd'hui tectonisée. Flysh calcaire : ---------------- Formation sédimentaire détritique à dominante calcaire, souvent épaisse, composée essentiellement d'un empilement de turbidites, typiquement en concordance avec les couches sous-jacentes, et déposées dans une zone orogénique aujourd'hui tectonisée. Gabbro : -------- Roche magmatique plutonique grenue, de teinte générale vert noirâtre, plus ou moins mouchetée de blanc (méso à mélanocrate), composée de plagioclase subautomorphe et de pyroxène interstitiel, secondairement de hornblende brune, d’olivine, de biotite. Gaize : ------- Roche sédimentaire siliceuse, en partie détritique et en partie d'origine chimique, en général grise à verdâtre, souvent poreuse et légère. Galets (et cailloux) : ---------------------- Cailloux arrondis par usure mécanique (éolienne, fluviatile, marine). Gelé : ------ Anciennement 'Conglomérats poreux ou fissurés' Gelé : ------ Gelé, Anciennement 'Tufs volcaniques' Gelé (cf. 15) : --------------- Gelé (cf. 15), anciennement 'Calcaires argileux' Gelé (cf. 66) : --------------- gelé (cf. 66) Gelé (cf. 77 ou 78) : --------------------- Gelé (cf. 77 ou 78), anciennement 'Quartzites' Gelé (cf. 79 ou 80) : --------------------- gelé (cf. 79 ou 80), anciennement 'Flysh' Gelé (cf. 81) : --------------- Gelé (cf. 81), anciennement 'Potasse' Gneiss : -------- Roche métamorphique du métamorphisme général, très commune, méso - à catazonale le plus souvent, à grain moyen ou grossier (du mm au cm), à foliation souvent nette caractérisée par des lits généralement de teinte sombre, riches en minéraux ferromagnésiens (micas, amphiboles, ...) alternant avec des lits clairs (blancs, gris, rosés) de quartz et de feldspaths, ces derniers nombreux et visibles à l’oeil nu. Granite : --------- Roche magmatique plutonique très commune, grenue, de teinte claire (blanche, grise, rosée, rouge, bleutée : hololeucocrate à leucocrate) avec les minéraux essentiels suivants, constituant 80% de la roche : quartz xénomorphe interstitiel, feldspath alcalin (orthose, microline), et plagioclase (albite, oligoclase) subautomorphe. Graviers : ---------- Eléments de quelques millimètres dans les roches sédimentaires détritiques (classe des rudites). Selon les classifications, les limites vont de 1 ou 2 millimètres à 15 ou à 30 mm, parfois plus. Grès : ------ Roche sédimentaire détritique terrigène composée à 85% au moins de grains de quartz plus ou moins arrondis, de 1/16 mm (62,5µm) à 2 mm (classe des arénites). Gypse : ------- Sulfate hydraté CaSO4, 2H2O, du système monoclinique, à clivages parfaits, à aspect vitreux translucide, nacré ou soyeux suivant les faces, en cristaux tabulaires ou lenticulaires (variétés à faces légèrement courbes, à impuretés de Na, Cl, ...) ; il montre fréquemment des macles simples, en fer de lance, en queue d'hirondelle ou queue d'aronde, il est incolore, blanc, jaunâtre à miel, parfois rougeâtre. Sa dureté est faible. A la flamme, il décrépite, blanchit et s'exfolie. Il est soluble dans l'eau (eaux séléniteuses impropres à la consommation). C'est un minéral fréquent dans les roches sédimentaires et c'est l'un des termes majeurs des évaporites. Halite(Sel Gemme) : ------------------- Chlorure NaCl présent sous la forme de gisements étendus dans des régions sédimentaires, exploitée notamment pour le sel de cuisine, les usages agricoles ou industriels... Houille : --------- Une des formes du charbon qui est le terme général désignant, au sens large, une roche sédimentaire stratifiée, servant de combustible, noire le plus souvent, organogène et essentiellement formée de débris végétaux. La houille au sens large contient 85% de carbone, d’aspect noir, mat ou brillant, tachant les doigts, avec, selon les proportions de matières volatiles (distillant à partir de 960°C) : - charbon flambant gras : plus de 33% de matières volatiles, - charbon gras : 20 à 33%, - charbon demi-gras : 12 à 20%, - charbon maigre : 8 à 12%. La houille au sens strict en contient 5% et on la nomme aussi, à tort, charbon bitumeux pour sa richesse en goudrons (qui ne sont pas des bitumes). Lapillis (ou pouzzolane) : -------------------------- Fragments de lave (élément pyroclastique) projetés par les volcans, à surface scoriacée ou non, et dont la taille est comprise entre 2 et 30 mm, ou entre 2 et 64 mm, selon la classification granulométrique retenue. L’accumulation de tels fragments, également nommée lapilli, ou pouzzolane, donne le plus souvent des couches meubles. Latite : -------- Variété de trachyandésite Lignite : --------- Variété de charbon. Limburgite : ------------ Variété de basanite. Limons : -------- Dépôt détritique meuble, argileux et silteux, à grain très fin (classes de lutites), continental et d’origine fluviatile, lagunaire ou encore éolienne (limons des plateaux, loess). Loess : ------- Dépôt sédimentaire détritique meuble, non stratifié, argilo-calcaire et silteux, à grain inférieur à 62,5 µm (classe de lutites), continental et d’origine éolienne. Ces dépôts, nommés aussi ‘limons des plateaux’, sont de nature périglaciaire. Marbres et/ou cipolins : ------------------------ Marbres : Roche métamorphique dérivant de calcaires ou de dolomies, par métamorphisme général ou de contact. Désigne également toute roche susceptible de prendre un beau poli, et d’être utilisée en décoration ; dans cette acception, le mot n’a pas de sens pétrographique précis (à ne pas utiliser). Cipolin : Calcaire métamorphique à minces veines de serpentine favorisant un débit en fines pelures (d’où leur nom). Au sens large, roches métamorphiques calcaires (calcaires cristallin) formée de cristaux de calcite enchevêtrés, à cassure saccharoïde (ressemblant à la cassure d'un morceau de sucre), donnant souvent des beaux marbres. Marnes : -------- Roche sédimentaire constituée d’un mélange de calcaire et d’argile (pour 35 à 65%), formant la transition entre les calcaires argileux (= calcaires marneux, avec 5 à 35% d’argile) et les argiles calcareuses (= marnes argileuses, avec 65 à 95% d’argile). Micaschiste : ------------- Roche métamorphique commune, épi- à méso-zonale, à grain généralement moyen, à schistosité et foliation marquée, riche en lamelles de mica visibles à l’oeil nu, d’où une structure lépidoblastique et un débit facile en plaquettes (quelques millimètres au centimètres) à surface brillante, claire ou sombre selon la couleur du micas. Les minéraux constitutifs sont les micas, très abondants (biotite et/ou muscovite), le quartz, en cristaux visible à l’oeil, dispersés ou groupés en mince lits discontinus, les feldspaths peu nombreux (60%) du feldspath alcalin (orthose, anorthose, microline en général perthitique) qu’accompagne un peu de biotite (type lépidomélane souvent) et hornblende. Syénite néphélinique : ---------------------- Roche magmatique grenue, blanchâtre, grise, rosée (hololeucocrate à leucocrate), avec des feldspaths alcalins (souvent microcline perthitique) et des feldspathoïdes, néphéline le plus souvent (automorphe si abondant, xénomorphe et interstitielle si rare, et difficile alors à identifier), parfois sodalite, analcime, haüyne. Sylvinite (Potasse) : --------------------- Roche correspondant à un mélange intime de halite NaCl et de sylvite KCl. Tonalite : ---------- Variété de diorite quartzique. Tourbe : -------- Roche combustible légère, brunâtre, surtout formée de l’accumulation de mousses. Trachyte : ---------- Roche magmatique effusive, blanchâtre, grise, gris verdâtre (leucocrate), microlitique et fluidale (structure trachytique), peu ou pas porphyrique, souvent un peu poreuse et donc légère, constituée de sanidine (en microlites ou en phénocristaux limpides et craquelés) d’anorthose, d’albite, avec biotite et amphibole plus rares, à mésostase vitreuse ou cryptocristalline peu abondante. Tufs et travertin : ------------------- Tufs : Roche formée par accumulation de projections volcaniques en fragments de quelques millimètres (roche pyroclastique à lapillis dominants), pouvant contenir des blocs ou des cendres, et consolidée sous l’action de l’eau. Travertin : Roche sédimentaire calcaire continentale, à aspect concrétionné, plus ou moins vacuolaire, grise à jaunâtre, grossièrement litée. Les travertins se déposent aux émergences de certaines sources, et dans des cours d’eau peu profonds à petites cascades (précipitation des carbonates activée par les turbulences et la perte en CO2). Fin de la nomenclature
0
1

MATERIAU DE TUBAGE

Le matériau du tubage décrit les principales familles de matériaux composant le tubage ou le revêtement de sa paroi intérieure avec les valeurs de la liste suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Matériau du tubage / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Matière inconnue ! Matière inconnue 1 ! Acier ! Acier 2 ! Inox ! Inox 3 ! Béton ! Béton 4 ! Fibre de verre ! Fibre de verre 5 ! PVC ! PVC 6 ! Téflon ! Téflon ---------------------------------------------------------------------- Acier : ------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure d'acier ou de tout autre matériau assimilé (acier galvanisé, acier au carbone...). Béton : ------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de béton ou de tout autre matériau assimilé. Fibre de verre : ---------------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de fibre de verre ou de tout autre matériau assimilé. Inox : ------ Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure d'inox ou de tout autre matériau assimilé (acier inoxydable 316, 304...). Matière inconnue : ------------------ Tubage dont le matériau de fabrication ou de revêtement de la paroi intérieure est inconnue pour le producteur de données. PVC : ----- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de chlorure de polyvinyle (PVC) ou de toute autre matière plastique assimilée (polypropylène...). Téflon : -------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de téflon ou de tout autre matériau assimilé. Fin de la nomenclature La responsabilité des données sur le tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/MateriauTubage
MateriauTubage

Liste des propriétés:

Le code du type de tubage est le numéro affecté à chaque famille de matériau possible de tubage tel que définie dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Matériau du tubage / PEZ / 1999 - 1 -------------------------...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CdMateriauTubage
CdMateriauTubage
Le code du type de tubage est le numéro affecté à chaque famille de matériau possible de tubage tel que définie dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Matériau du tubage / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Matière inconnue ! Matière inconnue 1 ! Acier ! Acier 2 ! Inox ! Inox 3 ! Béton ! Béton 4 ! Fibre de verre ! Fibre de verre 5 ! PVC ! PVC 6 ! Téflon ! Téflon ---------------------------------------------------------------------- Acier : ------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure d'acier ou de tout autre matériau assimilé (acier galvanisé, acier au carbone...). Béton : ------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de béton ou de tout autre matériau assimilé. Fibre de verre : ---------------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de fibre de verre ou de tout autre matériau assimilé. Inox : ------ Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure d'inox ou de tout autre matériau assimilé (acier inoxydable 316, 304...). Matière inconnue : ------------------ Tubage dont le matériau de fabrication ou de revêtement de la paroi intérieure est inconnue pour le producteur de données. PVC : ----- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de chlorure de polyvinyle (PVC) ou de toute autre matière plastique assimilée (polypropylène...). Téflon : -------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de téflon ou de tout autre matériau assimilé. Fin de la nomenclature La responsabilité des données sur le tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/154

Le mnémonique du matériau de tubage est un libellé associé à chaque famille de matériau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Ce libellé est limité à 25 caractères pour un usage dans des interfaces informatiques (...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/MnMateriauTubage
MnMateriauTubage
Le mnémonique du matériau de tubage est un libellé associé à chaque famille de matériau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Ce libellé est limité à 25 caractères pour un usage dans des interfaces informatiques (écran, edition...). Nomenclature : Matériau du tubage / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Matière inconnue ! Matière inconnue 1 ! Acier ! Acier 2 ! Inox ! Inox 3 ! Béton ! Béton 4 ! Fibre de verre ! Fibre de verre 5 ! PVC ! PVC 6 ! Téflon ! Téflon ---------------------------------------------------------------------- Acier : ------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure d'acier ou de tout autre matériau assimilé (acier galvanisé, acier au carbone...). Béton : ------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de béton ou de tout autre matériau assimilé. Fibre de verre : ---------------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de fibre de verre ou de tout autre matériau assimilé. Inox : ------ Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure d'inox ou de tout autre matériau assimilé (acier inoxydable 316, 304...). Matière inconnue : ------------------ Tubage dont le matériau de fabrication ou de revêtement de la paroi intérieure est inconnue pour le producteur de données. PVC : ----- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de chlorure de polyvinyle (PVC) ou de toute autre matière plastique assimilée (polypropylène...). Téflon : -------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de téflon ou de tout autre matériau assimilé. Fin de la nomenclature La responsabilité des données sur le tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:TextType
25

Le libellé du matériau de tubage est l'appellation explicite affectée à chaque famille de matériau de tubage tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Matériau du tubage / PEZ / 1999 - 1 -------------...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/LbMateriauTubage
LbMateriauTubage
Le libellé du matériau de tubage est l'appellation explicite affectée à chaque famille de matériau de tubage tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Matériau du tubage / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Matière inconnue ! Matière inconnue 1 ! Acier ! Acier 2 ! Inox ! Inox 3 ! Béton ! Béton 4 ! Fibre de verre ! Fibre de verre 5 ! PVC ! PVC 6 ! Téflon ! Téflon ---------------------------------------------------------------------- Acier : ------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure d'acier ou de tout autre matériau assimilé (acier galvanisé, acier au carbone...). Béton : ------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de béton ou de tout autre matériau assimilé. Fibre de verre : ---------------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de fibre de verre ou de tout autre matériau assimilé. Inox : ------ Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure d'inox ou de tout autre matériau assimilé (acier inoxydable 316, 304...). Matière inconnue : ------------------ Tubage dont le matériau de fabrication ou de revêtement de la paroi intérieure est inconnue pour le producteur de données. PVC : ----- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de chlorure de polyvinyle (PVC) ou de toute autre matière plastique assimilée (polypropylène...). Téflon : -------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de téflon ou de tout autre matériau assimilé. Fin de la nomenclature La responsabilité des données sur le tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:TextType
250

La définition du matériau de tubage précise pour chaque famille de matériau possible décrit dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, la signification précise de chaque occurence. Nomenclature : Matériau du tubage / PEZ / 1999 - 1 ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DefMateriauTubage
DefMateriauTubage
La définition du matériau de tubage précise pour chaque famille de matériau possible décrit dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, la signification précise de chaque occurence. Nomenclature : Matériau du tubage / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Matière inconnue ! Matière inconnue 1 ! Acier ! Acier 2 ! Inox ! Inox 3 ! Béton ! Béton 4 ! Fibre de verre ! Fibre de verre 5 ! PVC ! PVC 6 ! Téflon ! Téflon ---------------------------------------------------------------------- Acier : ------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure d'acier ou de tout autre matériau assimilé (acier galvanisé, acier au carbone...). Béton : ------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de béton ou de tout autre matériau assimilé. Fibre de verre : ---------------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de fibre de verre ou de tout autre matériau assimilé. Inox : ------ Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure d'inox ou de tout autre matériau assimilé (acier inoxydable 316, 304...). Matière inconnue : ------------------ Tubage dont le matériau de fabrication ou de revêtement de la paroi intérieure est inconnue pour le producteur de données. PVC : ----- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de chlorure de polyvinyle (PVC) ou de toute autre matière plastique assimilée (polypropylène...). Téflon : -------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de téflon ou de tout autre matériau assimilé. Fin de la nomenclature La responsabilité des données sur le tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:TextType

NOMENCLATURE DES NATURES DE POINT D'EAU

Les natures d'un point d'eau relèvent de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Pour assurer la compatibilité ascendante de la version 2000-1 de la nomenclature avec celle proposée dans le dictionnaire de la piézométrie 1997-1, les codes sont conservés avec des renvois le cas échéant sur de nouveaux codes quand il y a eu fusion d'occurrences. Nomenclature : Nature des points d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature inconnue ! Nature inconnue 1 ! Affleurement d'eau ! Affleurement d'eau 2 ! Cavité souterraine ! Cavité souterraine 3 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 4 ! Drain ! Drain 5 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 6 ! Forage ! Forage 7 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 8 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 9 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 10 ! Perte ! Perte 11 ! Cf. code 6 ! Cf. code 6 12 ! Puits ! Puits 13 ! Cf. code 6 ! Cf. code 6 14 ! Source ! Source 15 ! Cf. code 14 ! Cf. code 14 16 ! Cf. code 14 ! Cf. code 14 17 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 18 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 ---------------------------------------------------------------------- Affleurement d'eau : -------------------- Carrières à ciel ouvert, gravières, zones humides, etc. Exceptionnellement : lac, rivière, étang... Source : Les lexiques des mots clés utilisables pour la rédaction du dossier de documentation sur le sous-sol (octobre 1990, 88SGN 856 DIG) Cavité souterraine : -------------------- Cavité naturelle ou anthropique (aven, grotte, galerie de mine, etc.). Correspondance : 'Aven' (Nature de l'ouvrage du piézomètre / PEZ / 1997 -1) Drain : ------- Tout conduit non étanche, collecteur d'eau souterraine par gravité, imposant des niveaux rabattus (potentiels) constants, dans lequel l'eau s'écoule avec ou sans surface libre (tranchée, galerie, canalisation enterrée, puits ou forage). Plus particulièrement, un drain est un conduit de collecte et d'évacuation de l'eau excédentaire dans un périmètre d'irrigation et d'assainissement (réseau de drainage) ; ouvrage servant à maintenir les niveaux piézométriques, la surface libre d'une nappe au dessous de cotes fixées, et à prévenir les sous-pressions. Ouvrage dont le but est d'évacuer l'eau plutôt que de la capter. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Forage : -------- Ouvrage impliquant l'exploitation passée, présente ou future d'une substance minérale, eau comprise. Forage d'injection d'eau. Source : Les lexiques des mots clés utilisables pour la rédaction du dossier de documentation sur le sous-sol (octobre 1990, 88SGN 856 DIG) Perte : ------- Lieu et phénomène de disparition naturelle totale ou partielle d'un cours d'eau de surface permanent ou temporaire dans le sous-sol, par infiltration ou par engouffrement, en domaine karstique principalement. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Puits : ------- Toute excavation creusée à partir de la surface du sol et pénétrant un aquifère, utilisée pour puiser de l'eau ou pour agir localement sur la charge hydraulique dans l'aquifère, ou plus largement pour d'autres usages (pénétration dans le sous-sol, extraction, etc.). Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977 Source : -------- Lieu et phénomène d'apparition et d'écoulement naturel d'eau souterraine à la surface du sol, assez bien individualisés et à l'origine en général d'un cours d'eau de surface. Vasque d'eau formée par l'émergence. Sous ce terme générique sont incluses les sources captées, karstiques et non captées ainsi que les fontaines hors réseau de distribution. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Correspondance : 'Source captée' (Nature de l'ouvrage du piézomètre / PEZ / 1997 -1) Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NaturePointEau
NaturePointEau

Liste des propriétés:

Le code de la nature du point d'eau est le numéro affecté à chaque forme possible d'un point d'eau tel que définie dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Pour assurer la compatibilité ascendante de la version 2000-1 de la nomencl...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CdNaturePointEau
CdNaturePointEau
Le code de la nature du point d'eau est le numéro affecté à chaque forme possible d'un point d'eau tel que définie dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Pour assurer la compatibilité ascendante de la version 2000-1 de la nomenclature avec celle proposée dans le dictionnaire de la piézométrie 1997-1, les codes sont conservés avec des renvois le cas échéant sur de nouveaux codes quand il y a eu fusion d'occurrences. Nomenclature : Nature des points d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature inconnue ! Nature inconnue 1 ! Affleurement d'eau ! Affleurement d'eau 2 ! Cavité souterraine ! Cavité souterraine 3 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 4 ! Drain ! Drain 5 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 6 ! Forage ! Forage 7 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 8 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 9 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 10 ! Perte ! Perte 11 ! Cf. code 6 ! Cf. code 6 12 ! Puits ! Puits 13 ! Cf. code 6 ! Cf. code 6 14 ! Source ! Source 15 ! Cf. code 14 ! Cf. code 14 16 ! Cf. code 14 ! Cf. code 14 17 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 18 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 ---------------------------------------------------------------------- Affleurement d'eau : -------------------- Carrières à ciel ouvert, gravières, zones humides, etc. Exceptionnellement : lac, rivière, étang... Source : Les lexiques des mots clés utilisables pour la rédaction du dossier de documentation sur le sous-sol (octobre 1990, 88SGN 856 DIG) Cavité souterraine : -------------------- Cavité naturelle ou anthropique (aven, grotte, galerie de mine, etc.). Correspondance : 'Aven' (Nature de l'ouvrage du piézomètre / PEZ / 1997 -1) Drain : ------- Tout conduit non étanche, collecteur d'eau souterraine par gravité, imposant des niveaux rabattus (potentiels) constants, dans lequel l'eau s'écoule avec ou sans surface libre (tranchée, galerie, canalisation enterrée, puits ou forage). Plus particulièrement, un drain est un conduit de collecte et d'évacuation de l'eau excédentaire dans un périmètre d'irrigation et d'assainissement (réseau de drainage) ; ouvrage servant à maintenir les niveaux piézométriques, la surface libre d'une nappe au dessous de cotes fixées, et à prévenir les sous-pressions. Ouvrage dont le but est d'évacuer l'eau plutôt que de la capter. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Forage : -------- Ouvrage impliquant l'exploitation passée, présente ou future d'une substance minérale, eau comprise. Forage d'injection d'eau. Source : Les lexiques des mots clés utilisables pour la rédaction du dossier de documentation sur le sous-sol (octobre 1990, 88SGN 856 DIG) Perte : ------- Lieu et phénomène de disparition naturelle totale ou partielle d'un cours d'eau de surface permanent ou temporaire dans le sous-sol, par infiltration ou par engouffrement, en domaine karstique principalement. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Puits : ------- Toute excavation creusée à partir de la surface du sol et pénétrant un aquifère, utilisée pour puiser de l'eau ou pour agir localement sur la charge hydraulique dans l'aquifère, ou plus largement pour d'autres usages (pénétration dans le sous-sol, extraction, etc.). Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977 Source : -------- Lieu et phénomène d'apparition et d'écoulement naturel d'eau souterraine à la surface du sol, assez bien individualisés et à l'origine en général d'un cours d'eau de surface. Vasque d'eau formée par l'émergence. Sous ce terme générique sont incluses les sources captées, karstiques et non captées ainsi que les fontaines hors réseau de distribution. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Correspondance : 'Source captée' (Nature de l'ouvrage du piézomètre / PEZ / 1997 -1) Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/149

Le mnémonique de la nature du point d'eau est un libellé associé à chaque forme possible de point d'eau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Ce libellé est limité à 25 caractères pour un usage dans des interfaces...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/MnNaturePointEau
MnNaturePointEau
Le mnémonique de la nature du point d'eau est un libellé associé à chaque forme possible de point d'eau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Ce libellé est limité à 25 caractères pour un usage dans des interfaces informatiques (écran, edition...). Pour assurer la compatibilité ascendante de la version 2000-1 de la nomenclature avec celle proposée dans le dictionnaire de la piézométrie 1997-1, les codes sont conservés avec des renvois le cas échéant sur de nouveaux codes quand il y a eu fusion d'occurrences. Nomenclature : Nature des points d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature inconnue ! Nature inconnue 1 ! Affleurement d'eau ! Affleurement d'eau 2 ! Cavité souterraine ! Cavité souterraine 3 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 4 ! Drain ! Drain 5 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 6 ! Forage ! Forage 7 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 8 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 9 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 10 ! Perte ! Perte 11 ! Cf. code 6 ! Cf. code 6 12 ! Puits ! Puits 13 ! Cf. code 6 ! Cf. code 6 14 ! Source ! Source 15 ! Cf. code 14 ! Cf. code 14 16 ! Cf. code 14 ! Cf. code 14 17 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 18 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 ---------------------------------------------------------------------- Affleurement d'eau : -------------------- Carrières à ciel ouvert, gravières, zones humides, etc. Exceptionnellement : lac, rivière, étang... Source : Les lexiques des mots clés utilisables pour la rédaction du dossier de documentation sur le sous-sol (octobre 1990, 88SGN 856 DIG) Cavité souterraine : -------------------- Cavité naturelle ou anthropique (aven, grotte, galerie de mine, etc.). Correspondance : 'Aven' (Nature de l'ouvrage du piézomètre / PEZ / 1997 -1) Drain : ------- Tout conduit non étanche, collecteur d'eau souterraine par gravité, imposant des niveaux rabattus (potentiels) constants, dans lequel l'eau s'écoule avec ou sans surface libre (tranchée, galerie, canalisation enterrée, puits ou forage). Plus particulièrement, un drain est un conduit de collecte et d'évacuation de l'eau excédentaire dans un périmètre d'irrigation et d'assainissement (réseau de drainage) ; ouvrage servant à maintenir les niveaux piézométriques, la surface libre d'une nappe au dessous de cotes fixées, et à prévenir les sous-pressions. Ouvrage dont le but est d'évacuer l'eau plutôt que de la capter. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Forage : -------- Ouvrage impliquant l'exploitation passée, présente ou future d'une substance minérale, eau comprise. Forage d'injection d'eau. Source : Les lexiques des mots clés utilisables pour la rédaction du dossier de documentation sur le sous-sol (octobre 1990, 88SGN 856 DIG) Perte : ------- Lieu et phénomène de disparition naturelle totale ou partielle d'un cours d'eau de surface permanent ou temporaire dans le sous-sol, par infiltration ou par engouffrement, en domaine karstique principalement. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Puits : ------- Toute excavation creusée à partir de la surface du sol et pénétrant un aquifère, utilisée pour puiser de l'eau ou pour agir localement sur la charge hydraulique dans l'aquifère, ou plus largement pour d'autres usages (pénétration dans le sous-sol, extraction, etc.). Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977 Source : -------- Lieu et phénomène d'apparition et d'écoulement naturel d'eau souterraine à la surface du sol, assez bien individualisés et à l'origine en général d'un cours d'eau de surface. Vasque d'eau formée par l'émergence. Sous ce terme générique sont incluses les sources captées, karstiques et non captées ainsi que les fontaines hors réseau de distribution. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Correspondance : 'Source captée' (Nature de l'ouvrage du piézomètre / PEZ / 1997 -1) Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:TextType
25

Le libellé de la nature du point d'eau est l'appellation explicite affectée à chaque forme de point d'eau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Pour assurer la compatibilité ascendante de la version 2000-1 de la n...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/LbNaturePointEau
LbNaturePointEau
Le libellé de la nature du point d'eau est l'appellation explicite affectée à chaque forme de point d'eau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Pour assurer la compatibilité ascendante de la version 2000-1 de la nomenclature avec celle proposée dans le dictionnaire de la piézométrie 1997-1, les codes sont conservés avec des renvois le cas échéant sur de nouveaux codes quand il y a eu fusion d'occurrences. Nomenclature : Nature des points d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature inconnue ! Nature inconnue 1 ! Affleurement d'eau ! Affleurement d'eau 2 ! Cavité souterraine ! Cavité souterraine 3 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 4 ! Drain ! Drain 5 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 6 ! Forage ! Forage 7 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 8 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 9 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 10 ! Perte ! Perte 11 ! Cf. code 6 ! Cf. code 6 12 ! Puits ! Puits 13 ! Cf. code 6 ! Cf. code 6 14 ! Source ! Source 15 ! Cf. code 14 ! Cf. code 14 16 ! Cf. code 14 ! Cf. code 14 17 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 18 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 ---------------------------------------------------------------------- Affleurement d'eau : -------------------- Carrières à ciel ouvert, gravières, zones humides, etc. Exceptionnellement : lac, rivière, étang... Source : Les lexiques des mots clés utilisables pour la rédaction du dossier de documentation sur le sous-sol (octobre 1990, 88SGN 856 DIG) Cavité souterraine : -------------------- Cavité naturelle ou anthropique (aven, grotte, galerie de mine, etc.). Correspondance : 'Aven' (Nature de l'ouvrage du piézomètre / PEZ / 1997 -1) Drain : ------- Tout conduit non étanche, collecteur d'eau souterraine par gravité, imposant des niveaux rabattus (potentiels) constants, dans lequel l'eau s'écoule avec ou sans surface libre (tranchée, galerie, canalisation enterrée, puits ou forage). Plus particulièrement, un drain est un conduit de collecte et d'évacuation de l'eau excédentaire dans un périmètre d'irrigation et d'assainissement (réseau de drainage) ; ouvrage servant à maintenir les niveaux piézométriques, la surface libre d'une nappe au dessous de cotes fixées, et à prévenir les sous-pressions. Ouvrage dont le but est d'évacuer l'eau plutôt que de la capter. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Forage : -------- Ouvrage impliquant l'exploitation passée, présente ou future d'une substance minérale, eau comprise. Forage d'injection d'eau. Source : Les lexiques des mots clés utilisables pour la rédaction du dossier de documentation sur le sous-sol (octobre 1990, 88SGN 856 DIG) Perte : ------- Lieu et phénomène de disparition naturelle totale ou partielle d'un cours d'eau de surface permanent ou temporaire dans le sous-sol, par infiltration ou par engouffrement, en domaine karstique principalement. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Puits : ------- Toute excavation creusée à partir de la surface du sol et pénétrant un aquifère, utilisée pour puiser de l'eau ou pour agir localement sur la charge hydraulique dans l'aquifère, ou plus largement pour d'autres usages (pénétration dans le sous-sol, extraction, etc.). Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977 Source : -------- Lieu et phénomène d'apparition et d'écoulement naturel d'eau souterraine à la surface du sol, assez bien individualisés et à l'origine en général d'un cours d'eau de surface. Vasque d'eau formée par l'émergence. Sous ce terme générique sont incluses les sources captées, karstiques et non captées ainsi que les fontaines hors réseau de distribution. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Correspondance : 'Source captée' (Nature de l'ouvrage du piézomètre / PEZ / 1997 -1) Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:TextType
250

La définition de la nature du point d'eau précise pour chaque forme possible de point d'eau décrite dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, la signification précise de chaque occurence. Pour assurer la compatibilité ascendante de ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DefNaturePointEau
DefNaturePointEau
La définition de la nature du point d'eau précise pour chaque forme possible de point d'eau décrite dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, la signification précise de chaque occurence. Pour assurer la compatibilité ascendante de la version 2000-1 de la nomenclature avec celle proposée dans le dictionnaire de la piézométrie 1997-1, les codes sont conservés avec des renvois le cas échéant sur de nouveaux codes quand il y a eu fusion d'occurrences. Nomenclature : Nature des points d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature inconnue ! Nature inconnue 1 ! Affleurement d'eau ! Affleurement d'eau 2 ! Cavité souterraine ! Cavité souterraine 3 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 4 ! Drain ! Drain 5 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 6 ! Forage ! Forage 7 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 8 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 9 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 10 ! Perte ! Perte 11 ! Cf. code 6 ! Cf. code 6 12 ! Puits ! Puits 13 ! Cf. code 6 ! Cf. code 6 14 ! Source ! Source 15 ! Cf. code 14 ! Cf. code 14 16 ! Cf. code 14 ! Cf. code 14 17 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 18 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 ---------------------------------------------------------------------- Affleurement d'eau : -------------------- Carrières à ciel ouvert, gravières, zones humides, etc. Exceptionnellement : lac, rivière, étang... Source : Les lexiques des mots clés utilisables pour la rédaction du dossier de documentation sur le sous-sol (octobre 1990, 88SGN 856 DIG) Cavité souterraine : -------------------- Cavité naturelle ou anthropique (aven, grotte, galerie de mine, etc.). Correspondance : 'Aven' (Nature de l'ouvrage du piézomètre / PEZ / 1997 -1) Drain : ------- Tout conduit non étanche, collecteur d'eau souterraine par gravité, imposant des niveaux rabattus (potentiels) constants, dans lequel l'eau s'écoule avec ou sans surface libre (tranchée, galerie, canalisation enterrée, puits ou forage). Plus particulièrement, un drain est un conduit de collecte et d'évacuation de l'eau excédentaire dans un périmètre d'irrigation et d'assainissement (réseau de drainage) ; ouvrage servant à maintenir les niveaux piézométriques, la surface libre d'une nappe au dessous de cotes fixées, et à prévenir les sous-pressions. Ouvrage dont le but est d'évacuer l'eau plutôt que de la capter. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Forage : -------- Ouvrage impliquant l'exploitation passée, présente ou future d'une substance minérale, eau comprise. Forage d'injection d'eau. Source : Les lexiques des mots clés utilisables pour la rédaction du dossier de documentation sur le sous-sol (octobre 1990, 88SGN 856 DIG) Perte : ------- Lieu et phénomène de disparition naturelle totale ou partielle d'un cours d'eau de surface permanent ou temporaire dans le sous-sol, par infiltration ou par engouffrement, en domaine karstique principalement. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Puits : ------- Toute excavation creusée à partir de la surface du sol et pénétrant un aquifère, utilisée pour puiser de l'eau ou pour agir localement sur la charge hydraulique dans l'aquifère, ou plus largement pour d'autres usages (pénétration dans le sous-sol, extraction, etc.). Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977 Source : -------- Lieu et phénomène d'apparition et d'écoulement naturel d'eau souterraine à la surface du sol, assez bien individualisés et à l'origine en général d'un cours d'eau de surface. Vasque d'eau formée par l'émergence. Sous ce terme générique sont incluses les sources captées, karstiques et non captées ainsi que les fontaines hors réseau de distribution. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Correspondance : 'Source captée' (Nature de l'ouvrage du piézomètre / PEZ / 1997 -1) Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:TextType

NATURE DE REFERENCE ALTIMETRIQUE

La nature de référence altimétrique du point d'eau décrit les différents types de points physiques qui peuvent être utilisés comme référence altimétrique dans une construction classique (tube dépassant du sol protégé par un socle ou une margelle). Nomenclature : Nature de la référence altimétrique / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 1 ! Repère ! Repère 2 ! Margelle ! Margelle 3 ! Sol ! Sol ---------------------------------------------------------------------- Margelle : ---------- Rebord supérieur du socle ou de la margelle Repère : -------- Repère de mesure (rebord du tube) Sol : ----- Sol au pied du piézomètre Fin de la nomenclature Cette liste de nature de référence altimétrique est administrée par le SANDRE.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NatureRefAltimetrique
NatureRefAltimetrique

Liste des propriétés:

La nature de référence altimétrique du point d'eau précise à l'aide d'un des codes de la listes ci-dessous administrée par le SANDRE, le point physique sur le point utilisé comme référence altimétrique dans une construction classique (tube dépassa...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CdNatureRefAltimetrique
CdNatureRefAltimetrique
La nature de référence altimétrique du point d'eau précise à l'aide d'un des codes de la listes ci-dessous administrée par le SANDRE, le point physique sur le point utilisé comme référence altimétrique dans une construction classique (tube dépassant du sol protégé par un socle ou une margelle). Nomenclature : Nature de la référence altimétrique / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 1 ! Repère ! Repère 2 ! Margelle ! Margelle 3 ! Sol ! Sol ---------------------------------------------------------------------- Margelle : ---------- Rebord supérieur du socle ou de la margelle Repère : -------- Repère de mesure (rebord du tube) Sol : ----- Sol au pied du piézomètre Fin de la nomenclature Cette liste de nature de référence altimétrique est administrée par le SANDRE.
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/171

Le mnémonique de la nature de référence altimétrique du point d'eau est un libellé associé à chaque type de points physiques qui peuvent être utilisés comme référence altimétrique. Ce libellé est limitée à 25 caractères pour un usage dans des inte...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/MnNatureRefAltimetrique
MnNatureRefAltimetrique
Le mnémonique de la nature de référence altimétrique du point d'eau est un libellé associé à chaque type de points physiques qui peuvent être utilisés comme référence altimétrique. Ce libellé est limitée à 25 caractères pour un usage dans des interfaces informatiques (écran, édition,...) Nomenclature : Nature de la référence altimétrique / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 1 ! Repère ! Repère 2 ! Margelle ! Margelle 3 ! Sol ! Sol ---------------------------------------------------------------------- Margelle : ---------- Rebord supérieur du socle ou de la margelle Repère : -------- Repère de mesure (rebord du tube) Sol : ----- Sol au pied du piézomètre Fin de la nomenclature Cette liste de nature de référence altimétrique est administrée par le SANDRE.
0
1
cct:TextType
25

Le libellé de la nature de référence altimétrique du point d'eau est l'appelation explicite affectée à chaque référence altimétrique tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Nature de la référence alt...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/LbNatureRefAltimetrique
LbNatureRefAltimetrique
Le libellé de la nature de référence altimétrique du point d'eau est l'appelation explicite affectée à chaque référence altimétrique tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Nature de la référence altimétrique / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 1 ! Repère ! Repère 2 ! Margelle ! Margelle 3 ! Sol ! Sol ---------------------------------------------------------------------- Margelle : ---------- Rebord supérieur du socle ou de la margelle Repère : -------- Repère de mesure (rebord du tube) Sol : ----- Sol au pied du piézomètre Fin de la nomenclature Cette liste de nature de référence altimétrique est administrée par le SANDRE.
0
1
cct:TextType
250

La définition de la nature de référence altimétrique du point d'eau précise pour chaque référence altimétrique décrite dans la nomenclature administrée par le SANDRE, la signification précise de chaque occurence. Nomenclature : Nature de la réfé...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DefNatureRefAltimetrique
DefNatureRefAltimetrique
La définition de la nature de référence altimétrique du point d'eau précise pour chaque référence altimétrique décrite dans la nomenclature administrée par le SANDRE, la signification précise de chaque occurence. Nomenclature : Nature de la référence altimétrique / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 1 ! Repère ! Repère 2 ! Margelle ! Margelle 3 ! Sol ! Sol ---------------------------------------------------------------------- Margelle : ---------- Rebord supérieur du socle ou de la margelle Repère : -------- Repère de mesure (rebord du tube) Sol : ----- Sol au pied du piézomètre Fin de la nomenclature Cette liste de nature de référence altimétrique est administrée par le SANDRE.
0
1
cct:TextType

NATURE DE TUBAGE

La nature du tubage est une nomenclature servant à qualifier la perméabilité des tubages installés sur un point d'eau. Elle se compose des occurrences suivantes administrées par le SANDRE. Nomenclature : Nature de tubage / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature de tubage inconnue! Nature de tubage inconnue 1 ! Tube plein ! Tube plein 2 ! Crépine ! Crépine ---------------------------------------------------------------------- Crépine : --------- Tube dont la paroi est percée d'ouvertures de formes diverses disposées régulièrement, à travers lesquelles l'eau de l'aquifère pénètre dans le tube. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Tube plein : ------------ Le tube ne comporte aucune interstice volontaire laissant passer l'eau. Fin de la nomenclature La responsabilité des données de la nature du tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NatureTubage
NatureTubage

Liste des propriétés:

Le code de la nature du tubage est le numéro affecté à chaque état de perméabilité possible des tubages tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Nature de tubage / PEZ / 1999 - 1 --------------------...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CdNatureTubage
CdNatureTubage
Le code de la nature du tubage est le numéro affecté à chaque état de perméabilité possible des tubages tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Nature de tubage / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature de tubage inconnue! Nature de tubage inconnue 1 ! Tube plein ! Tube plein 2 ! Crépine ! Crépine ---------------------------------------------------------------------- Crépine : --------- Tube dont la paroi est percée d'ouvertures de formes diverses disposées régulièrement, à travers lesquelles l'eau de l'aquifère pénètre dans le tube. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Tube plein : ------------ Le tube ne comporte aucune interstice volontaire laissant passer l'eau. Fin de la nomenclature La responsabilité des données de la nature du tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/147

Le mnémonique de la nature du tubage est un libellé associé à chaque état de perméabilité possible des tubages tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Ce libellé est limité à 25 caractères pour un usage dans des int...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/MnNatureTubage
MnNatureTubage
Le mnémonique de la nature du tubage est un libellé associé à chaque état de perméabilité possible des tubages tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Ce libellé est limité à 25 caractères pour un usage dans des interfaces informatiques (écran, edition...). Nomenclature : Nature de tubage / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature de tubage inconnue! Nature de tubage inconnue 1 ! Tube plein ! Tube plein 2 ! Crépine ! Crépine ---------------------------------------------------------------------- Crépine : --------- Tube dont la paroi est percée d'ouvertures de formes diverses disposées régulièrement, à travers lesquelles l'eau de l'aquifère pénètre dans le tube. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Tube plein : ------------ Le tube ne comporte aucune interstice volontaire laissant passer l'eau. Fin de la nomenclature La responsabilité des données de la nature du tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:TextType
25

Le libellé de la nature du tubage est l'appellation explicite affectée à chaque état de perméabilité possible des tubages tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Nature de tubage / PEZ / 1999 - 1 --...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/LbNatureTubage
LbNatureTubage
Le libellé de la nature du tubage est l'appellation explicite affectée à chaque état de perméabilité possible des tubages tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Nature de tubage / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature de tubage inconnue! Nature de tubage inconnue 1 ! Tube plein ! Tube plein 2 ! Crépine ! Crépine ---------------------------------------------------------------------- Crépine : --------- Tube dont la paroi est percée d'ouvertures de formes diverses disposées régulièrement, à travers lesquelles l'eau de l'aquifère pénètre dans le tube. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Tube plein : ------------ Le tube ne comporte aucune interstice volontaire laissant passer l'eau. Fin de la nomenclature La responsabilité des données de la nature du tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:TextType
250

La définition de la nature du tubage précise pour chaque état de perméabilité possible des tubages décrit dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, la signification précise de chaque occurence. Nomenclature : Nature de tubage / PEZ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DefNatureTubage
DefNatureTubage
La définition de la nature du tubage précise pour chaque état de perméabilité possible des tubages décrit dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, la signification précise de chaque occurence. Nomenclature : Nature de tubage / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature de tubage inconnue! Nature de tubage inconnue 1 ! Tube plein ! Tube plein 2 ! Crépine ! Crépine ---------------------------------------------------------------------- Crépine : --------- Tube dont la paroi est percée d'ouvertures de formes diverses disposées régulièrement, à travers lesquelles l'eau de l'aquifère pénètre dans le tube. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Tube plein : ------------ Le tube ne comporte aucune interstice volontaire laissant passer l'eau. Fin de la nomenclature La responsabilité des données de la nature du tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:TextType

NIVEAU DE LA COUPE GEOLOGIQUE

Le niveau de la coupe géologique est une couche de terrain homogène du point de vue de sa stratigraphie et de sa lithologie. Chaque niveau est décrit par une profondeur de début (le toit) et de fin (le mur) établies à partir d'un repère identifié. La responsabilité des données sur le niveau de la coupe géologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NiveauCoupeGeologique
NiveauCoupeGeologique

Liste des propriétés:

Pour un niveau donné, le niveau du toit est la distance exprimée en mètre, avec la précision maximale du centimètre, qui sépare le repère de la coupe géologique des premiers éléments qui caractérisent le début de l'horizon géologique. La responsa...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NiveauToit
NiveauToit
Pour un niveau donné, le niveau du toit est la distance exprimée en mètre, avec la précision maximale du centimètre, qui sépare le repère de la coupe géologique des premiers éléments qui caractérisent le début de l'horizon géologique. La responsabilité des données sur le niveau de la coupe géologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
1
1
cct:NumericType

Pour un niveau donné, le niveau du mur est la distance exprimée en mètre, avec la précision maximale du centimètre, qui sépare le repère de la coupe géologique des derniers éléments qui caractérisent la fin de l'horizon géologique. La responsabil...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NiveauMur
NiveauMur
Pour un niveau donné, le niveau du mur est la distance exprimée en mètre, avec la précision maximale du centimètre, qui sépare le repère de la coupe géologique des derniers éléments qui caractérisent la fin de l'horizon géologique. La responsabilité des données sur le niveau de la coupe géologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:NumericType

Liste des associations:

Science qui étudie la succession des dépôts sédimentaires, généralement arrangés en couches (ou strates). Elle permet d'établir une chronologie stratigraphique relative, notamment par l'utilisation raisonnée de deux principes (dits principes de la...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/2002-1/Stratigraphie
Stratigraphie
Science qui étudie la succession des dépôts sédimentaires, généralement arrangés en couches (ou strates). Elle permet d'établir une chronologie stratigraphique relative, notamment par l'utilisation raisonnée de deux principes (dits principes de la stratigraphie) auxquels il ne faut pas donner une valeur d'axiome : 1 - le principe de continuité selon lequel une même couche a le même âge sur toute son étendue (mais cela n'est pas toujours vrai, en particulier lorsqu'il y a obliquité des faciès). 2 - le principe de superposition, selon lequel, de deux couches superposées, non renversées par la tectonique, la plus basse est la plus ancienne (mais cela n'est pas vrai dans le cas de filons sédimentaires, par exemple). De plus, le contenu en fossiles des couches permet d'effectuer des corrélations stratigraphiques à distance : c'est ici le rôle dévolu à la paléontologie stratigraphique. On aboutit ainsi à des divisions que l'on peut différencier selon la nature des arguments qui servent à les définir. On distingue habituellement : a - les divisions lithographiques fondées sur la nature des terrains, indépendamment de leur contenu en fossiles. La plus petite division est la couche, plusieurs couches formant un membre, plusieurs membres une formation, plusieurs formations un groupe. b - les divisions biostratigraphiques fondées sur le contenu en fossiles. La division de base est la biozone, diversement définie selon les possibilités (cénozone, ou zone d'assemblage, définie par un certain assemblage de fossiles ; acmé, définie par l'abondance particulière d'une espèce, ...). c - les divisions chronostratigraphiques caractérisées par des ensembles de couches auxquelles on fait correspondre des intervalles de temps (qui sont des divisions géochronologiques). La division de base est l'étage défini par rapport à un affleurement type, qui sert en quelque sorte d'étalon, et que l'on nomme stratotype. Le nom de l'étage est le plus souvent dérivé de celui d'un lieu géographique (actuel ou antique) auquel on ajoute le suffixe '-ien' (exemple : le Lutétien, l'Aquitanien). Ce lieu est généralement, mais pas obligatoirement, celui où se trouve le stratotype. L'équivalent géochronologique de l'étage est l'âge dont la durée, en moyenne est de 5 ou 6 millions d'années. Plusieurs étages forment une série (équivalent géochronologique : époque), plusieurs séries un système (équivalent période), plusieurs systèmes, un érathème (équivalent : ère), plusieurs erathèmes, un éonothème (équivalent éon). Des divisions plus petites que l'étage peuvent être utilisées : ce sont des chronozones (équivalent : chrone). Le terme de zone est parfois employé comme synonyme, mais désigne aussi une biozone. Source : A. Foucault, J.-F. Raoult (1996) Dictionnaire de géologie, 4eme Edition, MASSON, Paris Par extension, la stratigraphie est la description des unités stratigraphiques composant un objet géologique (par exemple un système aquifère). La liste des stratigraphies est administrée par le BRGM.
0
*

La lithologie est la nature des roches constituant une formation géologique, notamment les systèmes aquifères. Elle se décrit à l'aide de la nomenclature ci-après administrée par le SANDRE dont les définitions des éléments sont issues du dictionn...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/2002-1/Lithologie
Lithologie
La lithologie est la nature des roches constituant une formation géologique, notamment les systèmes aquifères. Elle se décrit à l'aide de la nomenclature ci-après administrée par le SANDRE dont les définitions des éléments sont issues du dictionnaire de géologie (A. Foucault et J.F. Raoult, 4e édition, 1996, MASSON) : Nomenclature : Lithologies / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Lithologie inconnue ! Lithologie inconnue 1 ! Alluvions ! Alluvions 2 ! Alluvions caillouteuses ! Alluvions caillouteuses (galets, graviers, sables) 3 ! Alluvions graveleuses ! Alluvions graveleuses (graviers, sables) 4 ! Altérites ! Altérites 5 ! Andésite ! Andésite 6 ! Anhydrite ! Anhydrite 7 ! Arènes ! Arènes (granitiques ou gneissiques) 8 ! Argiles ! Argiles 9 ! Arkoses ! Arkoses 10 ! Basalte ! Basalte 11 ! Blocs ! Blocs 12 ! Calcaires ! Calcaires 13 ! Gelé (cf. 15) ! Gelé (cf. 15) 14 ! Calcaires dolomitiques ! Calcaires dolomitiques 15 ! Calcaires marneux ! Calcaires marneux 16 ! Calcschistes ! Calcschistes 17 ! Gelé (cf. 66) ! Gelé (cf. 66) 18 ! Gelé ! Gelé 19 ! Conglomérats compacts ! Conglomérats compacts 20 ! Craie ! Craie 21 ! Dacite ! Dacite 22 ! Diorite ! Diorite 23 ! Dolomies ! Dolomies 24 ! Gelé (cf. 79 ou 80) ! Gelé (cf. 79 ou 80) 25 ! Gabbro ! Gabbro 26 ! Galets (et cailloux) ! Galets (et cailloux) 27 ! Gneiss ! Gneiss 28 ! Granite ! Granite 29 ! Graviers ! Graviers 30 ! Grès ! Grès 31 ! Gypse ! Gypse 32 ! Houille ! Houille 33 ! Lapillis (ou pouzzolane) ! Lapillis (ou pouzzolane) 34 ! Latite ! Latite 35 ! Lignite ! Lignite 36 ! Limburgite ! Limburgite 37 ! Limons ! Limons 38 ! Loess ! Loess 39 ! Gelé (cf. 66) ! Gelé (cf. 66) 40 ! Marnes ! Marnes 41 ! Micaschiste ! Micaschiste 42 ! Molasse ! Molasse 43 ! Monzonite ! Monzonite 44 ! Moraines ! Moraines 45 ! Péridotite ! Péridotite 46 ! Phonolite ! Phonolite 47 ! Gelé (cf. 81) ! Gelé (cf. 81) 48 ! Gelé (cf. 77 ou 78) ! Gelé (cf. 77 ou 78) 49 ! Rhyolite ! Rhyolite 50 ! Sables argileux ! Sables argileux 51 ! Sables fins ! Sables fins 52 ! Sables grossiers ! Sables grossiers 53 ! Sables moyens ! Sables moyens 54 ! Schistes ! Schistes 55 ! Schistes cristallins ! Schistes cristallins 56 ! Halite(Sel Gemme) ! Halite(Sel Gemme) 57 ! Syénite ! Syénite 58 ! Syénite néphélinique ! Syénite néphélinique 59 ! Tonalite ! Tonalite 60 ! Tourbe ! Tourbe 61 ! Trachyte ! Trachyte 62 ! Gelé (cf. 64) ! Gelé (cf. 64) 63 ! Gelé ! Gelé 64 ! Tufs et travertin ! Tufs et travertin 65 ! Jaspes (phtanites) ! Jaspes (phtanites) 66 ! Marbres et/ou cipolins ! Marbres et/ou cipolins 67 ! Migmatites ! Migmatites 68 ! Sables ! Sables 69 ! Silt ! Silt 70 ! Craie marneuse ! Craie marneuse 71 ! Conglomérat ! Conglomérat (brèches ou poudingues) 72 ! Limon argileux ! Limon argileux 73 ! Vases consolidées ! Vases consolidées 74 ! Schistes bitumeux ! Schistes bitumeux 75 ! Falun (sable coquillier) ! Falun (sable coquillier) 76 ! Gaize ! Gaize 77 ! Quartzites (ortho) ! Quartzites (orthoquartzites) 78 ! Quartzites (méta) ! Quartzites (métaquartzites) 79 ! Flysh calcaire ! Flysh calcaire 80 ! Flysh argileux ! Flysh argileux 81 ! Sylvinite (Potasse) ! Sylvinite (Potasse) ---------------------------------------------------------------------- Alluvions : ----------- Sédiment des cours d’eau et des lacs composé, selon les régions traversées et la force du courant, de galets, de gravier et de sable en dépôts souvent lenticulaires, la fraction fine correspondant à des argiles et des limons. Les alluvions caillouteuses sont des alluvions contenant des galets. Alluvions caillouteuses (galets, graviers, sables) : ---------------------------------------------------- Les alluvions caillouteuses sont des alluvions (cf. alluvions) contenant des galets. Altérites : ----------- Formation superficielle résultant de l’altération et de la fragmentation sur place de roches antérieures sans transformations pédologiques notables. Andésite : ---------- Roche magmatique effusive, en général gris violacé clair (leucocrate), microlitique fluidale à verre peu abondant, souvent bulleuse à aspect finement scoriacé et à vacuoles remplies de cristobalite et tridymite ou secondairement de calcite blanche. Les andésites basiques donnent des coulées, celles plus acides sont moins fluides et donnent des aiguilles et des culots (volcanisme explosif fréquent). Anhydrite : ----------- Sulfate Ca SO4 du système orthorhombique, en cristaux tabulaires à 3 clivages orthogonaux (apparence de symétrie cubique) donnant deux faces à éclat vitreux ou nacré à fines stries parallèles, et une face non striée ; blanc, gris, bleuâtre ou rougeâtre. Arènes (granitiques ou gneissiques) : ------------------------------------- Sable grossier résultant de l’altération sur place de roches magmatiques ou métamorphiques riches en quartz et feldspath (en particulier granite ou gneiss). Argiles : --------- Terme désignant soit un minéral (minéral argileux) soit une roche composée pour l’essentiel de ces minéraux. Les roches argileuses sont des roches sédimentaires ou résiduelles à grain très fin (classe des lutites), contenant au moins 50 % de minéraux argileux, auxquels peuvent s’ajouter d’autres minéraux très divers, détritiques ou non, d’où des compositions très variées (argiles calcareuses, argiles sableuses, argiles micacées...). Arkoses : --------- Roche sédimentaire détritique terrigène contenant des grains de quartz (jusqu’à 60% environ) de feldspath, pour 25 % au moins, et fréquemment quelques micas. Basalte : --------- Roche magmatique effusive très commune, les basaltes, avec les andésites à pyroxène, constituant 95% des laves continentales et océaniques. Blocs : ------- Eléments rocheux, d’origine quelconque, dont la taille est de quelques centimètres à plusieurs mètres. Selon les classifications granulométriques retenues, un bloc aura un diamètre supérieur à 100, 200 ou 256 mm (la fraction la plus grossière des rudites). Calcaires : ----------- Roche sédimentaire carbonatée contenant au moins 50% de calcite Ca CO3, pouvant être accompagnée d’un peu de dolomite, d’aragonite, de sidérite. Les calcaires se classifient sur la base d’une nomenclature fondée sur leurs caractères les plus marquants : Calcaire pur : 100% à 95% de calcite et 5% maximum de dolomite Calcaire dolomitique : 10 à 50% de dolomite Calcaire marneux : 5 à 35% d’argile Marne : 35 à 65% d’argile Calcaires dolomitiques : ------------------------ Des calcaires argileux sont des calcaires (cf. calcaires) qui contiennent de 10 à 50% de dolomite. Calcaires marneux : ------------------- Des calcaires argileux sont des calcaires (cf. calcaires) qui contiennent de 5 à 35% d’argile. Calcschistes : -------------- Schiste du métamorphique général faible, riche en calcaire. Conglomérats compacts : ----------------------- Roche sédimentaire détritique formée pour 50% au moins de débris de roches de dimension supérieure à 2 millimètres (rudites) liés par un ciment (avec des éléments dont la taille est comprise entre 62,5µm et 2 mm, il s’agit de microconglomérats). Ce terme regroupe les brèches sédimentaires (à éléments en majorité anguleux), les poudingues (à éléments arrondis ou galets) et tous leurs intermédiaires. Craie : ------- Roche sédimentaire marine, calcaire (90% ou plus de Ca CO3), à grain très fin, blanche, poreuse, tendre et friable, traçante. Dacite : -------- Roche magmatique effusive, en général gris clair (leucocrate), microlitique avec verre abondant et phénocristaux de quartz automorphe, de plagioclase (andésine, parfois à liseré d’orthose) et de minéraux ferromagnésiens : biotites, hornblende ou pyroxène type hypersthène. Diorite : --------- Roche magmatique plutonique grenue, à éléments blanchâtres (leucocrate) et verdâtres ou noirâtres, essentiellement composée de plagioclases blanchâtres subautomorphes et d’amphibole verte, avec un peu de biotite. Dolomies : ---------- Roche sédimentaire carbonatée contenant 50% ou plus, de carbonate, dont la moitié au moins est sous forme de dolomite (Ca, Mg) (CO3) 2. Le terme englobe en pratique les dolomies pures (90 à 100% de dolomite) et les dolomies calcarifères ou calcareuses (50 à 90% de dolomite). Flysh argileux : ---------------- Formation sédimentaire détritique à dominante argileuse, souvent épaisse, composée essentiellement d'un empilement de turbidites, typiquement en concordance avec les couches sous-jacentes, et déposées dans une zone orogénique aujourd'hui tectonisée. Flysh calcaire : ---------------- Formation sédimentaire détritique à dominante calcaire, souvent épaisse, composée essentiellement d'un empilement de turbidites, typiquement en concordance avec les couches sous-jacentes, et déposées dans une zone orogénique aujourd'hui tectonisée. Gabbro : -------- Roche magmatique plutonique grenue, de teinte générale vert noirâtre, plus ou moins mouchetée de blanc (méso à mélanocrate), composée de plagioclase subautomorphe et de pyroxène interstitiel, secondairement de hornblende brune, d’olivine, de biotite. Gaize : ------- Roche sédimentaire siliceuse, en partie détritique et en partie d'origine chimique, en général grise à verdâtre, souvent poreuse et légère. Galets (et cailloux) : ---------------------- Cailloux arrondis par usure mécanique (éolienne, fluviatile, marine). Gelé : ------ Anciennement 'Conglomérats poreux ou fissurés' Gelé : ------ Gelé, Anciennement 'Tufs volcaniques' Gelé (cf. 15) : --------------- Gelé (cf. 15), anciennement 'Calcaires argileux' Gelé (cf. 66) : --------------- gelé (cf. 66) Gelé (cf. 77 ou 78) : --------------------- Gelé (cf. 77 ou 78), anciennement 'Quartzites' Gelé (cf. 79 ou 80) : --------------------- gelé (cf. 79 ou 80), anciennement 'Flysh' Gelé (cf. 81) : --------------- Gelé (cf. 81), anciennement 'Potasse' Gneiss : -------- Roche métamorphique du métamorphisme général, très commune, méso - à catazonale le plus souvent, à grain moyen ou grossier (du mm au cm), à foliation souvent nette caractérisée par des lits généralement de teinte sombre, riches en minéraux ferromagnésiens (micas, amphiboles, ...) alternant avec des lits clairs (blancs, gris, rosés) de quartz et de feldspaths, ces derniers nombreux et visibles à l’oeil nu. Granite : --------- Roche magmatique plutonique très commune, grenue, de teinte claire (blanche, grise, rosée, rouge, bleutée : hololeucocrate à leucocrate) avec les minéraux essentiels suivants, constituant 80% de la roche : quartz xénomorphe interstitiel, feldspath alcalin (orthose, microline), et plagioclase (albite, oligoclase) subautomorphe. Graviers : ---------- Eléments de quelques millimètres dans les roches sédimentaires détritiques (classe des rudites). Selon les classifications, les limites vont de 1 ou 2 millimètres à 15 ou à 30 mm, parfois plus. Grès : ------ Roche sédimentaire détritique terrigène composée à 85% au moins de grains de quartz plus ou moins arrondis, de 1/16 mm (62,5µm) à 2 mm (classe des arénites). Gypse : ------- Sulfate hydraté CaSO4, 2H2O, du système monoclinique, à clivages parfaits, à aspect vitreux translucide, nacré ou soyeux suivant les faces, en cristaux tabulaires ou lenticulaires (variétés à faces légèrement courbes, à impuretés de Na, Cl, ...) ; il montre fréquemment des macles simples, en fer de lance, en queue d'hirondelle ou queue d'aronde, il est incolore, blanc, jaunâtre à miel, parfois rougeâtre. Sa dureté est faible. A la flamme, il décrépite, blanchit et s'exfolie. Il est soluble dans l'eau (eaux séléniteuses impropres à la consommation). C'est un minéral fréquent dans les roches sédimentaires et c'est l'un des termes majeurs des évaporites. Halite(Sel Gemme) : ------------------- Chlorure NaCl présent sous la forme de gisements étendus dans des régions sédimentaires, exploitée notamment pour le sel de cuisine, les usages agricoles ou industriels... Houille : --------- Une des formes du charbon qui est le terme général désignant, au sens large, une roche sédimentaire stratifiée, servant de combustible, noire le plus souvent, organogène et essentiellement formée de débris végétaux. La houille au sens large contient 85% de carbone, d’aspect noir, mat ou brillant, tachant les doigts, avec, selon les proportions de matières volatiles (distillant à partir de 960°C) : - charbon flambant gras : plus de 33% de matières volatiles, - charbon gras : 20 à 33%, - charbon demi-gras : 12 à 20%, - charbon maigre : 8 à 12%. La houille au sens strict en contient 5% et on la nomme aussi, à tort, charbon bitumeux pour sa richesse en goudrons (qui ne sont pas des bitumes). Lapillis (ou pouzzolane) : -------------------------- Fragments de lave (élément pyroclastique) projetés par les volcans, à surface scoriacée ou non, et dont la taille est comprise entre 2 et 30 mm, ou entre 2 et 64 mm, selon la classification granulométrique retenue. L’accumulation de tels fragments, également nommée lapilli, ou pouzzolane, donne le plus souvent des couches meubles. Latite : -------- Variété de trachyandésite Lignite : --------- Variété de charbon. Limburgite : ------------ Variété de basanite. Limons : -------- Dépôt détritique meuble, argileux et silteux, à grain très fin (classes de lutites), continental et d’origine fluviatile, lagunaire ou encore éolienne (limons des plateaux, loess). Loess : ------- Dépôt sédimentaire détritique meuble, non stratifié, argilo-calcaire et silteux, à grain inférieur à 62,5 µm (classe de lutites), continental et d’origine éolienne. Ces dépôts, nommés aussi ‘limons des plateaux’, sont de nature périglaciaire. Marbres et/ou cipolins : ------------------------ Marbres : Roche métamorphique dérivant de calcaires ou de dolomies, par métamorphisme général ou de contact. Désigne également toute roche susceptible de prendre un beau poli, et d’être utilisée en décoration ; dans cette acception, le mot n’a pas de sens pétrographique précis (à ne pas utiliser). Cipolin : Calcaire métamorphique à minces veines de serpentine favorisant un débit en fines pelures (d’où leur nom). Au sens large, roches métamorphiques calcaires (calcaires cristallin) formée de cristaux de calcite enchevêtrés, à cassure saccharoïde (ressemblant à la cassure d'un morceau de sucre), donnant souvent des beaux marbres. Marnes : -------- Roche sédimentaire constituée d’un mélange de calcaire et d’argile (pour 35 à 65%), formant la transition entre les calcaires argileux (= calcaires marneux, avec 5 à 35% d’argile) et les argiles calcareuses (= marnes argileuses, avec 65 à 95% d’argile). Micaschiste : ------------- Roche métamorphique commune, épi- à méso-zonale, à grain généralement moyen, à schistosité et foliation marquée, riche en lamelles de mica visibles à l’oeil nu, d’où une structure lépidoblastique et un débit facile en plaquettes (quelques millimètres au centimètres) à surface brillante, claire ou sombre selon la couleur du micas. Les minéraux constitutifs sont les micas, très abondants (biotite et/ou muscovite), le quartz, en cristaux visible à l’oeil, dispersés ou groupés en mince lits discontinus, les feldspaths peu nombreux (60%) du feldspath alcalin (orthose, anorthose, microline en général perthitique) qu’accompagne un peu de biotite (type lépidomélane souvent) et hornblende. Syénite néphélinique : ---------------------- Roche magmatique grenue, blanchâtre, grise, rosée (hololeucocrate à leucocrate), avec des feldspaths alcalins (souvent microcline perthitique) et des feldspathoïdes, néphéline le plus souvent (automorphe si abondant, xénomorphe et interstitielle si rare, et difficile alors à identifier), parfois sodalite, analcime, haüyne. Sylvinite (Potasse) : --------------------- Roche correspondant à un mélange intime de halite NaCl et de sylvite KCl. Tonalite : ---------- Variété de diorite quartzique. Tourbe : -------- Roche combustible légère, brunâtre, surtout formée de l’accumulation de mousses. Trachyte : ---------- Roche magmatique effusive, blanchâtre, grise, gris verdâtre (leucocrate), microlitique et fluidale (structure trachytique), peu ou pas porphyrique, souvent un peu poreuse et donc légère, constituée de sanidine (en microlites ou en phénocristaux limpides et craquelés) d’anorthose, d’albite, avec biotite et amphibole plus rares, à mésostase vitreuse ou cryptocristalline peu abondante. Tufs et travertin : ------------------- Tufs : Roche formée par accumulation de projections volcaniques en fragments de quelques millimètres (roche pyroclastique à lapillis dominants), pouvant contenir des blocs ou des cendres, et consolidée sous l’action de l’eau. Travertin : Roche sédimentaire calcaire continentale, à aspect concrétionné, plus ou moins vacuolaire, grise à jaunâtre, grossièrement litée. Les travertins se déposent aux émergences de certaines sources, et dans des cours d’eau peu profonds à petites cascades (précipitation des carbonates activée par les turbulences et la perte en CO2). Fin de la nomenclature
0
1

OUVRAGE D'INJECTION

L'ouvrage d'injection est un point d'eau utilisé à l'injection d'eau dans un aquifère destinée à : - le recharger pour augmenter la quantité d'eau utilisable par pompage dans cette nappe, - diluer un élément indésirable (par exemple : nitrates), - réchauffer de l'eau dans le cadre d'un doublet géothermique. Les informations sur l'ouvrage d'injection relèvent de la responsabilité du ou des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/OuvrageInjection
OuvrageInjection

Liste des propriétés:

Informations diverses non structurées sur l'ouvrage d'injection que le ou les gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau souhaitent porter à connaissance. Les informations sur l'ouvrage d'injection relèvent de la responsabilité du ou ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ComOuvrageInjection
ComOuvrageInjection
Informations diverses non structurées sur l'ouvrage d'injection que le ou les gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau souhaitent porter à connaissance. Les informations sur l'ouvrage d'injection relèvent de la responsabilité du ou des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:TextType

OUVRAGE DE PRELEVEMENT

L'ouvrage de prélèvement est un point d'eau utilisé à l'extraction de quantités d'eau non négligeables (on exclut ici le prélèvement d'échantillons pour analyse) pour un ou plusieurs usages (voir liste des usages), de manière continue ou intermittente. Les informations sur l'ouvrage de prélèvement relèvent de la responsabilité du ou des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/OuvragePrelevement
OuvragePrelevement

Liste des propriétés:

Informations diverses non structurées sur l'ouvrage de prélèvement que le ou les gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau souhaitent porter à connaissance. Les informations sur l'ouvrage de prélèvement relèvent de la responsabilité ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ComOuvragePrelevement
ComOuvragePrelevement
Informations diverses non structurées sur l'ouvrage de prélèvement que le ou les gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau souhaitent porter à connaissance. Les informations sur l'ouvrage de prélèvement relèvent de la responsabilité du ou des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau
0
1
cct:TextType

PERIODE D'UTILISATION DE L'EAU AU DROIT DU POINT D'EAU

L'eau issue du point d'eau peut être destinée pour une période donnée à un ou plusieurs usages qui relèvent de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE : Nomenclature : Usages de l'eau au droit du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature inconnue ! Nature inconnue 1 ! Pas d'usage ! Pas d'usage 2 ! Agriculture - Elevage ! Agriculture - Elevage 2A ! Irrigation ! Irrigation 2B ! Abreuvage ! Abreuvage 2C ! Pisciculture ! Pisciculture 3 ! Industrie ! Industrie 3A ! Agro-alimentaire ! Agro-alimentaire 3B ! Industrie hors agro-alim.! Industrie (hors agro-alimentaire : process, lavage, vapeur...) 3C ! Exhaure ! Exhaure 4 ! AEP + usages domestiques ! AEP + usages domestiques 4A ! Alimentation collective ! Alimentation collective 4B ! Alimentation individuelle! Alimentation individuelle 5 ! Energie ! Energie 5A ! Pompe à chaleur, climat. ! Pompe à chaleur, climatisation 5B ! Géothermie ! Géothermie 6 ! Loisirs ! Loisirs 7 ! Embouteillage ! Embouteillage 8 ! Thermalisme ! Thermalisme 9 ! Thalassothérapie ! Thalassothérapie 10 ! Défense contre l'Incendie! Défense contre l'Incendie 11 ! Dépollution ! Dépollution 12 ! Réalimentation ! Réalimentation (de nappe, de cours d'eau) ---------------------------------------------------------------------- Abreuvage : ----------- Eau destinée à l'abreuvage des animaux de tous les types d'élevage (bovins, porcins, ovins, volailles, autres). AEP + usages domestiques : -------------------------- Utilisation pour l'alimentation en eau potable (sans pouvoir faire la distinction entre alimentation collective ou individuelle). Agriculture - Elevage : ----------------------- Tous les usages agricoles de l'eau autres qu'irrigation, abreuvage, pisciculture (par exemple : nettoyage des bâtiments d'élevage, dilution des produits à épandre : engrais, phyto-sanitaires...) et/ou usages agricoles non différentiables. Agro-alimentaire : ------------------ Eau utilisée par l'industrie agro-alimentaire nécessitant une qualité identique à l'AEP (produits d'origine végétale ou animale, boissons alcoolisées et non alcoolisées). Alimentation collective : ------------------------- Captage réservé à l'usage d'au moins deux familles ou de tout autre structure industrielle ou collective (commune, école, camping, colonie...). Alimentation individuelle : --------------------------- Captage réservé à l'usage d'une seule famille. Défense contre l'Incendie : --------------------------- Utilisation directe ou indirecte (stockage) de l'eau dans la lutte contre les incendies. Dépollution : ------------- Dépollution d'un aquifère par prélèvement de l'eau contaminée par une pollution, éventuellement par injection préalable d'eau avant repompage. Embouteillage : --------------- Eau destinée à être mise en bouteille pour la consommation. Energie : --------- Utilisation des ressources énergétiques d'un aquifère (usage énergie non différentiable). Exhaure : --------- Eau évacuée des excavations souterraines telles que des mines et des carrières pour en éviter l'ennoiement. Géothermie : ------------ Utilisation des propriétés calorifiques d'un aquifère : géothermie de haute énergie (>180°C) ou de basse énergie (entre 30 et 100°C). Industrie : ----------- Usages industriels de l'eau non différentiables. Industrie (hors agro-alimentaire : process, lavage, vapeur...) : ---------------------------------------------------------------- Eau utilisée par l'industrie dans le procédé de production (hors agro-alimentaire), le nettoyage, la réfrigération. Irrigation : ------------ Eau à usage immédiat ou différé (stockage en retenue) nécessaire aux cultures pour leur croissance, et/ou à l'aspersion antigel des fruitiers et de la vigne. Loisirs : --------- Eau destinée à une utilisation ludique (parc d'attractions, lac artificiel aménagé pour le tourisme). Pas d'usage : ------------- L'absence d'usage peut être déclarée par un gestionnaire quand il a la connaissance qu'aucune exploitation du point d'eau n'est réalisée. Pisciculture : -------------- Eau servant au remplissage de bassins d'élevage piscicole. Pompe à chaleur, climatisation : -------------------------------- Utilisation des propriétés calorifiques de l'eau d'un aquifère (géothermie de très basse énergie :

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PeriodeUtilisationEau
PeriodeUtilisationEau

Liste des propriétés:

La date de début d'utilisation de l'eau au droit du point d'eau est la date fournie au jour près à laquelle début l'usage de l'eau issue du point d'eau pour une finalité donnée. La ou les périodes d'utilisation de l'eau issue du point d'eau pour ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateDebUtilisationEau
DateDebUtilisationEau
La date de début d'utilisation de l'eau au droit du point d'eau est la date fournie au jour près à laquelle début l'usage de l'eau issue du point d'eau pour une finalité donnée. La ou les périodes d'utilisation de l'eau issue du point d'eau pour une ou plusieurs usages relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
1
1
cct:DateType

La date de fin d'utilisation de l'eau au droit du point d'eau est la date fournie au jour près à laquelle termine l'usage de l'eau issue du point d'eau pour une finalité donnée. La ou les périodes d'utilisation de l'eau issue du point d'eau pour ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateFinUtilisationEau
DateFinUtilisationEau
La date de fin d'utilisation de l'eau au droit du point d'eau est la date fournie au jour près à laquelle termine l'usage de l'eau issue du point d'eau pour une finalité donnée. La ou les périodes d'utilisation de l'eau issue du point d'eau pour une ou plusieurs usages relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:DateType

Liste des associations:

L'eau issue du point d'eau peut être destinée à un ou plusieurs usages qui relèvent de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE : Nomenclature : Usages de l'eau au droit du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/UsageEau
UsageEau
L'eau issue du point d'eau peut être destinée à un ou plusieurs usages qui relèvent de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE : Nomenclature : Usages de l'eau au droit du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature inconnue ! Nature inconnue 1 ! Pas d'usage ! Pas d'usage 2 ! Agriculture - Elevage ! Agriculture - Elevage 2A ! Irrigation ! Irrigation 2B ! Abreuvage ! Abreuvage 2C ! Pisciculture ! Pisciculture 3 ! Industrie ! Industrie 3A ! Agro-alimentaire ! Agro-alimentaire 3B ! Industrie hors agro-alim.! Industrie (hors agro-alimentaire : process, lavage, vapeur...) 3C ! Exhaure ! Exhaure 4 ! AEP + usages domestiques ! AEP + usages domestiques 4A ! Alimentation collective ! Alimentation collective 4B ! Alimentation individuelle! Alimentation individuelle 5 ! Energie ! Energie 5A ! Pompe à chaleur, climat. ! Pompe à chaleur, climatisation 5B ! Géothermie ! Géothermie 6 ! Loisirs ! Loisirs 7 ! Embouteillage ! Embouteillage 8 ! Thermalisme ! Thermalisme 9 ! Thalassothérapie ! Thalassothérapie 10 ! Défense contre l'Incendie! Défense contre l'Incendie 11 ! Dépollution ! Dépollution 12 ! Réalimentation ! Réalimentation (de nappe, de cours d'eau) ---------------------------------------------------------------------- Abreuvage : ----------- Eau destinée à l'abreuvage des animaux de tous les types d'élevage (bovins, porcins, ovins, volailles, autres). AEP + usages domestiques : -------------------------- Utilisation pour l'alimentation en eau potable (sans pouvoir faire la distinction entre alimentation collective ou individuelle). Agriculture - Elevage : ----------------------- Tous les usages agricoles de l'eau autres qu'irrigation, abreuvage, pisciculture (par exemple : nettoyage des bâtiments d'élevage, dilution des produits à épandre : engrais, phyto-sanitaires...) et/ou usages agricoles non différentiables. Agro-alimentaire : ------------------ Eau utilisée par l'industrie agro-alimentaire nécessitant une qualité identique à l'AEP (produits d'origine végétale ou animale, boissons alcoolisées et non alcoolisées). Alimentation collective : ------------------------- Captage réservé à l'usage d'au moins deux familles ou de tout autre structure industrielle ou collective (commune, école, camping, colonie...). Alimentation individuelle : --------------------------- Captage réservé à l'usage d'une seule famille. Défense contre l'Incendie : --------------------------- Utilisation directe ou indirecte (stockage) de l'eau dans la lutte contre les incendies. Dépollution : ------------- Dépollution d'un aquifère par prélèvement de l'eau contaminée par une pollution, éventuellement par injection préalable d'eau avant repompage. Embouteillage : --------------- Eau destinée à être mise en bouteille pour la consommation. Energie : --------- Utilisation des ressources énergétiques d'un aquifère (usage énergie non différentiable). Exhaure : --------- Eau évacuée des excavations souterraines telles que des mines et des carrières pour en éviter l'ennoiement. Géothermie : ------------ Utilisation des propriétés calorifiques d'un aquifère : géothermie de haute énergie (>180°C) ou de basse énergie (entre 30 et 100°C). Industrie : ----------- Usages industriels de l'eau non différentiables. Industrie (hors agro-alimentaire : process, lavage, vapeur...) : ---------------------------------------------------------------- Eau utilisée par l'industrie dans le procédé de production (hors agro-alimentaire), le nettoyage, la réfrigération. Irrigation : ------------ Eau à usage immédiat ou différé (stockage en retenue) nécessaire aux cultures pour leur croissance, et/ou à l'aspersion antigel des fruitiers et de la vigne. Loisirs : --------- Eau destinée à une utilisation ludique (parc d'attractions, lac artificiel aménagé pour le tourisme). Pas d'usage : ------------- L'absence d'usage peut être déclarée par un gestionnaire quand il a la connaissance qu'aucune exploitation du point d'eau n'est réalisée. Pisciculture : -------------- Eau servant au remplissage de bassins d'élevage piscicole. Pompe à chaleur, climatisation : -------------------------------- Utilisation des propriétés calorifiques de l'eau d'un aquifère (géothermie de très basse énergie :
1
1

PERIODE D'UTILISATION DES POINTS D'EAU POUR UNE FONCTION

Un point d'eau peut être utilisé pour une période donnée à une ou plusieurs fins qui relèvent de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE : Nomenclature : Fonctions du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Fonction inconnue ! Fonction inconnue 1 ! Pas de fonction ! Pas de fonction 2 ! Piezométrie ! Mesure quantité (piézométrie) 3 ! Débitmétrie ! Mesure quantité (débitmétrie) 4 ! Qualitométrie ! Mesure qualité 5 ! Prélèvement ! Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) 6 ! Recharge ! Recharge de nappe (par ré-injection) 7 ! Traçage ! Traçage 8 ! Reconnaissance ! Reconnaissance 9 ! Injection ! Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) ---------------------------------------------------------------------- Fonction inconnue : ------------------- Le point d'eau a une fonction inconnue quand aucune information n'est disponible sur les utilisations du point d'eau. Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) : ----------------------------------------------- Injection d'une substance dans le sous-sol, qui peut être en particulier : - un polluant - de l'eau à une température différente de celle de l'aquifère (pompe à chaleur) du gaz (stockage souterrain) Mesure qualité : ---------------- Mesure in situ (pour les paramètres non conservatifs : gaz libres, sulfures, alcalinité, température, conductivité, pH, potentiel redox, oxygène dissous, et les paramètres environnementaux), ou en laboratoire sur échantillon d'eau prélevé à cet effet, des paramètres physico-chimiques, microbiologiques, hydrobiologiques. Mesure quantité (débitmétrie) : ------------------------------- Mesure du débit d'une source ou du cours d'eau qui en est issu, selon diverses méthodes, en particulier : directement : - par un débitmètre sur conduite, - par un déversoir étalonné indirectement : - par mesure de la hauteur d'eau et utilisation d'une courbe expérimentale de tarage (relation hauteur-débit) établie par une série de jaugeages (par moulinet...), - par mesure de la vitesse du courant (dispositif à ultrasons) et connaissance de la section mouillée. Mesure quantité (piézométrie) : ------------------------------- Mesure de la hauteur piézométrique dans un puits ou un forage, par observation ou enregistrement d'un niveau d'eau libre ou d'une pression (dans le cas d'un forage artésien jaillissant en nappe captive). Pas de fonction : ----------------- Le point d'eau n'a pas de façon certaine une ou plusieurs des fonctions décrites dans la suite de la nomenclature. Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) : ----------------------------------------------- Toute action consistant à extraire une quantité d'eau non négligeable (on exclue ici le prélèvement d'échantillons pour analyse) pour un ou plusieurs usages (voir liste des usages), de manière continue ou intermittente. Recharge de nappe (par ré-injection) : -------------------------------------- Injection d'eau dans un aquifère destinée à le recharger pour augmenter la quantité d'eau utilisable par pompage dans cette nappe et/ou diluer un élément indésirable (par exemple : nitrates). Reconnaissance : ---------------- Puits ou forage réalisé pour déterminer les caractéristiques locales d'un aquifère (profondeur de l'eau, quantité disponible et qualité). En général, un forage ou puits d'exploitation est ensuite réalisé, soit sur le même emplacement, soit au voisinage immédiat, si la reconnaissance a été satisfaisante au regard des objectifs recherchés. Traçage : --------- Injection d'une substance dont le déplacement est le plus possible identique à celui des molécules d'eau pour déterminer la direction et la vitesse d'écoulement de l'eau dans un aquifère, et simuler la dilution et/ou la dispersion d'une éventuelle pollution accidentelle. Fin de la nomenclature La ou les périodes d'utilisation des points d'eau pour une ou plusieurs fonctions données relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PeriodeUtilisationPointEau
PeriodeUtilisationPointEau

Liste des propriétés:

La date de début d'utilisation du point d'eau pour une fonction est la date fournie au jour près à laquelle un ou plusieurs gestionnaires commencent à utiliser le point d'eau pour l'une des fonctions de la nomenclature suivante administrée par le ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateDebUtilisationPointEau
DateDebUtilisationPointEau
La date de début d'utilisation du point d'eau pour une fonction est la date fournie au jour près à laquelle un ou plusieurs gestionnaires commencent à utiliser le point d'eau pour l'une des fonctions de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Le début de l'utilisation du point d'eau doit être réel, à ne pas confondre avec un redémarrage de la chronique des données obtenue sur le point d'eau qui fait suite à un arrêt des mesures sur une période plus ou moins longue. Nomenclature : Fonctions du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Fonction inconnue ! Fonction inconnue 1 ! Pas de fonction ! Pas de fonction 2 ! Piezomètrie ! Mesure quantité (piézomètrie) 3 ! Débitmètrie ! Mesure quantité (débitmétrie) 4 ! Qualitométrie ! Mesure qualité 5 ! Prélèvement ! Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) 6 ! Recharge ! Recharge de nappe (par ré-injection) 7 ! Traçage ! Traçage 8 ! Reconnaissance ! Reconnaissance 9 ! Injection ! Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) ---------------------------------------------------------------------- Fonction inconnue : ------------------- Le point d'eau a une fonction inconnue quand aucune information n'est disponible sur les utilisations du point d'eau. Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) : ----------------------------------------------- Injection d'une substance dans le sous-sol, qui peut être en particulier : - un polluant - de l'eau à une température différente de celle de l'aquifère (pompe à chaleur) du gaz (stockage souterrain) Mesure qualité : ---------------- Mesure in situ (pour les paramètres non conservatifs : gaz libres, sulfures, alcalinité, température, conductivité, pH, potentiel redox, oxygène dissous, et les paramètres environnementaux), ou en laboratoire sur échantillon d'eau prélevé à cet effet, des paramètres physico-chimiques, microbiologiques, hydrobiologiques. Mesure quantité (débitmétrie) : ------------------------------- Mesure du débit d'une source ou du cours d'eau qui en est issu, selon diverses méthodes, en particulier : directement : - par un débitmètre sur conduite, - par un déversoir étalonné indirectement : - par mesure de la hauteur d'eau et utilisation d'une courbe expérimentale de tarage (relation hauteur-débit) établie par une série de jaugeages - par mesure de la vitesse du courant (dispositif à ultrasons) et connaissance de la section mouillée. Mesure quantité (piézomètrie) : ------------------------------- Mesure de la hauteur piézométrique dans un puits ou un forage, par observation ou enregistrement d'un niveau d'eau libre ou d'une pression (dans le cas d'un forage artésien jaillissant en nappe captive). Pas de fonction : ----------------- Le point d'eau n'a pas de façon certaine une ou plusieurs des fonctions décrites dans la suite de la nomenclature. Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) : ----------------------------------------------- Toute action consistant à extraire une quantité d'eau non négligeable (on exclut ici le prélèvement d'échantillons pour analyse) pour un ou plusieurs usages (voir liste des usages), de manière continue ou intermittente. Recharge de nappe (par ré-injection) : -------------------------------------- Injection d'eau dans un aquifère destinée à le recharger pour augmenter la quantité d'eau utilisable par pompage dans cette nappe et/ou diluer un élément indésirable (par exemple : nitrates). Reconnaissance : ---------------- Puits ou forage réalisé pour déterminer les caractéristiques locales d'un aquifère (profondeur de l'eau, quantité disponible et qualité). En général, un forage ou puits d'exploitation est ensuite réalisé, soit sur le même emplacement, soit au voisinage immédiat, si la reconnaissance a été satisfaisante au regard des objectifs recherchés. Traçage : --------- Injection d'une substance dont le déplacement est le plus possible identique à celui des molécules d'eau pour déterminer la direction et la vitesse d'écoulement de l'eau dans un aquifère, et simuler la dilution et/ou la dispersion d'une éventuelle pollution accidentelle. Fin de la nomenclature La ou les périodes d'utilisation des points d'eau pour une ou plusieurs fonctions données relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
1
1
cct:DateType

La date de fin d'utilisation du point d'eau pour une fonction est la date fournie au jour près à laquelle un ou plusieurs gestionnaires cessent d'utiliser le point d'eau pour l'une des fonctions de la nomenclature suivante administrée par le SANDR...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateFinUtilisationPointEau
DateFinUtilisationPointEau
La date de fin d'utilisation du point d'eau pour une fonction est la date fournie au jour près à laquelle un ou plusieurs gestionnaires cessent d'utiliser le point d'eau pour l'une des fonctions de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. L'arrêt de l'utilisation du point d'eau doit être définitif, à ne pas confondre avec un arrêt sur une période plus ou moins longue de la chronique des données obtenue sur le point d'eau. Nomenclature : Fonctions du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Fonction inconnue ! Fonction inconnue 1 ! Pas de fonction ! Pas de fonction 2 ! Piezomètrie ! Mesure quantité (piézomètrie) 3 ! Débitmètrie ! Mesure quantité (débitmétrie) 4 ! Qualitométrie ! Mesure qualité 5 ! Prélèvement ! Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) 6 ! Recharge ! Recharge de nappe (par ré-injection) 7 ! Traçage ! Traçage 8 ! Reconnaissance ! Reconnaissance 9 ! Injection ! Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) ---------------------------------------------------------------------- Fonction inconnue : ------------------- Le point d'eau a une fonction inconnue quand aucune information n'est disponible sur les utilisations du point d'eau. Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) : ----------------------------------------------- Injection d'une substance dans le sous-sol, qui peut être en particulier : - un polluant - de l'eau à une température différente de celle de l'aquifère (pompe à chaleur) du gaz (stockage souterrain) Mesure qualité : ---------------- Mesure in situ (pour les paramètres non conservatifs : gaz libres, sulfures, alcalinité, température, conductivité, pH, potentiel redox, oxygène dissous, et les paramètres environnementaux), ou en laboratoire sur échantillon d'eau prélevé à cet effet, des paramètres physico-chimiques, microbiologiques, hydrobiologiques. Mesure quantité (débitmétrie) : ------------------------------- Mesure du débit d'une source ou du cours d'eau qui en est issu, selon diverses méthodes, en particulier : directement : - par un débitmètre sur conduite, - par un déversoir étalonné indirectement : - par mesure de la hauteur d'eau et utilisation d'une courbe expérimentale de tarage (relation hauteur-débit) établie par une série de jaugeages - par mesure de la vitesse du courant (dispositif à ultrasons) et connaissance de la section mouillée. Mesure quantité (piézomètrie) : ------------------------------- Mesure de la hauteur piézométrique dans un puits ou un forage, par observation ou enregistrement d'un niveau d'eau libre ou d'une pression (dans le cas d'un forage artésien jaillissant en nappe captive). Pas de fonction : ----------------- Le point d'eau n'a pas de façon certaine une ou plusieurs des fonctions décrites dans la suite de la nomenclature. Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) : ----------------------------------------------- Toute action consistant à extraire une quantité d'eau non négligeable (on exclut ici le prélèvement d'échantillons pour analyse) pour un ou plusieurs usages (voir liste des usages), de manière continue ou intermittente. Recharge de nappe (par ré-injection) : -------------------------------------- Injection d'eau dans un aquifère destinée à le recharger pour augmenter la quantité d'eau utilisable par pompage dans cette nappe et/ou diluer un élément indésirable (par exemple : nitrates). Reconnaissance : ---------------- Puits ou forage réalisé pour déterminer les caractéristiques locales d'un aquifère (profondeur de l'eau, quantité disponible et qualité). En général, un forage ou puits d'exploitation est ensuite réalisé, soit sur le même emplacement, soit au voisinage immédiat, si la reconnaissance a été satisfaisante au regard des objectifs recherchés. Traçage : --------- Injection d'une substance dont le déplacement est le plus possible identique à celui des molécules d'eau pour déterminer la direction et la vitesse d'écoulement de l'eau dans un aquifère, et simuler la dilution et/ou la dispersion d'une éventuelle pollution accidentelle. Fin de la nomenclature La ou les périodes d'utilisation des points d'eau pour une ou plusieurs fonctions données relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:DateType

Liste des associations:

Le ou les fonctions d'un point d'eau relèvent de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE : Nomenclature : Fonctions du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémon...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/FctionPointEau
FctionPointEau
Le ou les fonctions d'un point d'eau relèvent de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE : Nomenclature : Fonctions du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Fonction inconnue ! Fonction inconnue 1 ! Pas de fonction ! Pas de fonction 2 ! Piezométrie ! Mesure quantité (piézométrie) 3 ! Débitmétrie ! Mesure quantité (débitmétrie) 4 ! Qualitométrie ! Mesure qualité (qualitométrie) 5 ! Prélèvement ! Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) 6 ! Recharge ! Recharge de nappe (par ré-injection) 7 ! Traçage ! Traçage 8 ! Reconnaissance ! Reconnaissance 9 ! Injection ! Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) ---------------------------------------------------------------------- Fonction inconnue : ------------------- Le point d'eau a une fonction inconnue quand aucune information n'est disponible sur les utilisations du point d'eau. Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) : ----------------------------------------------- Injection d'une substance dans le sous-sol, qui peut être en particulier : - un polluant - de l'eau à une température différente de celle de l'aquifère (pompe à chaleur) du gaz (stockage souterrain) Mesure qualité (qualitométrie) : -------------------------------- Mesure in situ (pour les paramètres non conservatifs : gaz libres, sulfures, alcalinité, température, conductivité, pH, potentiel redox, oxygène dissous, et les paramètres environnementaux), ou en laboratoire sur échantillon d'eau prélevé à cet effet, des paramètres physico-chimiques, microbiologiques, hydrobiologiques. Mesure quantité (débitmétrie) : ------------------------------- Mesure du débit d'une source ou du cours d'eau qui en est issu, selon diverses méthodes, en particulier : directement : - par un débitmètre sur conduite, - par un déversoir étalonné indirectement : - par mesure de la hauteur d'eau et utilisation d'une courbe expérimentale de tarage (relation hauteur-débit) établie par une série de jaugeages (par moulinet...), - par mesure de la vitesse du courant (dispositif à ultrasons) et connaissance de la section mouillée. Mesure quantité (piézométrie) : ------------------------------- Mesure de la hauteur piézométrique dans un puits ou un forage, par observation ou enregistrement d'un niveau d'eau libre ou d'une pression (dans le cas d'un forage artésien jaillissant en nappe captive). Pas de fonction : ----------------- Le point d'eau n'a pas de façon certaine une ou plusieurs des fonctions décrites dans la suite de la nomenclature. Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) : ----------------------------------------------- Toute action consistant à extraire une quantité d'eau non négligeable (on exclue ici le prélèvement d'échantillons pour analyse) pour un ou plusieurs usages (voir liste des usages), de manière continue ou intermittente. Recharge de nappe (par ré-injection) : -------------------------------------- Injection d'eau dans un aquifère destinée à le recharger pour augmenter la quantité d'eau utilisable par pompage dans cette nappe et/ou diluer un élément indésirable (par exemple : nitrates). Reconnaissance : ---------------- Puits ou forage réalisé pour déterminer les caractéristiques locales d'un aquifère (profondeur de l'eau, quantité disponible et qualité). En général, un forage ou puits d'exploitation est ensuite réalisé, soit sur le même emplacement, soit au voisinage immédiat, si la reconnaissance a été satisfaisante au regard des objectifs recherchés. Traçage : --------- Injection d'une substance dont le déplacement est le plus possible identique à celui des molécules d'eau pour déterminer la direction et la vitesse d'écoulement de l'eau dans un aquifère, et simuler la dilution et/ou la dispersion d'une éventuelle pollution accidentelle. Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
1
1

PIEZOMETRE

Au sens strict, un piezomètre est un dispositif servant à mesurer la hauteur piezométrique en un point donné d'un aquifère, qui indique la pression en ce point, en permettant l'observation ou l'enregistrement d'un niveau d'eau libre ou d'une pression (G. Castany et J. Margat, Dictionnaire français d'hydrogéologie, 1977). Cependant, pour des raisons pratiques, et pour respecter l’usage, le groupe SANDRE sur la piézométrie a étendu cette notion à celle de point d'observation piezométrique qui est soit un ouvrage construit par l'homme (puits, forage, gravière, ...), ou bien un point naturel (source, aven, grotte, ...) qui permet de mesurer le niveau d'une nappe. Théoriquement, un piézomètre ne mesure que le niveau d'une et une seule nappe. Dans les faits, un piézomètre peut atteindre plusieurs nappes dont les niveaux piézomètriques peuvent être différents. Il est utilisé dans le cadre d'un ou plusieurs réseaux de façon variable dans le temps. De même, les organismes qui ont en charge sa gestion peuvent changer dans le temps. Les renseignements sur le piézomètre sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui le gèrent.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/Piezometre
Piezometre

Liste des propriétés:

L'expression de la cote des chroniques du piézomètre est définie par l'un des valeurs de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Les codes de valeurs possibles sont définis dans la nomenclature n°170. Le code 'Mode d'expression de ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ExpCoteChroniquePiezometre
ExpCoteChroniquePiezometre
L'expression de la cote des chroniques du piézomètre est définie par l'un des valeurs de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Les codes de valeurs possibles sont définis dans la nomenclature n°170. Le code 'Mode d'expression de la cote inconnu' est impossible car il est impératif de connaître l'expression des chroniques. La définition de la cote des chroniques du piézomètre est renseignée sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le piézomètre.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/170

Les commentaires rassemblent des informations générales sur le piézomètre, qui ne doivent pas contenir des informations de type 'événements' consignées dans les attributs qui leur sont consacrés. Cet attribut est renseigné sous la responsabili...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ComPiezometre
ComPiezometre
Les commentaires rassemblent des informations générales sur le piézomètre, qui ne doivent pas contenir des informations de type 'événements' consignées dans les attributs qui leur sont consacrés. Cet attribut est renseigné sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le piézomètre.
0
1
cct:TextType

Liste des associations:

Un point d'eau est un accès naturel (source) ou artificiel (forage, drain, puits…) aux eaux souterraines. Chaque point d'eau est doté d'un code national. Il s'agit du code du dossier du point d'eau au sein de la Banque du Sous-Sol (BSS). Il est c...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PointEau
PointEau
Un point d'eau est un accès naturel (source) ou artificiel (forage, drain, puits…) aux eaux souterraines. Chaque point d'eau est doté d'un code national. Il s'agit du code du dossier du point d'eau au sein de la Banque du Sous-Sol (BSS). Il est constitué de la concaténation de l'indice BSS (10 caractères) et de la désignation BSS (6 caractères) séparé par un caractère "/". Cette dernière information s'applique toujours. Le code national peut-être complété, à titre d'information, des codes dits 'locaux', à savoir, le code interne du point d'eau chez le gestionnaire, chez le propriétaire du point d'eau… Chaque point d'eau est localisé par ses coordonnées géographiques dans le cadre d'un système de projection et rattaché à la commune sur le territoire de laquelle, il est situé. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
1
1

POINT D'EAU

Un point d'eau est un accès naturel (source) ou artificiel (forage, drain, puits…) aux eaux souterraines. Chaque point d'eau est doté d'un code national. Il s'agit du code du dossier du point d'eau au sein de la Banque du Sous-Sol (BSS). Il est constitué de la concaténation de l'indice BSS (10 caractères) et de la désignation BSS (6 caractères) séparé par un caractère "/". Cette dernière information s'applique toujours. Le code national peut-être complété, à titre d'information, des codes dits 'locaux', à savoir, le code interne du point d'eau chez le gestionnaire, chez le propriétaire du point d'eau… Chaque point d'eau est localisé par ses coordonnées géographiques dans le cadre d'un système de projection et rattaché à la commune sur le territoire de laquelle, il est situé. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PointEau
PointEau

Liste des propriétés:

Le code national du point d'eau est le code du dossier du point d'eau au sein de la Banque du Sous-Sol (BSS). Il est constitué de la concaténation de l'indice BSS (10 caractères) et de la désignation BSS (6 caractères maximum) séparé par un caract...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CdNationalPointEau
CdNationalPointEau
Le code national du point d'eau est le code du dossier du point d'eau au sein de la Banque du Sous-Sol (BSS). Il est constitué de la concaténation de l'indice BSS (10 caractères) et de la désignation BSS (6 caractères maximum) séparé par un caractère "/". Cette dernière information s'applique toujours. Exemple : Le point d'eau habituellement identifié par l'indice BSS '0843-5X-0010' et la désignation 'p1', aura pour code national : '08435X0010/p1' (sans caractère d'espace à la fin). Le code national peut-être complété, à titre d'information, des codes dits 'locaux', à savoir, le code interne du point d'eau chez le gestionnaire, chez le propriétaire du point d'eau…
1
1
cct:IdentifierType
17

Le libellé du point d'eau est le nom par lequel le point d'eau est désigné. Il suit la structure suivante : Nature de l'ouvrage + Lieu-dit + (Commune - Code du département) Exemples : - puits des Rivarels (Banon - 04) - émergence (Fontaine d...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/LbPointEau
LbPointEau
Le libellé du point d'eau est le nom par lequel le point d'eau est désigné. Il suit la structure suivante : Nature de l'ouvrage + Lieu-dit + (Commune - Code du département) Exemples : - puits des Rivarels (Banon - 04) - émergence (Fontaine de Vaucluse - 84) Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:TextType
70

L'altitude du point d'eau est l'altitude au sol au droit du point d'eau déduite, sauf nivellement, à partir d’une carte au 1/25 000e. L'altitude est indiquée au maximum au mètre près. Elle peut dépasser les 1000 mètres pour des points d'eau en ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AltitudePointEau
AltitudePointEau
L'altitude du point d'eau est l'altitude au sol au droit du point d'eau déduite, sauf nivellement, à partir d’une carte au 1/25 000e. L'altitude est indiquée au maximum au mètre près. Elle peut dépasser les 1000 mètres pour des points d'eau en montagne mais être également négative pour des points d'eau situés dans des zones inférieures au niveau de la mer. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:NumericType

L'adresse ou le lieu-dit du point d'eau est le nom du site géographique où est situé le point d'eau, habituellement utilisé localement. Exemple : - Le grangeon blanc - L'adrech du Grou de Bane, - La campagne Cassa... Les informations sur les ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AdresseLdPointEau
AdresseLdPointEau
L'adresse ou le lieu-dit du point d'eau est le nom du site géographique où est situé le point d'eau, habituellement utilisé localement. Exemple : - Le grangeon blanc - L'adrech du Grou de Bane, - La campagne Cassa... Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:TextType
50

Date fournie au jour près à laquelle une ou plusieurs informations formant le descriptif du point d'eau sont actualisées. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateMAJPointEau
DateMAJPointEau
Date fournie au jour près à laquelle une ou plusieurs informations formant le descriptif du point d'eau sont actualisées. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:DateType

Information sur l'existence d'une Déclaration d'Intérêt Public (D.I.P.) au droit du point d'eau à l'aide de l'un des codes de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Présence d'une D.I.P. / PEZ / 2000 - 1 -------------...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PresenceDIP
PresenceDIP
Information sur l'existence d'une Déclaration d'Intérêt Public (D.I.P.) au droit du point d'eau à l'aide de l'un des codes de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Présence d'une D.I.P. / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Présence inconnue de DIP ! Présence inconnue de DIP 1 ! Présence d'une DIP ! Présence d'une DIP 2 ! Absence de DIP ! Absence de DIP ---------------------------------------------------------------------- Absence de DIP : ---------------- Le point d'eau ne fait pas l'objet d'une Déclaration d'Intérêt Public (D.I.P.) Présence d'une DIP : -------------------- Le point d'eau fait l'objet d'une Déclaration d'Intérêt Public (D.I.P.) Présence inconnue de DIP : -------------------------- Aucune information n'est disponible sur la présence ou l'absence de DIP. Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/160

Le mode de gisement de la nappe permet de décrire d'éventuelles variations locales du gisement par rapport à l'état général de l'entité hydrogéologique (libre, captif...). Il est défini à l'aide de l'un des codes de la liste ci-dessous administrée...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ModeGisement
ModeGisement
Le mode de gisement de la nappe permet de décrire d'éventuelles variations locales du gisement par rapport à l'état général de l'entité hydrogéologique (libre, captif...). Il est défini à l'aide de l'un des codes de la liste ci-dessous administrée par le SANDRE, Nomenclature : Mode de gisement de l'eau au droit du piézomètre ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! ! Mode de gisement inconnu 1 ! ! Libre 2 ! ! Captif 3 ! ! Libre et captif ou semi-captif 4 ! ! Artésien ---------------------------------------------------------------------- Fin de la nomenclature Cet attribut est renseigné sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le piézomètre.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/81

Pour une meilleure localisation, chaque station de mesure est située sur une carte à une échelle pertinente qui sera précisée station par station. Cet attribut est renseigné sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CarteLocPointEau
CarteLocPointEau
Pour une meilleure localisation, chaque station de mesure est située sur une carte à une échelle pertinente qui sera précisée station par station. Cet attribut est renseigné sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le point d'eau.
0
1
cct:BinaryObjectType

Le schéma de localisation est un plan simplifié de la station qui doit permettre à l'opérateur d'identifier et de retrouver le point d'eau sur les lieux. Cet attribut est renseigné sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de donné...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/SchemaLocPointEau
SchemaLocPointEau
Le schéma de localisation est un plan simplifié de la station qui doit permettre à l'opérateur d'identifier et de retrouver le point d'eau sur les lieux. Cet attribut est renseigné sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le point d'eau.
0
1
cct:BinaryObjectType

La coordonnée X du point d'eau est la coordonnée X du point d'eau dans la projection indiquée dans l'attribut "Type de projection des coordonnées du point d'eau". Par convention, celle-ci est en Lambert 93 pour tous les points d'eau situés sur le ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CoordXPointEau
CoordXPointEau
La coordonnée X du point d'eau est la coordonnée X du point d'eau dans la projection indiquée dans l'attribut "Type de projection des coordonnées du point d'eau". Par convention, celle-ci est en Lambert 93 pour tous les points d'eau situés sur le territoire métropolitain et corse. Elle est exprimée avec la précision maximale du mètre et varie dans une plage de 0 à 1 250 000. Pour les points d'eau situés en dehors de la France métropolitaine, cet attribut contient la coordonnée X de la projection U.T.M. précisée dans l'attribut "Type de projection des coordonnées du point d'eau". Il est également exprimé avec la précision maximale du mètre et prend une valeur comprise dans une plage variant au maximum de 0 à + 833 000 au niveau de l'équateur. Les coordonnées devront être déterminées sur une carte dont l'échelle est supérieure ou égale au 50 000e. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:NumericType

La coordonnée Y du point d'eau est la coordonnée Y du point d'eau dans la projection indiquée dans l'attribut "Type de projection des coordonnées du point d'eau". Par convention, celle-ci est en Lambert 93 pour tous les points d'eau situés sur le ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CoordYPointEau
CoordYPointEau
La coordonnée Y du point d'eau est la coordonnée Y du point d'eau dans la projection indiquée dans l'attribut "Type de projection des coordonnées du point d'eau". Par convention, celle-ci est en Lambert 93 pour tous les points d'eau situés sur le territoire métropolitain et Corse. Elle est exprimée avec la précision maximale du mètre et varie dans une plage allant de 6 000 000 à 7 100 000. Pour les points d'eau situés en dehors de la France métropolitaine, cet attribut contient la coordonnée Y de la projection U.T.M. précisée dans l'attribut "Type de projection des coordonnées du point d'eau". Il est également exprimé avec la précision maximale du mètre et varie dans une plage allant de - 10 000 000 (pour le pôle Sud) à + 10 000 000 (pour le pôle Nord). Les coordonnées devront être déterminées sur une carte dont l'échelle est supérieure ou égale au 50 000e. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:NumericType

Cet attribut est un code à deux positions qui indique la projection dans laquelle s'expriment les coordonnées du point d'eau. Les coordonnées devront être déterminées sur une carte dont l'échelle est supérieure ou égale au 50 000e. Par conventi...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ProjCoordPointEau
ProjCoordPointEau
Cet attribut est un code à deux positions qui indique la projection dans laquelle s'expriment les coordonnées du point d'eau. Les coordonnées devront être déterminées sur une carte dont l'échelle est supérieure ou égale au 50 000e. Par convention, toutes les coordonnées des points d'eau seront en Lambert 93 (code 26), exceptées ceux situés en dehors du territoire métropolitain et corse. La liste des codes possibles relève de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Projection des coordonnées / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Projection inconnue ! Projection inconnue 1 ! Lambert I Nord ! Lambert I Nord 2 ! Lambert II Centre ! Lambert II Centre 3 ! Lambert III Sud ! Lambert III Sud 4 ! Lambert IV Corse ! Lambert IV Corse 5 ! Lambert II Etendu ! Lambert II Etendu 6 ! Lambert I Carto ! Lambert I Carto 7 ! Lambert II Carto ! Lambert II Carto 8 ! Lambert III Carto ! Lambert III Carto 9 ! Lambert IV Carto ! Lambert IV Carto 10 ! ED50 UTM30 ! ED50 UTM30 11 ! ED50 UTM31 ! ED50 UTM31 12 ! ED50 UTM32 ! ED50 UTM32 13 ! WGS72 UTM30 ! WGS72 UTM30 14 ! WGS72 UTM31 ! WGS72 UTM31 15 ! WGS72 UTM31 ! WGS72 UTM32 16 ! WGS84 UTM30 ! WGS84 UTM30 17 ! WGS84 UTM31 ! WGS84 UTM31 18 ! WGS84 UTM32 ! WGS84 UTM32 19 ! Réunion Gauss Laborde ! Réunion Gauss Laborde 20 ! Martinique Fort Desaix ! Martinique Fort Desaix 21 ! Guadeloupe Saint-Anne ! Guadeloupe Saint-Anne 22 ! Guyane CSG67UTM21 ! Guyane CSG67UTM21 23 ! Guyane CSG67UTM22 ! Guyane CSG67UTM22 24 ! Mayotte Combani ! Mayotte Combani 25 ! Saint Pierre et Miquelon ! Saint Pierre et Miquelon 26 ! Lambert 93 ! Lambert 93 ---------------------------------------------------------------------- ED50 UTM30 : ------------ Equivalence EDIGEO : UTM30 ED50 UTM31 : ------------ Equivalence EDIGEO : UTM31 ED50 UTM32 : ------------ Equivalence EDIGEO : UTM32 Guadeloupe Saint-Anne : ----------------------- Equivalence EDIGEO : GUAD48UTM20 Guyane CSG67UTM21 : ------------------- Equivalence EDIGEO : CSG67UTM21 Guyane CSG67UTM22 : ------------------- Equivalence EDIGEO : CSG67UTM22 Lambert 93 : ------------ Sans équivalence EDIGEO Lambert I Carto : ----------------- Equivalence EDIGEO : LAMB1C Lambert I Nord : ---------------- Equivalence EDIGEO : LAMB1 Lambert II Carto : ------------------ Equivalence EDIGEO : LAMB2C Lambert II Centre : ------------------- Equivalence EDIGEO : LAMB2 Lambert II Etendu : ------------------- Equivalence EDIGEO : LAMBE Lambert III Carto : ------------------- Equivalence EDIGEO : LAMB3C Lambert III Sud : ----------------- Equivalence EDIGEO : LAMB3 Lambert IV Carto : ------------------ Equivalence EDIGEO : LAMB4C Lambert IV Corse : ------------------ Equivalence EDIGEO : LAMB4 Martinique Fort Desaix : ------------------------ Equivalence EDIGEO : MART38UTM20 Mayotte Combani : ----------------- Equivalence EDIGEO : COMBANI Projection inconnue : --------------------- Sans équivalence EDIGEO Réunion Gauss Laborde : ----------------------- Equivalence EDIGEO : REUN47GAUSSL Saint Pierre et Miquelon : -------------------------- Equivalence EDIGEO : STPM50UTM21 WGS72 UTM30 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM30W72 WGS72 UTM31 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM31W72 WGS72 UTM32 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM32W72 WGS84 UTM30 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM30W84 WGS84 UTM31 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM31W84 WGS84 UTM32 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM32W84 Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/22

La précision des coordonnées précise à l'aide de l'une des valeurs de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, le niveau d'exactitude des autres coordonnées du point d'eau. Nomenclature : Précision des coordonnées / PEZ / 2000 - 1 ---...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PrecisionAutreCoordPointEau
PrecisionAutreCoordPointEau
La précision des coordonnées précise à l'aide de l'une des valeurs de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, le niveau d'exactitude des autres coordonnées du point d'eau. Nomenclature : Précision des coordonnées / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Précision inconnue ! Précision inconnue 1 ! Coord. relevées (cm) ! Coordonnées relevées (précision du centimètre) 2 ! Coord. mesurées (m) ! Coordonnées mesurées (précision du mètre) 3 ! Coord. établies (Dm) ! Coordonnées établies (précision du décamètre) 4 ! Coord. estimées (Km) ! Coordonnées estimées (précision du kilomètre) ---------------------------------------------------------------------- Coordonnées estimées (précision du kilomètre) : ----------------------------------------------- Les coordonnées sont dites 'estimées' quand elles ont une précision de l'ordre du kilomètre. Il s'agit par exemple de coordonnées assimilées aux coordonnées du centroïde de la commune où se situe l'objet. Coordonnées établies (précision du décamètre) : ----------------------------------------------- Les coordonnées sont dites 'établies' quand elles ont une précision de l'ordre du décamètre. Il s'agit par exemple de coordonnées établies à l'aide d'une carte d'une échelle supérieure ou égale au 50.000. Coordonnées mesurées (précision du mètre) : ------------------------------------------- Les coordonnées sont dites 'mesurées' quand elles ont une précision de l'ordre du mètre. Il s'agit par exemple de coordonnées mesurées à l'aide d'un GPS. Coordonnées relevées (précision du centimètre) : ------------------------------------------------ Les coordonnées sont dites 'relevées' quand elles ont une précision de l'ordre du centimètre. Il s'agit par exemple de coordonnées relevées par un géomètre. Précision inconnue : -------------------- La précision est inconnue quand aucune information n'est disponible sur le niveau d'exactitude des coordonnées. Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/159

Les commentaires rassemblent les informations générales sur le point d'eau, qui ne doivent pas contenir des informations de type 'évenements' consignées dans les attributs qui leur sont consacrés. Les informations sur les points d'eau relèvent d...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ComPointEau
ComPointEau
Les commentaires rassemblent les informations générales sur le point d'eau, qui ne doivent pas contenir des informations de type 'évenements' consignées dans les attributs qui leur sont consacrés. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:TextType

Le type de point d'eau précise s'il s'agit d'un point d'eau naturel ou d'un point d'eau artificiel. Nomenclature : Type de point d'eau / PEZ / 2001 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/TypePointEau
TypePointEau
Le type de point d'eau précise s'il s'agit d'un point d'eau naturel ou d'un point d'eau artificiel. Nomenclature : Type de point d'eau / PEZ / 2001 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Inconnu ! Type inconnu 1 ! Naturel ! Point d'eau naturel 2 ! Artificiel ! Point d'eau artificiel ---------------------------------------------------------------------- Point d'eau artificiel : ------------------------ Le point d'eau résulte de travaux du fait de l'homme : terrassement, aménagement, creusement, construction,forage,.. Point d'eau naturel : --------------------- Le point d'eau résulte de toutes les formes d'émergence de l'eau souterraine qui ne sont pas le fait de l'homme : sources, résurgences, affleurement de nappes,.. Type inconnu : --------------- Le type de point d'eau n'est pas connu Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/188

L’article L1321-2 du code de la Santé Publique prévoit autour de chaque captage d’eau destiné à l’alimentation des collectivités humaines, la mise en place de deux ou trois périmètres de protection afin d’assurer la protection de la qualité des ea...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/EtatPerimetreProtection
EtatPerimetreProtection
L’article L1321-2 du code de la Santé Publique prévoit autour de chaque captage d’eau destiné à l’alimentation des collectivités humaines, la mise en place de deux ou trois périmètres de protection afin d’assurer la protection de la qualité des eaux : Un périmètre de protection immédiate, Il correspond à l’environnement proche du point d’eau. Il est acquis par la collectivité, clôturé, et toute activité y est interdite. Il a pour fonction principale d’empêcher la détérioration des ouvrages et d’éviter les déversements de substances polluantes à proximité immédiate du ou des points de prélèvement d’eau. Un périmètre de protection rapprochée : Il délimite un secteur, en général de quelques hectares. Il doit protéger le ou les points de prélèvement d’eau vis-à-vis de la migration souterraine des substances polluantes. A l’intérieur de ce périmètre, toutes les activités susceptibles de provoquer une pollution sont interdites ou soumises à des prescriptions particulières (constructions, rejets, dépôts, épandages...). Le cas échéant, un périmètre de protection éloignée : Facultatif, il peut s’étendre jusqu’aux limites de la zone d’alimentation du ou des points d’eau. Il est créé dans le cas où certaines activités peuvent être à l’origine de pollutions importantes et lorsque des prescriptions particulières paraissent de nature à réduire significativement les risques. Dans le cadre de ce dictionnaire de données, l’information sur les périmètres de protection associés à chaque point d’eau est volontairement succincte et générale. Elle vise à une meilleure interprétation notamment des données de mesure de qualité sans prétendre à une description complète et exhaustive de ces périmètres. L’état de la procédure correspond à l’état d’avancement des procédures engagées (non poursuivie, en cours, terminée, point de prélèvement abandonné) La description des états des périmètres de protection relève de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE : Nomenclature : Etat du périmètre de protection / PEZ / 2002-1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Non poursuivie ! Procédure non poursuivie 1 ! En cours ! Procédure en cours 2 ! Terminée ! Procédure terminée 3 ! Abandon ! Point de prélèvement abandonné ---------------------------------------------------------------------- Point de prélèvement abandonné : -------------------------------- la procédure conclut à l'abandon du captage et celui-ci est effectivement abandonné. Procédure en cours : -------------------- l'avis de l'hydrogéologue est disponible ou en cours de préparation après délibération de la collectivité. Procédure non poursuivie : -------------------------- elle intervient quand la collectivité ne poursuit pas la procédure tout en exploitant le captage, après avis de l'hydrogéologue agréé. Cet état de la procédure correspond à une situation illégale quand bien même réelle. Procédure terminée : -------------------- les périmètres de protection sont définis par DUP et l'arrêté de DUP a été inscrit au bureau des hypothèques. Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/150

La date de l'état du périmètre est la date exprimée en jours à laquelle l'information sur la protection du point d'eau a été actualisée, tel que décrit dans l'attribut "Etat du périmètre de protection".

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateEtatPerimetre
DateEtatPerimetre
La date de l'état du périmètre est la date exprimée en jours à laquelle l'information sur la protection du point d'eau a été actualisée, tel que décrit dans l'attribut "Etat du périmètre de protection".
0
1
cct:DateType

Profondeur d'investigation maximale atteinte par le forage. La profondeur s’exprime en mètres avec une précision métrique. Cette information est précisée par la banque BSS du BRGM.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ProfInvestiForage
ProfInvestiForage
Profondeur d'investigation maximale atteinte par le forage. La profondeur s’exprime en mètres avec une précision métrique. Cette information est précisée par la banque BSS du BRGM.
0
1
cct:NumericType

Liste des associations:

L'état du point d'eau décrit qualitativement les possibilités d'utilisation du point d'eau avec les valeurs de la liste suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Etat du point d'eau / PEZ / 1999 - 1 -------------------------------------...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/EtatPointEau
EtatPointEau
L'état du point d'eau décrit qualitativement les possibilités d'utilisation du point d'eau avec les valeurs de la liste suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Etat du point d'eau / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Etat inconnu ! Etat inconnu 1 ! Rebouché ! Rebouché 2 ! Obstrué ! Obstrué 3 ! Opérationnel ! Opérationnel ---------------------------------------------------------------------- Etat inconnu : -------------- L'état du point d'eau n'est pas connu du producteur de données. Obstrué : --------- Un point est obstrué s'il peut redevenir opérationnel moyennant une expertise et quelques travaux de réaménagement. Opérationnel : -------------- Un point d'eau est opérationnel quand il est utilisé ou utilisable immédiatement pour toute ou partie des fonctions possibles d'un point d'eau. Rebouché : ---------- Un point d'eau est rebouché lorsqu'il est condamné définitivement. Fin de la nomenclature La date à laquelle a été fait le constat de l'état sera également précisée. L'information sur l'état du point d'eau relève de la responsabilité des gestionnaires des stations de mesure localisées sur le point d'eau.
1
1

Les natures d'un point d'eau relèvent de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Pour assurer la compatibilité ascendante de la version 2000-1 de la nomenclature avec celle proposée dans le dictionnaire de la piézométrie 1997-1, les co...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NaturePointEau
NaturePointEau
Les natures d'un point d'eau relèvent de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Pour assurer la compatibilité ascendante de la version 2000-1 de la nomenclature avec celle proposée dans le dictionnaire de la piézométrie 1997-1, les codes sont conservés avec des renvois le cas échéant sur de nouveaux codes quand il y a eu fusion d'occurrences. Nomenclature : Nature des points d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature inconnue ! Nature inconnue 1 ! Affleurement d'eau ! Affleurement d'eau 2 ! Cavité souterraine ! Cavité souterraine 3 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 4 ! Drain ! Drain 5 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 6 ! Forage ! Forage 7 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 8 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 9 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 10 ! Perte ! Perte 11 ! Cf. code 6 ! Cf. code 6 12 ! Puits ! Puits 13 ! Cf. code 6 ! Cf. code 6 14 ! Source ! Source 15 ! Cf. code 14 ! Cf. code 14 16 ! Cf. code 14 ! Cf. code 14 17 ! Cf. code 1 ! Cf. code 1 18 ! Cf. code 2 ! Cf. code 2 ---------------------------------------------------------------------- Affleurement d'eau : -------------------- Carrières à ciel ouvert, gravières, zones humides, etc. Exceptionnellement : lac, rivière, étang... Source : Les lexiques des mots clés utilisables pour la rédaction du dossier de documentation sur le sous-sol (octobre 1990, 88SGN 856 DIG) Cavité souterraine : -------------------- Cavité naturelle ou anthropique (aven, grotte, galerie de mine, etc.). Correspondance : 'Aven' (Nature de l'ouvrage du piézomètre / PEZ / 1997 -1) Drain : ------- Tout conduit non étanche, collecteur d'eau souterraine par gravité, imposant des niveaux rabattus (potentiels) constants, dans lequel l'eau s'écoule avec ou sans surface libre (tranchée, galerie, canalisation enterrée, puits ou forage). Plus particulièrement, un drain est un conduit de collecte et d'évacuation de l'eau excédentaire dans un périmètre d'irrigation et d'assainissement (réseau de drainage) ; ouvrage servant à maintenir les niveaux piézométriques, la surface libre d'une nappe au dessous de cotes fixées, et à prévenir les sous-pressions. Ouvrage dont le but est d'évacuer l'eau plutôt que de la capter. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Forage : -------- Ouvrage impliquant l'exploitation passée, présente ou future d'une substance minérale, eau comprise. Forage d'injection d'eau. Source : Les lexiques des mots clés utilisables pour la rédaction du dossier de documentation sur le sous-sol (octobre 1990, 88SGN 856 DIG) Perte : ------- Lieu et phénomène de disparition naturelle totale ou partielle d'un cours d'eau de surface permanent ou temporaire dans le sous-sol, par infiltration ou par engouffrement, en domaine karstique principalement. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Puits : ------- Toute excavation creusée à partir de la surface du sol et pénétrant un aquifère, utilisée pour puiser de l'eau ou pour agir localement sur la charge hydraulique dans l'aquifère, ou plus largement pour d'autres usages (pénétration dans le sous-sol, extraction, etc.). Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977 Source : -------- Lieu et phénomène d'apparition et d'écoulement naturel d'eau souterraine à la surface du sol, assez bien individualisés et à l'origine en général d'un cours d'eau de surface. Vasque d'eau formée par l'émergence. Sous ce terme générique sont incluses les sources captées, karstiques et non captées ainsi que les fontaines hors réseau de distribution. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Correspondance : 'Source captée' (Nature de l'ouvrage du piézomètre / PEZ / 1997 -1) Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
1
1

La commune est une des circonscriptions administratives pivots du découpage administratif du territoire national. Elle est identifiée par un code alphanumérique sur 5 positions attribué par l'INSEE - à ne pas confondre avec le code postal. La not...

http://id.eaufrance.fr/ddd/COM/2.0/Commune
Commune
La commune est une des circonscriptions administratives pivots du découpage administratif du territoire national. Elle est identifiée par un code alphanumérique sur 5 positions attribué par l'INSEE - à ne pas confondre avec le code postal. La notion de commune ne doit pas être confondue avec celle de "ville nouvelle" qui fait l'objet de la loi n°70-610 du 10 juillet 1970. Cette dernière définit un certain nombre de dispositions tendant à faciliter la création "d'agglomérations nouvelles", communément appelées "villes nouvelles". Pour mieux répondre à certains de leurs besoins qui sont communs à d'autres collectivités territoriales et qui dépassent souvent le cadre et les capacités d'une entité communale, les communes peuvent adhérer à une ou plusieurs institutions inter collectivités territoriales à chacune desquelles elles délégueront une ou plusieurs compétences dans le but de mettre en commun les moyens indispensables pour atteindre leurs objectifs. Une commune peut également avoir un ou plusieurs liens avec une ou plusieurs communes à la suite de l'évolution du découpage communal (scission ou fusion de communes...). A chaque lien, il sera précisé dans les attributs "Nature de l'évolution" et "Date de l'évolution" du lien "Historique du découpage communal", la nature de l'évolution ainsi que la date à laquelle elle intervient. Certaines communes tiennent le rôle de chef lieu pour les régions, les départements, les arrondissements et les cantons. La liste des communes est sous la responsabilité de l'INSEE.
0
1

Unité de production (ou établissement économique au sens de l'INSEE) géographiquement individualisée dans laquelle une ou plusieurs personnes utilisent de l'eau dans le cadre de leurs activités économiques et sont susceptibles de contribuer à la m...

http://id.eaufrance.fr/ddd/STI/2002-1/SiteIndustriel
SiteIndusPointEau
Unité de production (ou établissement économique au sens de l'INSEE) géographiquement individualisée dans laquelle une ou plusieurs personnes utilisent de l'eau dans le cadre de leurs activités économiques et sont susceptibles de contribuer à la modification du milieu naturel. Il comprend : - les établissements industriels ou usines, - les établissements publics d'hébergements et de services que sont les lycées, les hôpitaux, les casernes militaires,... - les chantiers, ... Un site industriel sera toujours considéré comme un producteur d'effluents même s'il possède des capacités de dépollution (centre d'incinération, cimenterie...). Celles-ci seront traitées par le concept d'unité de traitement des sous-produits que l'on peut rapporter à un site industriel. Le site industriel ne doit pas être confondu avec l'établissement (unité administrative) au sens de l'INSEE qui désigne la propriété d'un site. Les informations sur les sites industriels relèvent de la responsabilité des Agences de l'eau.
0
*

L'ouvrage de prélèvement est un point d'eau utilisé à l'extraction de quantités d'eau non négligeables (on exclut ici le prélèvement d'échantillons pour analyse) pour un ou plusieurs usages (voir liste des usages), de manière continue ou intermitt...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/OuvragePrelevement
OuvragePrelevement
L'ouvrage de prélèvement est un point d'eau utilisé à l'extraction de quantités d'eau non négligeables (on exclut ici le prélèvement d'échantillons pour analyse) pour un ou plusieurs usages (voir liste des usages), de manière continue ou intermittente. Les informations sur l'ouvrage de prélèvement relèvent de la responsabilité du ou des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau
0
1

Au sens strict, un piezomètre est un dispositif servant à mesurer la hauteur piezométrique en un point donné d'un aquifère, qui indique la pression en ce point, en permettant l'observation ou l'enregistrement d'un niveau d'eau libre ou d'une press...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/Piezometre
Piezometre
Au sens strict, un piezomètre est un dispositif servant à mesurer la hauteur piezométrique en un point donné d'un aquifère, qui indique la pression en ce point, en permettant l'observation ou l'enregistrement d'un niveau d'eau libre ou d'une pression (G. Castany et J. Margat, Dictionnaire français d'hydrogéologie, 1977). Cependant, pour des raisons pratiques, et pour respecter l’usage, le groupe SANDRE sur la piézométrie a étendu cette notion à celle de point d'observation piezométrique qui est soit un ouvrage construit par l'homme (puits, forage, gravière, ...), ou bien un point naturel (source, aven, grotte, ...) qui permet de mesurer le niveau d'une nappe. Théoriquement, un piézomètre ne mesure que le niveau d'une et une seule nappe. Dans les faits, un piézomètre peut atteindre plusieurs nappes dont les niveaux piézomètriques peuvent être différents. Il est utilisé dans le cadre d'un ou plusieurs réseaux de façon variable dans le temps. De même, les organismes qui ont en charge sa gestion peuvent changer dans le temps. Les renseignements sur le piézomètre sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui le gèrent.
0
1

La station de mesure de la qualité des eaux souterraines (ou qualitomètre) est un point d'eau ou un ensemble de points d'eau où l'on effectue des mesures ou des prélèvements en vue d'analyses physico-chimiques, bactériologiques…, pour déterminer l...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/Qualitometre
Qualitometre
La station de mesure de la qualité des eaux souterraines (ou qualitomètre) est un point d'eau ou un ensemble de points d'eau où l'on effectue des mesures ou des prélèvements en vue d'analyses physico-chimiques, bactériologiques…, pour déterminer la qualité de l'eau qui en est issue. Quand un qualitomètre porte sur un ensemble de points d'eau, il est alors assimilé à un point d'eau dit 'principal' avec une information indiquant qu'il s'agit d'un groupement et listant tous les points d'eau secondaires. En règle générale un qualitomètre est en relation avec une seule entité hydrogéologique. Il est admis cependant, que l'eau analysée au droit la station puisse provenir de plusieurs entités hydrogéologiques (exemple des réseaux de distribution d'eau potable de certaines collectivités). Pour une exploitation cartographique, statistique ou autre des mesures effectuées, les données obtenues sont ramenées à un emplacement caractéristique de la station comme le point d'eau 'principal'. Les qualitomètres sont identifiés par le code national du point d'eau auquel il se réfère (code BSS + Désignation BSS). Quant un qualitomètre porte sur un champ captant, il est identifié par le code national du point d'eau désigné comme principal. Les informations sur le qualitomètre sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le qualitomètre.
0
2

Le point d'eau est localisée géographiquement en un point toujours unique mais les coordonnées X et Y de ce point peuvent être saisies dans différents systèmes de projection. Les coordonnées principales du point d'eau sont indiquées comme informa...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AutresCoordPointEau
AutresCoordPointEau
Le point d'eau est localisée géographiquement en un point toujours unique mais les coordonnées X et Y de ce point peuvent être saisies dans différents systèmes de projection. Les coordonnées principales du point d'eau sont indiquées comme information du point d'eau Les coordonnées du point d'eau dans un autre système de projection sont indiquées dans les autres coordonnées du point d'eau. Ces informations relèvent de la responsabilité des producteurs de données qui utilisent le point d'eau.
0
*

Les événements intervenus sur le point d'eau sont les faits que le producteur de données utilisant le point d'eau souhaite conserver car jugés importants pour la compréhension de la vie du point d'eau et de l'interprétation des données qui y sont ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/EvenementPointEau
EvenementPointEau
Les événements intervenus sur le point d'eau sont les faits que le producteur de données utilisant le point d'eau souhaite conserver car jugés importants pour la compréhension de la vie du point d'eau et de l'interprétation des données qui y sont mesurées. Exemple : - reconstruction de la margelle, - ré-établissement du référentiel altimétrique, - installation d'un appareil de mesure... Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
*

Le repère du point d'eau est le point physique situé sur le bâti du point d'eau (bord du tube...) par rapport auquel sont effectués des mesures sur le point d'eau : profondeur de la nappe, début et fin des différents niveaux des coupes (techniques...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ReperePointEau
ReperePointEau
Le repère du point d'eau est le point physique situé sur le bâti du point d'eau (bord du tube...) par rapport auquel sont effectués des mesures sur le point d'eau : profondeur de la nappe, début et fin des différents niveaux des coupes (techniques, géologiques et hydrogéologiques), profondeur des prélèvements... Dans le cadre de l'utilisation du point d'eau comme piézomètre, le repère est rapporté à la référence altimétrique à l'aide d'une hauteur afin d'établir la cote de la nappe. Dans le cadre d'une construction classique d'un point d'eau (tube dépassant du sol protégé par un socle ou une margelle), la hauteur sera négative quand la référence altimétrique est le sol au pied du piézomètre ou le rebord supérieur du socle ou de la margelle. Elle sera nulle si la référence altimétrique se confond avec le repère de mesure. La description du repère indiquera par rapport à quelle référence altimétrique le repère est rapporté. Les renseignements sur le piézomètre sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui le gèrent.
0
*

L'ouvrage d'injection est un point d'eau utilisé à l'injection d'eau dans un aquifère destinée à : - le recharger pour augmenter la quantité d'eau utilisable par pompage dans cette nappe, - diluer un élément indésirable (par exemple : nitrates),...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/OuvrageInjection
OuvrageInjection
L'ouvrage d'injection est un point d'eau utilisé à l'injection d'eau dans un aquifère destinée à : - le recharger pour augmenter la quantité d'eau utilisable par pompage dans cette nappe, - diluer un élément indésirable (par exemple : nitrates), - réchauffer de l'eau dans le cadre d'un doublet géothermique. Les informations sur l'ouvrage d'injection relèvent de la responsabilité du ou des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau
0
1

Un point peut faire l'objet d'un code interne à chaque gestionnaire utilisant le point d'eau. Il se distingue du code principal en ne se basant sur aucune règle de construction et en reprenant en intégralité le ou les codes à usage local avec une ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CodificationLocalePointEau
CodificationLocalePointEau
Un point peut faire l'objet d'un code interne à chaque gestionnaire utilisant le point d'eau. Il se distingue du code principal en ne se basant sur aucune règle de construction et en reprenant en intégralité le ou les codes à usage local avec une indication sur sa provenance. Le ou les codes locaux des points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
*

Un point d'eau peut être utilisé pour une période donnée à une ou plusieurs fins qui relèvent de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE : Nomenclature : Fonctions du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 --------------------------------------...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PeriodeUtilisationPointEau
PeriodeUtilisationPointEau
Un point d'eau peut être utilisé pour une période donnée à une ou plusieurs fins qui relèvent de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE : Nomenclature : Fonctions du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Fonction inconnue ! Fonction inconnue 1 ! Pas de fonction ! Pas de fonction 2 ! Piezométrie ! Mesure quantité (piézométrie) 3 ! Débitmétrie ! Mesure quantité (débitmétrie) 4 ! Qualitométrie ! Mesure qualité 5 ! Prélèvement ! Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) 6 ! Recharge ! Recharge de nappe (par ré-injection) 7 ! Traçage ! Traçage 8 ! Reconnaissance ! Reconnaissance 9 ! Injection ! Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) ---------------------------------------------------------------------- Fonction inconnue : ------------------- Le point d'eau a une fonction inconnue quand aucune information n'est disponible sur les utilisations du point d'eau. Injection (polluant, pompe à chaleur, gaz...) : ----------------------------------------------- Injection d'une substance dans le sous-sol, qui peut être en particulier : - un polluant - de l'eau à une température différente de celle de l'aquifère (pompe à chaleur) du gaz (stockage souterrain) Mesure qualité : ---------------- Mesure in situ (pour les paramètres non conservatifs : gaz libres, sulfures, alcalinité, température, conductivité, pH, potentiel redox, oxygène dissous, et les paramètres environnementaux), ou en laboratoire sur échantillon d'eau prélevé à cet effet, des paramètres physico-chimiques, microbiologiques, hydrobiologiques. Mesure quantité (débitmétrie) : ------------------------------- Mesure du débit d'une source ou du cours d'eau qui en est issu, selon diverses méthodes, en particulier : directement : - par un débitmètre sur conduite, - par un déversoir étalonné indirectement : - par mesure de la hauteur d'eau et utilisation d'une courbe expérimentale de tarage (relation hauteur-débit) établie par une série de jaugeages (par moulinet...), - par mesure de la vitesse du courant (dispositif à ultrasons) et connaissance de la section mouillée. Mesure quantité (piézométrie) : ------------------------------- Mesure de la hauteur piézométrique dans un puits ou un forage, par observation ou enregistrement d'un niveau d'eau libre ou d'une pression (dans le cas d'un forage artésien jaillissant en nappe captive). Pas de fonction : ----------------- Le point d'eau n'a pas de façon certaine une ou plusieurs des fonctions décrites dans la suite de la nomenclature. Prélèvement d'eau (dont dépollution de nappe) : ----------------------------------------------- Toute action consistant à extraire une quantité d'eau non négligeable (on exclue ici le prélèvement d'échantillons pour analyse) pour un ou plusieurs usages (voir liste des usages), de manière continue ou intermittente. Recharge de nappe (par ré-injection) : -------------------------------------- Injection d'eau dans un aquifère destinée à le recharger pour augmenter la quantité d'eau utilisable par pompage dans cette nappe et/ou diluer un élément indésirable (par exemple : nitrates). Reconnaissance : ---------------- Puits ou forage réalisé pour déterminer les caractéristiques locales d'un aquifère (profondeur de l'eau, quantité disponible et qualité). En général, un forage ou puits d'exploitation est ensuite réalisé, soit sur le même emplacement, soit au voisinage immédiat, si la reconnaissance a été satisfaisante au regard des objectifs recherchés. Traçage : --------- Injection d'une substance dont le déplacement est le plus possible identique à celui des molécules d'eau pour déterminer la direction et la vitesse d'écoulement de l'eau dans un aquifère, et simuler la dilution et/ou la dispersion d'une éventuelle pollution accidentelle. Fin de la nomenclature La ou les périodes d'utilisation des points d'eau pour une ou plusieurs fonctions données relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
*

La référence altimétrique du point d'eau est le point physique situé sur le bâti du piézomètre dont on a mesuré l'altitude (avec une plus ou moins grande précision) et auquel est rapportée la profondeur de la nappe afin d'en établir la côte. Pour...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/RefAltimetriquePointEau
RefAltimetriquePointEau
La référence altimétrique du point d'eau est le point physique situé sur le bâti du piézomètre dont on a mesuré l'altitude (avec une plus ou moins grande précision) et auquel est rapportée la profondeur de la nappe afin d'en établir la côte. Pour une construction classique d'un point d'eau 'ouvrage' (tube dépassant du sol protégé par un socle ou une margelle), trois types référence altimétrique sont admis : - le repère de mesure (rebord du tube), - le rebord supérieur du socle ou de la margelle, - le sol au pied du piézomètre. dont on peut établir l'altitude suivant deux modes : relevé par un géomètre ou directement sur une carte d'une échelle supérieure ou égale au 1/25 000ème. L'altitude du repère altimétrique peut s'exprimer dans différents systèmes altimétriques. A un instant donné, plusieurs repères altimétriques de nature différente (repère, rebord ou sol) peuvent exister sur le point d'eau. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
*

Le propriétaire du point d'eau est la personne morale ou physique qui détient tous les droits notamment fonciers sur le point d'eau. Le propriétaire du point d'eau et du terrain sur lequel il se situe ne sont pas systématiquement confondus. La pr...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ProprietairePointEau
ProprietairePointEau
Le propriétaire du point d'eau est la personne morale ou physique qui détient tous les droits notamment fonciers sur le point d'eau. Le propriétaire du point d'eau et du terrain sur lequel il se situe ne sont pas systématiquement confondus. La propriété d'un point d'eau est transférable et à ce titre, associée à une période de temps. L'information sur le propriétaire du point d'eau relève de la responsabilité des gestionnaires des stations de mesure localisées sur le point d'eau.
0
*

Un point peut avoir un ou plusieurs noms d'usage employés localement. Il se distingue du libellé principal en ne se basant sur aucune règle de construction et en reprenant en intégralité le ou les noms d'usage. Le ou les alias des points d'eau re...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AliasPointsEau
AliasPointsEau
Un point peut avoir un ou plusieurs noms d'usage employés localement. Il se distingue du libellé principal en ne se basant sur aucune règle de construction et en reprenant en intégralité le ou les noms d'usage. Le ou les alias des points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
*

L'eau issue du point d'eau peut être destinée pour une période donnée à un ou plusieurs usages qui relèvent de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE : Nomenclature : Usages de l'eau au droit du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PeriodeUtilisationEau
PeriodeUtilisationEau
L'eau issue du point d'eau peut être destinée pour une période donnée à un ou plusieurs usages qui relèvent de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE : Nomenclature : Usages de l'eau au droit du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature inconnue ! Nature inconnue 1 ! Pas d'usage ! Pas d'usage 2 ! Agriculture - Elevage ! Agriculture - Elevage 2A ! Irrigation ! Irrigation 2B ! Abreuvage ! Abreuvage 2C ! Pisciculture ! Pisciculture 3 ! Industrie ! Industrie 3A ! Agro-alimentaire ! Agro-alimentaire 3B ! Industrie hors agro-alim.! Industrie (hors agro-alimentaire : process, lavage, vapeur...) 3C ! Exhaure ! Exhaure 4 ! AEP + usages domestiques ! AEP + usages domestiques 4A ! Alimentation collective ! Alimentation collective 4B ! Alimentation individuelle! Alimentation individuelle 5 ! Energie ! Energie 5A ! Pompe à chaleur, climat. ! Pompe à chaleur, climatisation 5B ! Géothermie ! Géothermie 6 ! Loisirs ! Loisirs 7 ! Embouteillage ! Embouteillage 8 ! Thermalisme ! Thermalisme 9 ! Thalassothérapie ! Thalassothérapie 10 ! Défense contre l'Incendie! Défense contre l'Incendie 11 ! Dépollution ! Dépollution 12 ! Réalimentation ! Réalimentation (de nappe, de cours d'eau) ---------------------------------------------------------------------- Abreuvage : ----------- Eau destinée à l'abreuvage des animaux de tous les types d'élevage (bovins, porcins, ovins, volailles, autres). AEP + usages domestiques : -------------------------- Utilisation pour l'alimentation en eau potable (sans pouvoir faire la distinction entre alimentation collective ou individuelle). Agriculture - Elevage : ----------------------- Tous les usages agricoles de l'eau autres qu'irrigation, abreuvage, pisciculture (par exemple : nettoyage des bâtiments d'élevage, dilution des produits à épandre : engrais, phyto-sanitaires...) et/ou usages agricoles non différentiables. Agro-alimentaire : ------------------ Eau utilisée par l'industrie agro-alimentaire nécessitant une qualité identique à l'AEP (produits d'origine végétale ou animale, boissons alcoolisées et non alcoolisées). Alimentation collective : ------------------------- Captage réservé à l'usage d'au moins deux familles ou de tout autre structure industrielle ou collective (commune, école, camping, colonie...). Alimentation individuelle : --------------------------- Captage réservé à l'usage d'une seule famille. Défense contre l'Incendie : --------------------------- Utilisation directe ou indirecte (stockage) de l'eau dans la lutte contre les incendies. Dépollution : ------------- Dépollution d'un aquifère par prélèvement de l'eau contaminée par une pollution, éventuellement par injection préalable d'eau avant repompage. Embouteillage : --------------- Eau destinée à être mise en bouteille pour la consommation. Energie : --------- Utilisation des ressources énergétiques d'un aquifère (usage énergie non différentiable). Exhaure : --------- Eau évacuée des excavations souterraines telles que des mines et des carrières pour en éviter l'ennoiement. Géothermie : ------------ Utilisation des propriétés calorifiques d'un aquifère : géothermie de haute énergie (>180°C) ou de basse énergie (entre 30 et 100°C). Industrie : ----------- Usages industriels de l'eau non différentiables. Industrie (hors agro-alimentaire : process, lavage, vapeur...) : ---------------------------------------------------------------- Eau utilisée par l'industrie dans le procédé de production (hors agro-alimentaire), le nettoyage, la réfrigération. Irrigation : ------------ Eau à usage immédiat ou différé (stockage en retenue) nécessaire aux cultures pour leur croissance, et/ou à l'aspersion antigel des fruitiers et de la vigne. Loisirs : --------- Eau destinée à une utilisation ludique (parc d'attractions, lac artificiel aménagé pour le tourisme). Pas d'usage : ------------- L'absence d'usage peut être déclarée par un gestionnaire quand il a la connaissance qu'aucune exploitation du point d'eau n'est réalisée. Pisciculture : -------------- Eau servant au remplissage de bassins d'élevage piscicole. Pompe à chaleur, climatisation : -------------------------------- Utilisation des propriétés calorifiques de l'eau d'un aquifère (géothermie de très basse énergie :
0
*

Dans le cadre du suivi des eaux souterraines, une ou plusieurs stations de mesure hydrométriques peuvent être rattachées à un ou plusieurs piezomètres. Le rattachement d'une station de mesure hydrométrique à un ou plusieurs piezomètres n'est pas ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/RattachementStationHydrometriquePiezo
RattachementStationHydrometriquePiezo
Dans le cadre du suivi des eaux souterraines, une ou plusieurs stations de mesure hydrométriques peuvent être rattachées à un ou plusieurs piezomètres. Le rattachement d'une station de mesure hydrométrique à un ou plusieurs piezomètres n'est pas définitif mais seulement pour une période déterminée car l'évolution des réseaux de mesure d'hydrométrie de surface ou de piezométrie amène parfois à modifier le rattachement. Cette information est sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent la station de mesure.
0
*

Relations externe:

La masse d'eau est le découpage territorial élémentaire des Milieux aquatiques destinée à être l'unité d'évaluation de la DCE.

http://id.eaufrance.fr/ddd/MDO/1.1/MasseDEau
MasseEau
La masse d'eau est le découpage territorial élémentaire des Milieux aquatiques destinée à être l'unité d'évaluation de la DCE.
0
unbounded

Cette entité est héritée par :

Les accès artificiels aux eaux souterraines désignés sous le terme 'ouvrage' résultent de travaux du fait de l'homme : terrassement, aménagement, creusement, construction, forage… Ne sont pris en compte dans le cadre du dictionnaire de données, q...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PointEauArtificiel
PointEauArtificiel
Les accès artificiels aux eaux souterraines désignés sous le terme 'ouvrage' résultent de travaux du fait de l'homme : terrassement, aménagement, creusement, construction, forage… Ne sont pris en compte dans le cadre du dictionnaire de données, que ceux qui font l'objet d'un enregistrement au sein de la Banque du Sous-Sol soit au titre des articles 131 à 136 du code minier, soit suite à la demande d'un producteur de données. La responsabilité des données sur l'ouvrage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

Les accès naturels aux eaux souterraines sont toutes les formes d'émergence de l'eau souterraine qui ne sont pas le fait de l'homme : sources, résurgences, affleurement de nappes… Chaque accès naturel pourra être également désigné par un numéro n...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PointEauNaturel
PointEauNaturel
Les accès naturels aux eaux souterraines sont toutes les formes d'émergence de l'eau souterraine qui ne sont pas le fait de l'homme : sources, résurgences, affleurement de nappes… Chaque accès naturel pourra être également désigné par un numéro national constitué du code et de la désignation BSS. Pour chaque accès naturel, est définie l'entité hydrogéologique dont est issue l'eau ainsi que le cas échéant le cours d'eau qui naît au droit du point d'eau. Les informations sur les points d'eau naturels relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.

POINT D'EAU ARTIFICIEL

Les accès artificiels aux eaux souterraines désignés sous le terme 'ouvrage' résultent de travaux du fait de l'homme : terrassement, aménagement, creusement, construction, forage… Ne sont pris en compte dans le cadre du dictionnaire de données, que ceux qui font l'objet d'un enregistrement au sein de la Banque du Sous-Sol soit au titre des articles 131 à 136 du code minier, soit suite à la demande d'un producteur de données. La responsabilité des données sur l'ouvrage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PointEauArtificiel
PointEauArtificiel

Cette entité hérite de POINT D'EAU

Liste des propriétés:

Informations diverses non structurées sur l'ouvrage d'accès aux eaux souterraines que le dépositaire du dossier B.S.S. souhaite porter à connaissance. La responsabilité des données sur l'ouvrage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sou...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ComPointEauArtificiel
ComPointEauArtificiel
Informations diverses non structurées sur l'ouvrage d'accès aux eaux souterraines que le dépositaire du dossier B.S.S. souhaite porter à connaissance. La responsabilité des données sur l'ouvrage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:TextType

Liste des associations:

L’entité hydrogéologique est une partie de l’espace géologique, aquifère ou non aquifère, correspondant à un système physique caractérisé au regard de son état et de son comportement hydrogéologique. L’entité hydrogéologique doit être appréhendée...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/2002-1/EntiteHydroGeol
EntiteHydroGeol
L’entité hydrogéologique est une partie de l’espace géologique, aquifère ou non aquifère, correspondant à un système physique caractérisé au regard de son état et de son comportement hydrogéologique. L’entité hydrogéologique doit être appréhendée au sens systémique et correspond à un découpage plus ou moins « artificiel » d’une réalité complexe. Le système peut se définir comme « Tout ensemble complexe dont on renonce à détailler la structure au-delà d’une schématisation nécessaire et suffisante pour analyser et exprimer les relations qu’il détermine entre entrées et sorties, considérées dans le temps et dans l’espace, suivant un degré de précision donné » [Dictionnaire Français d’Hydrogéologie]. D’une manière plus pratique, l’entité hydrogéologique correspond à une modélisation d’une réalité à un moment donné (avec les connaissances de cet instant). Sa représentation cartographique dans des outils cartographiques actuels entraîne une simplification de cette réalité, notamment les contours fixes de chaque entité. La constitution des entités hydrogéologiques est issue de la connaissance à instant donné du milieu souterrain. L’ensemble du territoire est décomposé en plusieurs entités hydrogéologiques assurant une « jointivité » horizontale et verticale des entités. Les entités hydrogéologiques ont été distinguées en trois niveaux : Les entités de premier niveau ou niveau national : un grand système aquifère, un grand domaine hydrogéologique, les entités de second niveau ou niveau régional : un domaine hydrogéologique, un système aquifère, les entités de 3ième niveau ou niveau local : une unité aquifère, une unité semi-perméable, une unité imperméable. Le concept d'entité hydrogéologique est décrit en détail dans le document SANDRE de description des données du référentiel hydrogéologique. Chaque entité possède un code qui est attribuée par le SANDRE. Chaque entité est décrite et validée par le comité national BD RHF Version 2. Les informations associées à une entité hydrogéologique sont : - les alias de l'entité - les cartes exploitées et couvertes par l'entité, - les entités au-dessus de l'entité, - l'entité mère de l'entité en cours (si l'entité n'est pas de niveau d'utilisation Nationale), - les cartes de structures et piézométriques, - la lithologie et la stratigraphie, - les relations avec les entrées et sorties d'eau, - les relations avec les cours d'eau et les plans d'eau.
0
*

La coupe technique est la description des équipements installés dans l'ouvrage. Elle donne une information sur le tubage utilisé à différentes profondeurs. Pour chaque tronçon de l'ouvrage, la coupe technique précise : - le diamètre intérieur du...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CoupeTechnique
CoupeTechnique
La coupe technique est la description des équipements installés dans l'ouvrage. Elle donne une information sur le tubage utilisé à différentes profondeurs. Pour chaque tronçon de l'ouvrage, la coupe technique précise : - le diamètre intérieur du tubage, - la nature du tubage (crépine ou tube plein), - l'épaisseur du tubage, - la matière du tubage (acier, inox, béton, fibre de verre, PVC, téflon, matière inconnue), - présence d'un massif filtrant. La responsabilité des données de la coupe technique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1

La coupe hydrogéologique renseigne sur les différents niveaux aquifères traversés par l'ouvrage sans pour autant que l'ouvrage en capte l'eau. Chaque niveau est décrit par une profondeur de début (le toit) et de fin (le mur) établies à partir d'u...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CoupeHydrogeologique
CoupeHydrogeologique
La coupe hydrogéologique renseigne sur les différents niveaux aquifères traversés par l'ouvrage sans pour autant que l'ouvrage en capte l'eau. Chaque niveau est décrit par une profondeur de début (le toit) et de fin (le mur) établies à partir d'un repère identifié, par une lithologie et par la ou les entités hydrogéologiques traversées avec le cas échéant, la désignation de ou des horizons captés du ou des entités hydrogéologiques. Chaque coupe hydrogéologique est datée et son dépositaire identifié. La responsabilité des données de la coupe hydrogéologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1

Chaque ouvrage peut faire l'objet d'une coupe géologique. Il s'agit de la description des terrains successivement traversés par l'ouvrage. La coupe géologique se compose de niveaux, chacun associé à un type de terrain traversé par l'ouvrage. Chaq...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CoupeGeologique
CoupeGeologique
Chaque ouvrage peut faire l'objet d'une coupe géologique. Il s'agit de la description des terrains successivement traversés par l'ouvrage. La coupe géologique se compose de niveaux, chacun associé à un type de terrain traversé par l'ouvrage. Chaque niveau est décrit par une profondeur de début (le toit) et de fin (le mur) établies à partir d'un repère identifié, par une stratigraphie et par une lithologie. Chaque coupe géologique est datée et son dépositaire identifié. La responsabilité des données de la coupe géologique relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1

Le pompage d'essai est l'opération qui consiste à pomper à un certain débit durant un temps donné dans un point d'eau d'essai crépiné à travers l'aquifère et à mesurer ainsi l'influence de ce pompage sur le niveau piézométrique dans ce point d'eau...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PompageEssai
PompageEssai
Le pompage d'essai est l'opération qui consiste à pomper à un certain débit durant un temps donné dans un point d'eau d'essai crépiné à travers l'aquifère et à mesurer ainsi l'influence de ce pompage sur le niveau piézométrique dans ce point d'eau et dans quelques piézomètres installés au voisinage. Il est ensuite possible de déduire les caractéristiques hydrauliques de l'aquifère en appliquant des formules appropriées sur les rabattements mesurés dans les piézomètres, leur distance au point d'eau et le débit de pompage.
0
*

POINT D'EAU NATUREL

Les accès naturels aux eaux souterraines sont toutes les formes d'émergence de l'eau souterraine qui ne sont pas le fait de l'homme : sources, résurgences, affleurement de nappes… Chaque accès naturel pourra être également désigné par un numéro national constitué du code et de la désignation BSS. Pour chaque accès naturel, est définie l'entité hydrogéologique dont est issue l'eau ainsi que le cas échéant le cours d'eau qui naît au droit du point d'eau. Les informations sur les points d'eau naturels relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PointEauNaturel
PointEauNaturel

Cette entité hérite de POINT D'EAU

Liste des propriétés:

Informations diverses non structurées sur le point d'eau naturel que le ou les gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau souhaitent porter à connaissance. Les informations sur les points d'eau naturels relèvent de la responsabilité d...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ComPointEauNaturel
ComPointEauNaturel
Informations diverses non structurées sur le point d'eau naturel que le ou les gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau souhaitent porter à connaissance. Les informations sur les points d'eau naturels relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:TextType

Liste des associations:

Une source est tout lieu et phénomène d'apparition et d'écoulement naturel d'eau souterraine à la surface du sol, assez bien individualisé et à l'origine en général d'un cours d'eau de surface. Vasque d'eau formée par l'émergence. Sous ce terme g...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/Source
SourceAsso
Une source est tout lieu et phénomène d'apparition et d'écoulement naturel d'eau souterraine à la surface du sol, assez bien individualisé et à l'origine en général d'un cours d'eau de surface. Vasque d'eau formée par l'émergence. Sous ce terme générique sont incluses les sources captées, karstiques et non captées ainsi que les fontaines hors réseau de distribution. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Pour chaque source, peuvent être précisées : - l'entité hydrogéologique dont est issue l'eau de la source, - l'entité hydrographique dans laquelle la source aboutit (cours d'eau, lac, mer, ...). Les informations sur la source sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le point d'eau formé par la source.
0
1

L’entité hydrogéologique est une partie de l’espace géologique, aquifère ou non aquifère, correspondant à un système physique caractérisé au regard de son état et de son comportement hydrogéologique. L’entité hydrogéologique doit être appréhendée...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/2002-1/EntiteHydroGeol
EntiteHydroGeol
L’entité hydrogéologique est une partie de l’espace géologique, aquifère ou non aquifère, correspondant à un système physique caractérisé au regard de son état et de son comportement hydrogéologique. L’entité hydrogéologique doit être appréhendée au sens systémique et correspond à un découpage plus ou moins « artificiel » d’une réalité complexe. Le système peut se définir comme « Tout ensemble complexe dont on renonce à détailler la structure au-delà d’une schématisation nécessaire et suffisante pour analyser et exprimer les relations qu’il détermine entre entrées et sorties, considérées dans le temps et dans l’espace, suivant un degré de précision donné » [Dictionnaire Français d’Hydrogéologie]. D’une manière plus pratique, l’entité hydrogéologique correspond à une modélisation d’une réalité à un moment donné (avec les connaissances de cet instant). Sa représentation cartographique dans des outils cartographiques actuels entraîne une simplification de cette réalité, notamment les contours fixes de chaque entité. La constitution des entités hydrogéologiques est issue de la connaissance à instant donné du milieu souterrain. L’ensemble du territoire est décomposé en plusieurs entités hydrogéologiques assurant une « jointivité » horizontale et verticale des entités. Les entités hydrogéologiques ont été distinguées en trois niveaux : Les entités de premier niveau ou niveau national : un grand système aquifère, un grand domaine hydrogéologique, les entités de second niveau ou niveau régional : un domaine hydrogéologique, un système aquifère, les entités de 3ième niveau ou niveau local : une unité aquifère, une unité semi-perméable, une unité imperméable. Le concept d'entité hydrogéologique est décrit en détail dans le document SANDRE de description des données du référentiel hydrogéologique. Chaque entité possède un code qui est attribuée par le SANDRE. Chaque entité est décrite et validée par le comité national BD RHF Version 2. Les informations associées à une entité hydrogéologique sont : - les alias de l'entité - les cartes exploitées et couvertes par l'entité, - les entités au-dessus de l'entité, - l'entité mère de l'entité en cours (si l'entité n'est pas de niveau d'utilisation Nationale), - les cartes de structures et piézométriques, - la lithologie et la stratigraphie, - les relations avec les entrées et sorties d'eau, - les relations avec les cours d'eau et les plans d'eau.
0
1

POMPAGE D'ESSAI

Le pompage d'essai est l'opération qui consiste à pomper à un certain débit durant un temps donné dans un point d'eau d'essai crépiné à travers l'aquifère et à mesurer ainsi l'influence de ce pompage sur le niveau piézométrique dans ce point d'eau et dans quelques piézomètres installés au voisinage. Il est ensuite possible de déduire les caractéristiques hydrauliques de l'aquifère en appliquant des formules appropriées sur les rabattements mesurés dans les piézomètres, leur distance au point d'eau et le débit de pompage.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PompageEssai
PompageEssai

Liste des propriétés:

La date de l'essai de pompage est à la date au jour près à laquelle a débuté l'opération d'essai de pompage. Le renseignement de la date de l'essai est sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui ont effectué le pompag...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateEssai
DateEssai
La date de l'essai de pompage est à la date au jour près à laquelle a débuté l'opération d'essai de pompage. Le renseignement de la date de l'essai est sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui ont effectué le pompage d'essai.
1
1
cct:DateType

L'heure de l'essai de pompage est à l'heure à laquelle a débuté le pompage sur le point d'eau dans le cadre du pompage d'essai. L'heure est donnée arrondie à la minute la plus proche. Le renseignement de l'heure de l'essai est sous la responsab...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/HeureEssai
HeureEssai
L'heure de l'essai de pompage est à l'heure à laquelle a débuté le pompage sur le point d'eau dans le cadre du pompage d'essai. L'heure est donnée arrondie à la minute la plus proche. Le renseignement de l'heure de l'essai est sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui ont effectué le pompage d'essai.
1
1
cct:TimeType

La durée de l'essai de pompage correspond à la durée totale du pompage en continu, même si au cours de celui-ci les débits ont varié. La durée du pompage dépend du type de nappe à tester et du degré de précision recherché dans les propriétés hyd...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DureeEssai
DureeEssai
La durée de l'essai de pompage correspond à la durée totale du pompage en continu, même si au cours de celui-ci les débits ont varié. La durée du pompage dépend du type de nappe à tester et du degré de précision recherché dans les propriétés hydrauliques. Il peut être de quelques heures à plusieurs jours (en moyenne 24 à 48 heures). La durée du pompage sera indiquée en heures. Cette information relève de la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui ont effectué le pompage d'essai.
0
1
cct:NumericType

Le rapport d'essai présente la synthèse des résultats relatifs au pompage d'essai (caractéristiques hydrodynamiques,...). Il pourra être indiqué la référence bibliographique au rapport d'essai. La responsabilité du pompage d'essai relève du ou d...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/RapportEssai
RapportEssai
Le rapport d'essai présente la synthèse des résultats relatifs au pompage d'essai (caractéristiques hydrodynamiques,...). Il pourra être indiqué la référence bibliographique au rapport d'essai. La responsabilité du pompage d'essai relève du ou des organismes producteurs de données qui ont effectué le pompage d'essai.
0
1
cct:TextType

La méthode d'interprétation du pompage d'essai précise la méthode utilisée pour évaluer les caractéristiques hydrauliques de l'aquifère à partir des mesures issues du pompage d'essai. La liste des codes possibles relève de la nomenclature suivan...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/MethodeInterpretationPompageEssai
MethodeInterpretationPompageEssai
La méthode d'interprétation du pompage d'essai précise la méthode utilisée pour évaluer les caractéristiques hydrauliques de l'aquifère à partir des mesures issues du pompage d'essai. La liste des codes possibles relève de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Méthode d'interprétation d'un pompage d'essai / PEZ / 2001 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Inconnue ! Méthode inconne 1 ! Thiem ! Méthode de Thiem 2 ! Theis ! Méthode de Theis 3 ! Chow ! Méthode de Chow 4 ! Jacob ! Méthode de Jacob 5 ! Remontée de Theis ! Méthode de la remontée de Theis 6 ! De Glee ! Méthode de De Glee 7 ! Hantush et Jacob ! Méthode de Hantush et Jacob 8 ! Thiem modifiée par Ernst ! Méthode de Thiem modifiée par Ernst 9 ! Walton ! Méthode de Walton 10 ! Hantush ! Méthode de Hantush 11 ! Boulton ! Méthode de Boulton 12 ! Thiem-Dupuit ! Méthode de Thiem-Dupuit 13 ! Dietz ! Méthode de Dietz 14 ! Stallman ! Méthode de Stallman 15 ! Image de Hantush ! Méthode de l'image de Hantush 16 ! Hantush-Thomas ! Méthode de Hantush-Thomas ---------------------------------------------------------------------- Méthode de De Glee : --------------------- Méthode de De Glee Méthode de Hantush-Thomas : ---------------------------- Méthode de Hantush-Thomas Méthode de la remontée de Theis : ---------------------------------- Méthode de la remontée de Theis Méthode de Boulton : -------------------- Méthode de Boulton Méthode de Chow : ----------------- Méthode de Chow Méthode de Dietz : ------------------ Méthode de Dietz Méthode de Hantush : -------------------- Méthode de Hantush Méthode de Hantush et Jacob : ----------------------------- Méthode de Hantush et Jacob Méthode de Jacob : ------------------ Méthode de Jacob Méthode de l'image de Hantush : ------------------------------- Méthode de l'image de Hantush (1 seule limite d'alimentation) Méthode de Stallman : --------------------- Méthode de Stallman Méthode de Theis : ------------------ Méthode de Theis Méthode de Thiem : ------------------ Méthode de Thiem Méthode de Thiem modifiée par Ernst : ------------------------------------- Méthode de Thiem modifiée par Ernst Méthode de Thiem-Dupuit : ------------------------- Méthode de Thiem-Dupuit Méthode de Walton : ------------------- Méthode de Walton Méthode inconne : ----------------- Méthode inconne Fin de la nomenclature Cette information relève de la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui ont effectué le pompage d'essai.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/186

Le rabattement correspond à la diminution de charge hydraulique déterminée en point donné sou l'effet d'un pompage d'eau. Ce rabattement se traduit en pratique par l'abaissement du niveau piézométrique par rapport au niveau naturel. Sa significati...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/Rabattement
Rabattement
Le rabattement correspond à la diminution de charge hydraulique déterminée en point donné sou l'effet d'un pompage d'eau. Ce rabattement se traduit en pratique par l'abaissement du niveau piézométrique par rapport au niveau naturel. Sa signification est liée au débit prélevé lors du pompage d'essai, à la distance du point d'eau, et en régime transitoire au temps écoulé depuis le début du prélèvement. Il s'exprime classiquement en mètres et est symbolisé par 's'. Cette information relève de la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui ont effectué le pompage d'essai.
0
1
cct:NumericType

Le débit spécifique d'un point d'eau est égal au rapport du débit pompé dans le point d'eau rapporté à la hauteur de rabattement dans le point d'eau. Il s'exprime classiquement en m2/s et est symbolisé par Qs. Cette information relève de la re...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DebitSpecifique
DebitSpecifique
Le débit spécifique d'un point d'eau est égal au rapport du débit pompé dans le point d'eau rapporté à la hauteur de rabattement dans le point d'eau. Il s'exprime classiquement en m2/s et est symbolisé par Qs. Cette information relève de la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui ont effectué le pompage d'essai.
0
1
cct:NumericType

Le débit critère est le débit maximal pouvant affluer d'un aquifère à un point d'eau utilisé dans le cadre du pompage d'essai. Ce débit est calculé en écoulement laminaire, c'est à dire sans dépassement de la vitesse critique. En pratique, c'est...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DebitCritique
DebitCritique
Le débit critère est le débit maximal pouvant affluer d'un aquifère à un point d'eau utilisé dans le cadre du pompage d'essai. Ce débit est calculé en écoulement laminaire, c'est à dire sans dépassement de la vitesse critique. En pratique, c'est le débit pompé au-delà duquel les pertes de charges ne croissent plus en fonction linéaire du débit. Il s'exprime classiquement en m3/s. Cette information relève de la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui ont effectué le pompage d'essai.
0
1
cct:NumericType

Le débit maximum exploitable, ou productivité d'un puits est le débit potentiel maximal qui peut être pompé dans un point d'eau dans des conditions définies et en régime d'exploitation normal. Cette valeur est calculée en fonction des contraintes ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DebitMaxExploitable
DebitMaxExploitable
Le débit maximum exploitable, ou productivité d'un puits est le débit potentiel maximal qui peut être pompé dans un point d'eau dans des conditions définies et en régime d'exploitation normal. Cette valeur est calculée en fonction des contraintes physiques (caractéristiques locales de l'aquifère d'un puits) après effacement de l'effet de capacité. Cette notion est relative et conventionnelle, malgré l'idée qu'elle comporte de maximisation du débit de production. La productivité est liée notamment au choix d'un rabattement admissible qui n'est pas indépendant de critères économiques. Elle se réfère surtout à l'état initial de l'ouvrage et de la nappe. Le débit maximum exploitable se nomme aussi débit potentiel instantané, potentiel d'un puits ou débit de production. Il s'exprime classiquement en m3/s. Cette information relève de la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui ont effectué le pompage d'essai.
0
1
cct:NumericType

Volume d'eau minimal défini au droit du point d'eau pour l'horizon aquifère traversé, libéré ou emmagasiné par unité de volume du milieu aquifère, par unité de variation de charge hydraulique correspondante, sans référence au temps. Caractéristiq...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CoefEmmagPompageEssai
CoefEmmagPompageEssai
Volume d'eau minimal défini au droit du point d'eau pour l'horizon aquifère traversé, libéré ou emmagasiné par unité de volume du milieu aquifère, par unité de variation de charge hydraulique correspondante, sans référence au temps. Caractéristique significative pour un aquifère captif à compressibilité et élasticité non négligeables. Le coefficient d'emmagasinement ne peut être renseigné que pour les entités hydrogéologiques à nappe captive. Cette information relève de la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui ont effectué le pompage d'essai.
0
1
cct:NumericType

Paramètre régissant le débit de l'eau qui s'écoule au droit du point d'eau par unité de largeur de l'horizon aquifère traversé (mesurée selon une direction orthogonale à celle de l'écoulement), et par unité de gradient hydraulique. Produit du coef...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/TransmissivitePompageEssai
TransmissivitePompageEssai
Paramètre régissant le débit de l'eau qui s'écoule au droit du point d'eau par unité de largeur de l'horizon aquifère traversé (mesurée selon une direction orthogonale à celle de l'écoulement), et par unité de gradient hydraulique. Produit du coefficient de perméabilité (de Darcy) K par la puissance aquifère b, en milieu isotrope, ou produit de la composante tenseur de perméabilité parallèle à la direction d'écoulement par la puissance aquifère (orthogonale à cette direction), en milieu anisotrope. Cette information relève de la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui ont effectué le pompage d'essai.
0
1
cct:NumericType

Liste des associations:

L’entité hydrogéologique est une partie de l’espace géologique, aquifère ou non aquifère, correspondant à un système physique caractérisé au regard de son état et de son comportement hydrogéologique. L’entité hydrogéologique doit être appréhendée...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/2002-1/EntiteHydroGeol
EntiteHydroGeol
L’entité hydrogéologique est une partie de l’espace géologique, aquifère ou non aquifère, correspondant à un système physique caractérisé au regard de son état et de son comportement hydrogéologique. L’entité hydrogéologique doit être appréhendée au sens systémique et correspond à un découpage plus ou moins « artificiel » d’une réalité complexe. Le système peut se définir comme « Tout ensemble complexe dont on renonce à détailler la structure au-delà d’une schématisation nécessaire et suffisante pour analyser et exprimer les relations qu’il détermine entre entrées et sorties, considérées dans le temps et dans l’espace, suivant un degré de précision donné » [Dictionnaire Français d’Hydrogéologie]. D’une manière plus pratique, l’entité hydrogéologique correspond à une modélisation d’une réalité à un moment donné (avec les connaissances de cet instant). Sa représentation cartographique dans des outils cartographiques actuels entraîne une simplification de cette réalité, notamment les contours fixes de chaque entité. La constitution des entités hydrogéologiques est issue de la connaissance à instant donné du milieu souterrain. L’ensemble du territoire est décomposé en plusieurs entités hydrogéologiques assurant une « jointivité » horizontale et verticale des entités. Les entités hydrogéologiques ont été distinguées en trois niveaux : Les entités de premier niveau ou niveau national : un grand système aquifère, un grand domaine hydrogéologique, les entités de second niveau ou niveau régional : un domaine hydrogéologique, un système aquifère, les entités de 3ième niveau ou niveau local : une unité aquifère, une unité semi-perméable, une unité imperméable. Le concept d'entité hydrogéologique est décrit en détail dans le document SANDRE de description des données du référentiel hydrogéologique. Chaque entité possède un code qui est attribuée par le SANDRE. Chaque entité est décrite et validée par le comité national BD RHF Version 2. Les informations associées à une entité hydrogéologique sont : - les alias de l'entité - les cartes exploitées et couvertes par l'entité, - les entités au-dessus de l'entité, - l'entité mère de l'entité en cours (si l'entité n'est pas de niveau d'utilisation Nationale), - les cartes de structures et piézométriques, - la lithologie et la stratigraphie, - les relations avec les entrées et sorties d'eau, - les relations avec les cours d'eau et les plans d'eau.
1
*

PROPRIETAIRE D'UN POINT D'EAU

Le propriétaire du point d'eau est la personne morale ou physique qui détient tous les droits notamment fonciers sur le point d'eau. Le propriétaire du point d'eau et du terrain sur lequel il se situe ne sont pas systématiquement confondus. La propriété d'un point d'eau est transférable et à ce titre, associée à une période de temps. L'information sur le propriétaire du point d'eau relève de la responsabilité des gestionnaires des stations de mesure localisées sur le point d'eau.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ProprietairePointEau
ProprietairePointEau

Liste des propriétés:

Date fournie au jour près à laquelle une personne morale ou physique est devenue propriétaire du point d'eau. L'information sur le propriétaire du point d'eau relève de la responsabilité des gestionnaires des stations de mesure localisées sur le ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateDebAppartenancePointEau
DateDebAppartenancePointEau
Date fournie au jour près à laquelle une personne morale ou physique est devenue propriétaire du point d'eau. L'information sur le propriétaire du point d'eau relève de la responsabilité des gestionnaires des stations de mesure localisées sur le point d'eau.
1
1
cct:DateType

Date fournie au jour près à laquelle une personne morale ou physique cesse d'être propriétaire du point d'eau. L'information sur le propriétaire du point d'eau relève de la responsabilité des gestionnaires des stations de mesure localisées sur le...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateFinAppartenancePointEau
DateFinAppartenancePointEau
Date fournie au jour près à laquelle une personne morale ou physique cesse d'être propriétaire du point d'eau. L'information sur le propriétaire du point d'eau relève de la responsabilité des gestionnaires des stations de mesure localisées sur le point d'eau.
0
1
cct:DateType

Dénomination de la personne morale ou physique propriétaire du point d'eau pendant la période définie par les attributs "Date de début d'appartenance d'un point d'eau à un propriétaire" et "Date de fin d'appartenance d'un point d'eau à un propriét...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NomProprietaire
NomProprietaire
Dénomination de la personne morale ou physique propriétaire du point d'eau pendant la période définie par les attributs "Date de début d'appartenance d'un point d'eau à un propriétaire" et "Date de fin d'appartenance d'un point d'eau à un propriétaire". L'information sur le propriétaire du point d'eau relève de la responsabilité des gestionnaires des stations de mesure localisées sur le point d'eau.
0
1
cct:TextType
150

QUALITOMETRE

La station de mesure de la qualité des eaux souterraines (ou qualitomètre) est un point d'eau ou un ensemble de points d'eau où l'on effectue des mesures ou des prélèvements en vue d'analyses physico-chimiques, bactériologiques…, pour déterminer la qualité de l'eau qui en est issue. Quand un qualitomètre porte sur un ensemble de points d'eau, il est alors assimilé à un point d'eau dit 'principal' avec une information indiquant qu'il s'agit d'un groupement et listant tous les points d'eau secondaires. En règle générale un qualitomètre est en relation avec une seule entité hydrogéologique. Il est admis cependant, que l'eau analysée au droit la station puisse provenir de plusieurs entités hydrogéologiques (exemple des réseaux de distribution d'eau potable de certaines collectivités). Pour une exploitation cartographique, statistique ou autre des mesures effectuées, les données obtenues sont ramenées à un emplacement caractéristique de la station comme le point d'eau 'principal'. Les qualitomètres sont identifiés par le code national du point d'eau auquel il se réfère (code BSS + Désignation BSS). Quant un qualitomètre porte sur un champ captant, il est identifié par le code national du point d'eau désigné comme principal. Les informations sur le qualitomètre sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le qualitomètre.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/Qualitometre
Qualitometre

Liste des propriétés:

Indication sur la portée du point d'eau à l'aide de l'un des codes de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Les valeurs possibles sont définies dans la nomenclature n°161. Les informations sur le qualitomètre sont sous la responsab...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ConstitutionQualitometre
ConstitutionQualitometre
Indication sur la portée du point d'eau à l'aide de l'un des codes de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Les valeurs possibles sont définies dans la nomenclature n°161. Les informations sur le qualitomètre sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le qualitomètre.
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/161

La finalité du qualitomètre constitue le but pour lequel il a été créé au sein du réseau. C’est un champ de 70 caractères qui peut prendre une des valeurs suivantes : - qualitomètre de référence ; - suivi de foyer de pollution ; - autre (à préc...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/FinaliteQualitometre
FinaliteQualitometre
La finalité du qualitomètre constitue le but pour lequel il a été créé au sein du réseau. C’est un champ de 70 caractères qui peut prendre une des valeurs suivantes : - qualitomètre de référence ; - suivi de foyer de pollution ; - autre (à préciser...). Les finalités d'une station de mesure ne sont pas systématiquement identiques à celles du ou des réseaux de mesure auxquels elle se rattache. La finalité d'une station peut évoluer dans le temps en intégrant de nouveaux besoins. Les informations sur le qualitomètre sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le qualitomètre.
0
1
cct:TextType
70

Informations diverses non structurées sur le qualitomètre que le ou les producteurs de données souhaitent porter à connaissance. Les informations sur le qualitomètre sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui util...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ComQualitometre
ComQualitometre
Informations diverses non structurées sur le qualitomètre que le ou les producteurs de données souhaitent porter à connaissance. Les informations sur le qualitomètre sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le qualitomètre.
0
1
cct:TextType

Liste des associations:

Un point d'eau est un accès naturel (source) ou artificiel (forage, drain, puits…) aux eaux souterraines. Chaque point d'eau est doté d'un code national. Il s'agit du code du dossier du point d'eau au sein de la Banque du Sous-Sol (BSS). Il est c...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PointEau
PointEauSecondaire
Un point d'eau est un accès naturel (source) ou artificiel (forage, drain, puits…) aux eaux souterraines. Chaque point d'eau est doté d'un code national. Il s'agit du code du dossier du point d'eau au sein de la Banque du Sous-Sol (BSS). Il est constitué de la concaténation de l'indice BSS (10 caractères) et de la désignation BSS (6 caractères) séparé par un caractère "/". Cette dernière information s'applique toujours. Le code national peut-être complété, à titre d'information, des codes dits 'locaux', à savoir, le code interne du point d'eau chez le gestionnaire, chez le propriétaire du point d'eau… Chaque point d'eau est localisé par ses coordonnées géographiques dans le cadre d'un système de projection et rattaché à la commune sur le territoire de laquelle, il est situé. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
*

PERIODE DE RATTACHEMENT D'UNE STATION DE MESURE HYDROMETRIQUE A UN PIEZOMETRE

Dans le cadre du suivi des eaux souterraines, une ou plusieurs stations de mesure hydrométriques peuvent être rattachées à un ou plusieurs piezomètres. Le rattachement d'une station de mesure hydrométrique à un ou plusieurs piezomètres n'est pas définitif mais seulement pour une période déterminée car l'évolution des réseaux de mesure d'hydrométrie de surface ou de piezométrie amène parfois à modifier le rattachement. Cette information est sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent la station de mesure.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/RattachementStationHydrometriquePiezo
RattachementStationHydrometriquePiezo

Liste des propriétés:

La date du début de la période du rattachement d'une station de mesure hydrométrique à un piezomètre est la date à laquelle les données obtenues sur une station hydrométrique peuvent être mises en relation avec celles obtenues sur le piezomètre. ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateDebRattachement
DateDebRattachement
La date du début de la période du rattachement d'une station de mesure hydrométrique à un piezomètre est la date à laquelle les données obtenues sur une station hydrométrique peuvent être mises en relation avec celles obtenues sur le piezomètre. Cette date donnée au jour près est sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données utilisant la station de mesure.
1
1
cct:DateType

La date de fin de la période du rattachement d'une station de mesure hydrométrique à un piezomètre est la date à laquelle les données obtenues sur une station hydrométrique ne doivent plus être mises en relation avec celles obtenues sur le piezom...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateFinRattachement
DateFinRattachement
La date de fin de la période du rattachement d'une station de mesure hydrométrique à un piezomètre est la date à laquelle les données obtenues sur une station hydrométrique ne doivent plus être mises en relation avec celles obtenues sur le piezomètre. Cette date donnée au jour près est sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données utilisant la station de mesure.
1
1
cct:DateType

Relations externe:

http://id.eaufrance.fr/ddd/HYD/1.0/StationHydrometrique
StationHydrometrique
1
1

REFERENCE ALTIMETRIQUE DU POINT D'EAU

La référence altimétrique du point d'eau est le point physique situé sur le bâti du piézomètre dont on a mesuré l'altitude (avec une plus ou moins grande précision) et auquel est rapportée la profondeur de la nappe afin d'en établir la côte. Pour une construction classique d'un point d'eau 'ouvrage' (tube dépassant du sol protégé par un socle ou une margelle), trois types référence altimétrique sont admis : - le repère de mesure (rebord du tube), - le rebord supérieur du socle ou de la margelle, - le sol au pied du piézomètre. dont on peut établir l'altitude suivant deux modes : relevé par un géomètre ou directement sur une carte d'une échelle supérieure ou égale au 1/25 000ème. L'altitude du repère altimétrique peut s'exprimer dans différents systèmes altimétriques. A un instant donné, plusieurs repères altimétriques de nature différente (repère, rebord ou sol) peuvent exister sur le point d'eau. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/RefAltimetriquePointEau
RefAltimetriquePointEau

Liste des propriétés:

La date de début de validité de la référence altimétrique du point d'eau est la date, exprimée au jour près, à laquelle la référence altimétrique peut être utilisée afin de déterminer les côtes de la nappe à partir des mesures de niveau effectuées...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateDebValiditeRefAltimetrique
DateDebValiditeRefAltimetrique
La date de début de validité de la référence altimétrique du point d'eau est la date, exprimée au jour près, à laquelle la référence altimétrique peut être utilisée afin de déterminer les côtes de la nappe à partir des mesures de niveau effectuées à partir du repère du point d'eau. L'établissement des périodes de validité des références altimétriques du point d'eau sont sous la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
1
1
cct:DateType

La date de fin de validité de la référence altimétrique du piézomètre est la date, exprimée au jour près, à laquelle la référence altimétrique ne peut plus être utilisée afin de déterminer les côtes de la nappe à partir des mesures de niveau effec...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateFinValiditeRefAltimetrique
DateFinValiditeRefAltimetrique
La date de fin de validité de la référence altimétrique du piézomètre est la date, exprimée au jour près, à laquelle la référence altimétrique ne peut plus être utilisée afin de déterminer les côtes de la nappe à partir des mesures de niveau effectuées à partir du repère du point d'eau. L'établissement des périodes de validité des références altimétriques du point d'eau sont sous la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:DateType

Côte de la référence altimétrique du point d'eau, exprimée en mètres dans le système altimétrique de référence. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AltitudeRefAltimetriquePointEau
AltitudeRefAltimetriquePointEau
Côte de la référence altimétrique du point d'eau, exprimée en mètres dans le système altimétrique de référence. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:NumericType

Cet attribut est un code à deux positions qui indique le système d'altitude dans lequel s'exprime l'altitude de la référence altimétrique du point d'eau. Par convention, toutes les références altimétriques du point d'eau sont en IGN 1969 (code...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/SystAltimetriqueRefPointEau
SystAltimetriqueRefPointEau
Cet attribut est un code à deux positions qui indique le système d'altitude dans lequel s'exprime l'altitude de la référence altimétrique du point d'eau. Par convention, toutes les références altimétriques du point d'eau sont en IGN 1969 (code 3), exceptées celles situées en dehors du territoire métropolitain. La liste des codes possibles pour cet attribut est la suivante, totalement compatible avec la norme EDIGéO : Nomenclature : Système altimétrique de référence ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! ! Système altimétrique inconnu 1 ! ! Bourdeloue 1857 2 ! ! Nivellement Général de la France 1884 3 ! ! IGN 1969 4 ! ! Nivellement Général de la Corse 5 ! ! IGN 1978 (Corse) 6 ! ! IGN 1958 (Réunion) 7 ! ! IGN 1989 (Réunion) 8 ! ! IGN 1955 (Martinique) 9 ! ! IGN 1987 (Martinique) 10 ! ! IGN 1951 (Guadeloupe) 11 ! ! IGN 1988 (Guadeloupe) 12 ! ! IGN 1988 (Guadeloupe Les Saintes) 13 ! ! IGN 1988 (Guadeloupe Marie Galante) 14 ! ! IGN 1988 (Guadeloupe St Martin) 15 ! ! IGN 1988 (Guadeloupe St Barthelemy) 16 ! ! IGN 1942 (Guyane) 17 ! ! Niv. Général de la Guyane 1977 18 ! ! IGN 1950 (Mayotte) 19 ! ! Equipe 1979 (Mayotte) 20 ! ! Danger 1950 (St Pierre et Miquelon) 21 ! ! NGNC 1969 (Nelle Calédonie) 22 ! ! IGN 1984 (Wallis et Futuna) 23 ! ! SHOM 1953 (Mayotte) 24 ! ! Tahiti IGN 1966 (Polynésie) 25 ! ! SHOM 1981 (Iles Loyauté) 26 ! ! SHOM 1976 (Iles Loyauté) 27 ! ! SHOM 1970 (Iles Loyauté) 28 ! ! IGN 1962 (Iles Kerguelen) 29 ! ! EPF 1952 (Terre Adélie) 30 ! ! SHOM 1977 (Ile du canal du Mozambique) ---------------------------------------------------------------------- Bourdeloue 1857 : ----------------- Code EDIGEO : BOURD Danger 1950 (St Pierre et Miquelon) : ------------------------------------- Code EDIGEO : STPM50 Equipe 1979 (Mayotte) : ----------------------- Code EDIGEO : MAYO79 IGN 1942 (Guyane) : ------------------- Code EDIGEO : GUYA42 IGN 1950 (Mayotte) : -------------------- Code EDIGEO : MAYO50 IGN 1951 (Guadeloupe) : ----------------------- Code EDIGEO : GUAD51 IGN 1955 (Martinique) : ----------------------- Code EDIGEO : MART55 IGN 1958 (Réunion) : -------------------- Code EDIGEO : REUN58 IGN 1969 : ---------- Code EDIGEO : IGN69 IGN 1978 (Corse) : ------------------ Code EDIGEO : IGN78C IGN 1987 (Martinique) : ----------------------- Code EDIGEO : MART87 IGN 1988 (Guadeloupe Les Saintes) : ----------------------------------- Code EDIGEO : GUAD88LS IGN 1988 (Guadeloupe Marie Galante) : ------------------------------------- Code EDIGEO : GUAD88MG IGN 1988 (Guadeloupe St Barthelemy) : ------------------------------------- Code EDIGEO : GUAD88SB IGN 1988 (Guadeloupe St Martin) : --------------------------------- Code EDIGEO : GUAD88SM IGN 1988 (Guadeloupe) : ----------------------- Code EDIGEO : GUAD88 IGN 1989 (Réunion) : -------------------- Code EDIGEO :REUN89 Niv. Général de la Guyane 1977 : -------------------------------- Code EDIGEO : GUYA77 Nivellement Général de la Corse : --------------------------------- Code EDIGEO : NGC48 Nivellement Général de la France 1884 : --------------------------------------- Code EDIGEO : NGF84 Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/76

Le mode d'obtention définit, à l'aide des codes ci-dessous administrés par le SANDRE, la méthode utilisée pour établir la cote de la référence altimétrique du point d'eau. Nomenclature : Précision de l'altitude / PEZ / 2000 - 1 -----------------...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ModeObtentionAltitude
ModeObtentionAltitude
Le mode d'obtention définit, à l'aide des codes ci-dessous administrés par le SANDRE, la méthode utilisée pour établir la cote de la référence altimétrique du point d'eau. Nomenclature : Précision de l'altitude / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Précision inconnue ! Précision inconnue 1 ! Cote relevée (cm) ! Cote relevée (précision du centimètre) 2 ! Cote mesurée (m) ! Cote mesurée (précision du mètre) 3 ! Cote établie (Dm) ! Cote établie (précision du décamètre) 4 ! Cote estimée (Km) ! Cote estimée (précision du kilomètre) ---------------------------------------------------------------------- Cote estimée (précision du kilomètre) : --------------------------------------- L'altitude est dite 'estimée' quand elle a une précision de l'ordre du kilomètre. Il s'agit par exemple d'une altitude assimilée à la cote d'un autre repère connu dans les envions. Cote établie (précision du décamètre) : --------------------------------------- L'altitude est dite 'établie' quand elle a une précision de l'ordre du décamètre. Il s'agit par exemple d'une altitude établie à l'aide d'une carte d'une échelle supérieure ou égale au 50.000. Cote mesurée (précision du mètre) : ----------------------------------- L'altitude est dite 'mesurée' quand elle a une précision de l'ordre du mètre. Il s'agit par exemple d'une altitude mesurée à l'aide d'un GPS. Cote relevée (précision du centimètre) : ---------------------------------------- L'altitude est dite 'relevée' quand elle a une précision de l'ordre du centimètre. Il s'agit par exemple d'une altitude relevée par un géomètre. Précision inconnue : -------------------- La précision est inconnue quand aucune information n'est disponible sur le niveau d'exactitude de l'altitude. Fin de la nomenclature Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/172

Les commentaires sur la référence altimétrique du point d'eau rassemblent des informations sur la référence altimétrique que le ou les organismes producteurs de données, gestionnaires du point d'eau souhaitent porter à la connaissance de l'utilisa...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ComRefAltimetriquePointEau
ComRefAltimetriquePointEau
Les commentaires sur la référence altimétrique du point d'eau rassemblent des informations sur la référence altimétrique que le ou les organismes producteurs de données, gestionnaires du point d'eau souhaitent porter à la connaissance de l'utilisateur. Se sont des informations générales de nature différente des informations de type 'événements' consignées dans les attributs qui leur sont consacrés. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:TextType

Liste des associations:

La nature de référence altimétrique du point d'eau décrit les différents types de points physiques qui peuvent être utilisés comme référence altimétrique dans une construction classique (tube dépassant du sol protégé par un socle ou une margelle)....

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NatureRefAltimetrique
NatureRefAltimetrique
La nature de référence altimétrique du point d'eau décrit les différents types de points physiques qui peuvent être utilisés comme référence altimétrique dans une construction classique (tube dépassant du sol protégé par un socle ou une margelle). Nomenclature : Nature de la référence altimétrique / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 1 ! Repère ! Repère 2 ! Margelle ! Margelle 3 ! Sol ! Sol ---------------------------------------------------------------------- Margelle : ---------- Rebord supérieur du socle ou de la margelle Repère : -------- Repère de mesure (rebord du tube) Sol : ----- Sol au pied du piézomètre Fin de la nomenclature Cette liste de nature de référence altimétrique est administrée par le SANDRE.
1
1

REPERE DU POINT D'EAU

Le repère du point d'eau est le point physique situé sur le bâti du point d'eau (bord du tube...) par rapport auquel sont effectués des mesures sur le point d'eau : profondeur de la nappe, début et fin des différents niveaux des coupes (techniques, géologiques et hydrogéologiques), profondeur des prélèvements... Dans le cadre de l'utilisation du point d'eau comme piézomètre, le repère est rapporté à la référence altimétrique à l'aide d'une hauteur afin d'établir la cote de la nappe. Dans le cadre d'une construction classique d'un point d'eau (tube dépassant du sol protégé par un socle ou une margelle), la hauteur sera négative quand la référence altimétrique est le sol au pied du piézomètre ou le rebord supérieur du socle ou de la margelle. Elle sera nulle si la référence altimétrique se confond avec le repère de mesure. La description du repère indiquera par rapport à quelle référence altimétrique le repère est rapporté. Les renseignements sur le piézomètre sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui le gèrent.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ReperePointEau
ReperePointEau

Liste des propriétés:

La date de début de validité du repère du point d'eau est la date, exprimée au jour près, à laquelle le repère du point d'eau peut être utilisé comme référence pour mesurer notamment des profondeurs. Les informations sur les points d'eau relèvent...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateDebValiditeReperePointEau
DateDebValiditeReperePointEau
La date de début de validité du repère du point d'eau est la date, exprimée au jour près, à laquelle le repère du point d'eau peut être utilisé comme référence pour mesurer notamment des profondeurs. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
1
1
cct:DateType

La date de fin de validité du repère du point d'eau est la date, exprimée au jour près, à laquelle le repère du point d'eau ne peut plus être utilisé comme référence. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestion...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DateFinValiditeReperePointEau
DateFinValiditeReperePointEau
La date de fin de validité du repère du point d'eau est la date, exprimée au jour près, à laquelle le repère du point d'eau ne peut plus être utilisé comme référence. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:DateType

La hauteur du repère du point d'eau est la hauteur exprimée en mètre entre la référence altimétrique du point d'eau et le repère du point d'eau. Elle sera nulle lorsque la référence et le repère sont confondus. Elle sera positive lorsque le ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/HauteurReperePointEau
HauteurReperePointEau
La hauteur du repère du point d'eau est la hauteur exprimée en mètre entre la référence altimétrique du point d'eau et le repère du point d'eau. Elle sera nulle lorsque la référence et le repère sont confondus. Elle sera positive lorsque le repère du point d'eau est au dessus de la référence altimétrique et négative dans le cas contraire. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:NumericType

Les commentaires sur le repère du point d'eau rassemblent des informations sur le repère que le ou les organismes producteurs de données, gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau souhaitent porter à la connaissance de l'utilisateur. ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ComReperePointEau
ComReperePointEau
Les commentaires sur le repère du point d'eau rassemblent des informations sur le repère que le ou les organismes producteurs de données, gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau souhaitent porter à la connaissance de l'utilisateur. Ce sont des informations générales de nature différente des informations de type 'événements' consignées dans les attributs qui leur sont consacrés. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
0
1
cct:TextType

Liste des associations:

La référence altimétrique du point d'eau est le point physique situé sur le bâti du piézomètre dont on a mesuré l'altitude (avec une plus ou moins grande précision) et auquel est rapportée la profondeur de la nappe afin d'en établir la côte. Pour...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/RefAltimetriquePointEau
RefAltimetriquePointEau
La référence altimétrique du point d'eau est le point physique situé sur le bâti du piézomètre dont on a mesuré l'altitude (avec une plus ou moins grande précision) et auquel est rapportée la profondeur de la nappe afin d'en établir la côte. Pour une construction classique d'un point d'eau 'ouvrage' (tube dépassant du sol protégé par un socle ou une margelle), trois types référence altimétrique sont admis : - le repère de mesure (rebord du tube), - le rebord supérieur du socle ou de la margelle, - le sol au pied du piézomètre. dont on peut établir l'altitude suivant deux modes : relevé par un géomètre ou directement sur une carte d'une échelle supérieure ou égale au 1/25 000ème. L'altitude du repère altimétrique peut s'exprimer dans différents systèmes altimétriques. A un instant donné, plusieurs repères altimétriques de nature différente (repère, rebord ou sol) peuvent exister sur le point d'eau. Les informations sur les points d'eau relèvent de la responsabilité des gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau.
1
1

SOURCE

Une source est tout lieu et phénomène d'apparition et d'écoulement naturel d'eau souterraine à la surface du sol, assez bien individualisé et à l'origine en général d'un cours d'eau de surface. Vasque d'eau formée par l'émergence. Sous ce terme générique sont incluses les sources captées, karstiques et non captées ainsi que les fontaines hors réseau de distribution. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Pour chaque source, peuvent être précisées : - l'entité hydrogéologique dont est issue l'eau de la source, - l'entité hydrographique dans laquelle la source aboutit (cours d'eau, lac, mer, ...). Les informations sur la source sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le point d'eau formé par la source.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/Source
Source

Liste des propriétés:

Le code national de la source est le code du dossier de la source au sein de la Banque du Sous-Sol (BSS). Il est constitué de la concaténation de l'indice BSS (10 caractères) et de la désignation BSS (6 caractères maximum) séparé par un caractère ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CdNationalSource
CdNationalSource
Le code national de la source est le code du dossier de la source au sein de la Banque du Sous-Sol (BSS). Il est constitué de la concaténation de l'indice BSS (10 caractères) et de la désignation BSS (6 caractères maximum) séparé par un caractère "/". Cette dernière information s'applique toujours. Exemple : La source habituellement identifiée par le code BSS '0843-5X-0010' et la désignation 's1' aura pour code national : '08435X0010/s1' (sans caractère d'espace à la fin). Les informations sur la source sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le point d'eau formé par la source.
1
1
cct:IdentifierType
17

Le libellé de la source est le toponyme par lequel on désigne habituellement la source. Les informations sur la source sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le point d'eau formé par la source.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/LbSource
LbSource
Le libellé de la source est le toponyme par lequel on désigne habituellement la source. Les informations sur la source sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le point d'eau formé par la source.
0
1
cct:TextType
70

L'altitude de la source est l'altitude au sol de l'émergence déduite, sauf nivellement, à partir d’une carte au 25000e. L'altitude est indiquée au maximum au mètre près. Elle peut dépasser les 1000 mètres pour des sources en montagne mais être ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AltitudeSource
AltitudeSource
L'altitude de la source est l'altitude au sol de l'émergence déduite, sauf nivellement, à partir d’une carte au 25000e. L'altitude est indiquée au maximum au mètre près. Elle peut dépasser les 1000 mètres pour des sources en montagne mais être également négative pour des sources situées dans des zones inférieures au niveau de la mer. Les informations sur la source sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le point d'eau formé par la source.
0
1
cct:NumericType

La coordonnée X de la source est la coordonnée X de la source dans la projection indiquée dans l'attribut "Type de projection des coordonnées de la source". Par convention, celle-ci est en Lambert 93 pour toutes les sources situées sur le territoi...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CoordXSource
CoordXSource
La coordonnée X de la source est la coordonnée X de la source dans la projection indiquée dans l'attribut "Type de projection des coordonnées de la source". Par convention, celle-ci est en Lambert 93 pour toutes les sources situées sur le territoire métropolitain et Corse. Elle est exprimée avec la précision maximale du mètre et varie dans une plage de 0 à 1 250 000. Pour les sources situées en dehors de la France métropolitaine, cet attribut contient la coordonnée X de la projection U.T.M. précisée dans l'attribut "Type de projection des coordonnées de la source". Il est également exprimé avec la précision maximale du mètre et prend une valeur comprise dans une plage variant au maximum de 0 à + 833 000 au niveau de l'équateur. Les coordonnées devront être déterminées sur une carte dont l'échelle est supérieure ou égale au 50 000e. Les informations sur la source sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le point d'eau formé par la source.
0
1
cct:NumericType

La coordonnée Y de la source est la coordonnée Y de la source dans la projection indiquée dans l'attribut "Type de projection des coordonnées de la source". Par convention, celle-ci est en Lambert 93 pour toutes les sources situées sur le territoi...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CoordYSource
CoordYSource
La coordonnée Y de la source est la coordonnée Y de la source dans la projection indiquée dans l'attribut "Type de projection des coordonnées de la source". Par convention, celle-ci est en Lambert 93 pour toutes les sources situées sur le territoire métropolitain et Corse. Elle est exprimée avec la précision maximale du mètre et varie dans une plage allant de 6 000 000 à 7 100 000. Pour les sources situées en dehors de la France métropolitaine, cet attribut contient la coordonnée Y de la projection U.T.M. précisée dans l'attribut "Type de projection des coordonnées de la source". Il est également exprimé avec la précision maximale du mètre et varie dans une plage allant de - 10 000 000 (pour le pôle Sud) à + 10 000 000 (pour le pôle Nord). Les coordonnées devront être déterminées sur une carte dont l'échelle est supérieure ou égale au 50 000e. Les informations sur la source sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le point d'eau formé par la source.
0
1
cct:NumericType

Cet attribut est un code à deux positions qui indique la projection dans laquelle s'expriment les coordonnées de la source. Les coordonnées devront être déterminées sur une carte dont l'échelle est supérieure ou égale au 50 000e. Par convention...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ProjCoordSource
ProjCoordSource
Cet attribut est un code à deux positions qui indique la projection dans laquelle s'expriment les coordonnées de la source. Les coordonnées devront être déterminées sur une carte dont l'échelle est supérieure ou égale au 50 000e. Par convention, toutes les coordonnées des sources seront en Lambert 93 (code 26), exceptées celles situées en dehors du territoire métropolitain et corse. La liste des codes possibles relève de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Projection des coordonnées / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Projection inconnue ! Projection inconnue 1 ! Lambert I Nord ! Lambert I Nord 2 ! Lambert II Centre ! Lambert II Centre 3 ! Lambert III Sud ! Lambert III Sud 4 ! Lambert IV Corse ! Lambert IV Corse 5 ! Lambert II Etendu ! Lambert II Etendu 6 ! Lambert I Carto ! Lambert I Carto 7 ! Lambert II Carto ! Lambert II Carto 8 ! Lambert III Carto ! Lambert III Carto 9 ! Lambert IV Carto ! Lambert IV Carto 10 ! ED50 UTM30 ! ED50 UTM30 11 ! ED50 UTM31 ! ED50 UTM31 12 ! ED50 UTM32 ! ED50 UTM32 13 ! WGS72 UTM30 ! WGS72 UTM30 14 ! WGS72 UTM31 ! WGS72 UTM31 15 ! WGS72 UTM31 ! WGS72 UTM32 16 ! WGS84 UTM30 ! WGS84 UTM30 17 ! WGS84 UTM31 ! WGS84 UTM31 18 ! WGS84 UTM32 ! WGS84 UTM32 19 ! Réunion Gauss Laborde ! Réunion Gauss Laborde 20 ! Martinique Fort Desaix ! Martinique Fort Desaix 21 ! Guadeloupe Saint-Anne ! Guadeloupe Saint-Anne 22 ! Guyane CSG67UTM21 ! Guyane CSG67UTM21 23 ! Guyane CSG67UTM22 ! Guyane CSG67UTM22 24 ! Mayotte Combani ! Mayotte Combani 25 ! Saint Pierre et Miquelon ! Saint Pierre et Miquelon 26 ! Lambert 93 ! Lambert 93 ---------------------------------------------------------------------- ED50 UTM30 : ------------ Equivalence EDIGEO : UTM30 ED50 UTM31 : ------------ Equivalence EDIGEO : UTM31 ED50 UTM32 : ------------ Equivalence EDIGEO : UTM32 Guadeloupe Saint-Anne : ----------------------- Equivalence EDIGEO : GUAD48UTM20 Guyane CSG67UTM21 : ------------------- Equivalence EDIGEO : CSG67UTM21 Guyane CSG67UTM22 : ------------------- Equivalence EDIGEO : CSG67UTM22 Lambert 93 : ------------ Sans équivalence EDIGEO Lambert I Carto : ----------------- Equivalence EDIGEO : LAMB1C Lambert I Nord : ---------------- Equivalence EDIGEO : LAMB1 Lambert II Carto : ------------------ Equivalence EDIGEO : LAMB2C Lambert II Centre : ------------------- Equivalence EDIGEO : LAMB2 Lambert II Etendu : ------------------- Equivalence EDIGEO : LAMBE Lambert III Carto : ------------------- Equivalence EDIGEO : LAMB3C Lambert III Sud : ----------------- Equivalence EDIGEO : LAMB3 Lambert IV Carto : ------------------ Equivalence EDIGEO : LAMB4C Lambert IV Corse : ------------------ Equivalence EDIGEO : LAMB4 Martinique Fort Desaix : ------------------------ Equivalence EDIGEO : MART38UTM20 Mayotte Combani : ----------------- Equivalence EDIGEO : COMBANI Projection inconnue : --------------------- Sans équivalence EDIGEO Réunion Gauss Laborde : ----------------------- Equivalence EDIGEO : REUN47GAUSSL Saint Pierre et Miquelon : -------------------------- Equivalence EDIGEO : STPM50UTM21 WGS72 UTM30 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM30W72 WGS72 UTM31 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM31W72 WGS72 UTM32 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM32W72 WGS84 UTM30 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM30W84 WGS84 UTM31 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM31W84 WGS84 UTM32 : ------------- Equivalence EDIGEO : UTM32W84 Fin de la nomenclature Les informations sur la source sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le point d'eau formé par la source.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/22

La précision des coordonnées précise à l'aide de l'une des valeurs de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, le niveau d'exactitude des coordonnées de la source. Nomenclature : Précision des coordonnées / PEZ / 2000 - 1 -------------...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PrecisionCoordSource
PrecisionCoordSource
La précision des coordonnées précise à l'aide de l'une des valeurs de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, le niveau d'exactitude des coordonnées de la source. Nomenclature : Précision des coordonnées / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Précision inconnue ! Précision inconnue 1 ! Coord. relevées (cm) ! Coordonnées relevées (précision du centimètre) 2 ! Coord. mesurées (m) ! Coordonnées mesurées (précision du mètre) 3 ! Coord. établies (Dm) ! Coordonnées établies (précision du décamètre) 4 ! Coord. estimées (Km) ! Coordonnées estimées (précision du kilomètre) ---------------------------------------------------------------------- Coordonnées estimées (précision du kilomètre) : ----------------------------------------------- Les coordonnées sont dites 'estimées' quand elles ont une précision de l'ordre du kilomètre. Il s'agit par exemple de coordonnées assimilées aux coordonnées du centroïde de la commune où se situe l'objet. Coordonnées établies (précision du décamètre) : ----------------------------------------------- Les coordonnées sont dites 'établies' quand elles ont une précision de l'ordre du décamètre. Il s'agit par exemple de coordonnées établies à l'aide d'une carte d'une échelle supérieure ou égale au 50.000. Coordonnées mesurées (précision du mètre) : ------------------------------------------- Les coordonnées sont dites 'mesurées' quand elles ont une précision de l'ordre du mètre. Il s'agit par exemple de coordonnées mesurées à l'aide d'un GPS. Coordonnées relevées (précision du centimètre) : ------------------------------------------------ Les coordonnées sont dites 'relevées' quand elles ont une précision de l'ordre du centimètre. Il s'agit par exemple de coordonnées relevées par un géomètre. Précision inconnue : -------------------- La précision est inconnue quand aucune information n'est disponible sur le niveau d'exactitude des coordonnées. Fin de la nomenclature Les informations sur la source sont sous la responsabilité du ou des organismes producteurs de données qui utilisent le point d'eau formé par la source.
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/159

Informations diverses non structurées sur la source que le ou les gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau souhaitent porter à connaissance.

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/ComSource
ComSource
Informations diverses non structurées sur la source que le ou les gestionnaires des différentes fonctions du point d'eau souhaitent porter à connaissance.
0
1
cct:TextType

Liste des associations:

Le concept principal du découpage hydrographique est l’entité hydrographique définie par la circulaire n°91-50. L’entité hydrographique est un cours d’eau naturel ou aménagé, un bras naturel ou aménagé, une voie d’eau artificielle (canal,…), un p...

http://id.eaufrance.fr/ddd/ETH/2002-1/EntiteHydrographique
EntiteHydrographique
Le concept principal du découpage hydrographique est l’entité hydrographique définie par la circulaire n°91-50. L’entité hydrographique est un cours d’eau naturel ou aménagé, un bras naturel ou aménagé, une voie d’eau artificielle (canal,…), un plan d’eau ou une ligne littorale. La nature d’une entité hydrographique n’est pas constante sur toute l’entité. Par exemple, un cours d’eau naturel peut être aménagé sur une partie. Tous ces changements peuvent être indiqués en distinguant des sous-milieux sur l’entité. Les entités hydrographiques sont décomposées en deux types : - les entités hydrographiques linéaires ou cours d’eau, - les entités hydrographiques surfaciques correspondant aux plans d’eau et aux entités linéaires dont les zones larges (supérieures à 50 mètres) sont représentées par des éléments surfaciques. Une entité hydrographique surfacique peut être traversée par un cours d’eau, qui sera nommé cours d’eau principal. Chaque entité est identifiée par un code générique unique au niveau national. Ce code alphanumérique sur 8 positions est constitué de tirets et de caractères. Par exemple, un cours d'eau qui traverse plusieurs zones ou plusieurs sous-secteurs aura un code générique du format des codes génériques suivants 'V12-4000' ou 'R5--0420' (cf. ci-après pour la règle de construction). De plus, une entité hydrographique possède une dénomination dite principale. Règle de construction du code générique de l’entité hydrographique : A chaque entité hydrographique est attribué un numéro à 3 chiffres (5, 6 et 7ème caractères) unique pour le milieu et la ou les zones hydrographiques auxquels elle appartient : il s'agit du numéro de l'entité hydrographique. Une entité hydrographique appartenant à plusieurs zones conserve son numéro d'entité dans toutes les zones concernées. Deux entités hydrographiques d'un même milieu appartenant à deux sous-milieux différents auront des numéros d'entité distincts. Les quatre premiers caractères du code générique correspondent à l’ensemble des codes invariants des zones hydrographiques, le reste des caractères étant remplacé par des tirets '-'. Par exemple, le cours d’eau ' Viveronne ' a pour numéro de l’entité : 050 et pour code milieu : 0. Ce cours d’eau est situé à l’intérieur d’une seule zone hydrographique : P737. Son code générique est donc : P7370500 Le cours d’eau 'La Dronne' a pour numéro d’entité : 025 et pour code milieu : 0 . Ce cours d’eau traverse plusieurs zones hydrographiques (même plusieurs sous-secteurs ) : P746,P744, P742, P70, P734, P731, P730, P716, P715, P714, P711, P710, P702, P701, P700. Parmi ces codes, seuls les deux caractères sont invariants. Son code générique est donc : P7--0250 De manière similaire, la Garonne a pour numéro d’entité : 000 et pour code milieu : 0. Ce cours traverse plusieurs secteurs hydrographiques (tout commencant par “ 0 ”. Son code générique est : 0---00000 L'identification et la définition des entités hydrographiques relève de la responsabilité des Agences de l'Eau.
0
1

L’entité hydrogéologique est une partie de l’espace géologique, aquifère ou non aquifère, correspondant à un système physique caractérisé au regard de son état et de son comportement hydrogéologique. L’entité hydrogéologique doit être appréhendée...

http://id.eaufrance.fr/ddd/SAQ/2002-1/EntiteHydroGeol
EntiteHydroGeol
L’entité hydrogéologique est une partie de l’espace géologique, aquifère ou non aquifère, correspondant à un système physique caractérisé au regard de son état et de son comportement hydrogéologique. L’entité hydrogéologique doit être appréhendée au sens systémique et correspond à un découpage plus ou moins « artificiel » d’une réalité complexe. Le système peut se définir comme « Tout ensemble complexe dont on renonce à détailler la structure au-delà d’une schématisation nécessaire et suffisante pour analyser et exprimer les relations qu’il détermine entre entrées et sorties, considérées dans le temps et dans l’espace, suivant un degré de précision donné » [Dictionnaire Français d’Hydrogéologie]. D’une manière plus pratique, l’entité hydrogéologique correspond à une modélisation d’une réalité à un moment donné (avec les connaissances de cet instant). Sa représentation cartographique dans des outils cartographiques actuels entraîne une simplification de cette réalité, notamment les contours fixes de chaque entité. La constitution des entités hydrogéologiques est issue de la connaissance à instant donné du milieu souterrain. L’ensemble du territoire est décomposé en plusieurs entités hydrogéologiques assurant une « jointivité » horizontale et verticale des entités. Les entités hydrogéologiques ont été distinguées en trois niveaux : Les entités de premier niveau ou niveau national : un grand système aquifère, un grand domaine hydrogéologique, les entités de second niveau ou niveau régional : un domaine hydrogéologique, un système aquifère, les entités de 3ième niveau ou niveau local : une unité aquifère, une unité semi-perméable, une unité imperméable. Le concept d'entité hydrogéologique est décrit en détail dans le document SANDRE de description des données du référentiel hydrogéologique. Chaque entité possède un code qui est attribuée par le SANDRE. Chaque entité est décrite et validée par le comité national BD RHF Version 2. Les informations associées à une entité hydrogéologique sont : - les alias de l'entité - les cartes exploitées et couvertes par l'entité, - les entités au-dessus de l'entité, - l'entité mère de l'entité en cours (si l'entité n'est pas de niveau d'utilisation Nationale), - les cartes de structures et piézométriques, - la lithologie et la stratigraphie, - les relations avec les entrées et sorties d'eau, - les relations avec les cours d'eau et les plans d'eau.
1
*

Une source peut avoir un ou plusieurs noms d'usage employés localement. Ces noms se distinguent du libellé principal en ne se basant sur aucune règle de construction et en reprenant en intégralité le ou les noms d'usage. Le ou les alias des sourc...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AliasSources
AliasSources
Une source peut avoir un ou plusieurs noms d'usage employés localement. Ces noms se distinguent du libellé principal en ne se basant sur aucune règle de construction et en reprenant en intégralité le ou les noms d'usage. Le ou les alias des sources relèvent de la responsabilité des gestionnaires des stations de mesure localisées sur la source.
0
*

La source est localisée géographiquement en un point toujours unique mais les coordonnées X et Y de ce point peuvent être saisies dans différents systèmes de projection. Les coordonnées principales de la source sont indiquées comme information de...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/AutresCoordSources
AutresCoordSources
La source est localisée géographiquement en un point toujours unique mais les coordonnées X et Y de ce point peuvent être saisies dans différents systèmes de projection. Les coordonnées principales de la source sont indiquées comme information de la source. Les coordonnées de la source dans un autre système de projection sont indiquées dans les autres coordonnées de la source. Ces informations relèvent de la responsabilité des producteurs de données qui utilisent le point d'eau formé par la source.
0
*

La commune est une des circonscriptions administratives pivots du découpage administratif du territoire national. Elle est identifiée par un code alphanumérique sur 5 positions attribué par l'INSEE - à ne pas confondre avec le code postal. La not...

http://id.eaufrance.fr/ddd/COM/2.0/Commune
Commune
La commune est une des circonscriptions administratives pivots du découpage administratif du territoire national. Elle est identifiée par un code alphanumérique sur 5 positions attribué par l'INSEE - à ne pas confondre avec le code postal. La notion de commune ne doit pas être confondue avec celle de "ville nouvelle" qui fait l'objet de la loi n°70-610 du 10 juillet 1970. Cette dernière définit un certain nombre de dispositions tendant à faciliter la création "d'agglomérations nouvelles", communément appelées "villes nouvelles". Pour mieux répondre à certains de leurs besoins qui sont communs à d'autres collectivités territoriales et qui dépassent souvent le cadre et les capacités d'une entité communale, les communes peuvent adhérer à une ou plusieurs institutions inter collectivités territoriales à chacune desquelles elles délégueront une ou plusieurs compétences dans le but de mettre en commun les moyens indispensables pour atteindre leurs objectifs. Une commune peut également avoir un ou plusieurs liens avec une ou plusieurs communes à la suite de l'évolution du découpage communal (scission ou fusion de communes...). A chaque lien, il sera précisé dans les attributs "Nature de l'évolution" et "Date de l'évolution" du lien "Historique du découpage communal", la nature de l'évolution ainsi que la date à laquelle elle intervient. Certaines communes tiennent le rôle de chef lieu pour les régions, les départements, les arrondissements et les cantons. La liste des communes est sous la responsabilité de l'INSEE.
0
1

TUBAGE

Le tubage est un tronçon homogène du point de vue de ses caractéristiques du tubage qui équipe un ouvrage. Chaque tronçon est défini par une profondeur de début et de fin établies à partir d'un repère identifié. La responsabilité des données sur le tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/Tubage
Tubage

Liste des propriétés:

Distance vis à vis du repère de la coupe technique exprimée en mètre avec une précision maximale du centimètre du début du tronçon du tubage. La responsabilité des données sur le tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B....

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NiveauDebTubage
NiveauDebTubage
Distance vis à vis du repère de la coupe technique exprimée en mètre avec une précision maximale du centimètre du début du tronçon du tubage. La responsabilité des données sur le tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
1
1
cct:NumericType

Distance vis à vis du repère de la coupe technique exprimée en mètre avec une précision maximale du centimètre de la fin du tronçon du tubage. La responsabilité des données sur le tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NiveauFinTubage
NiveauFinTubage
Distance vis à vis du repère de la coupe technique exprimée en mètre avec une précision maximale du centimètre de la fin du tronçon du tubage. La responsabilité des données sur le tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:NumericType

Longueur exprimée en millimètre avec la précision maximale du millimètre du diamètre intérieur du tubage. La responsabilité des données sur le tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DiametreInterieurTubage
DiametreInterieurTubage
Longueur exprimée en millimètre avec la précision maximale du millimètre du diamètre intérieur du tubage. La responsabilité des données sur le tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:NumericType

Longueur exprimée en millimètre avec la précision maximale du millimètre de l'épaisseur du tubage. La responsabilité des données sur le tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/EpaisseurTubage
EpaisseurTubage
Longueur exprimée en millimètre avec la précision maximale du millimètre de l'épaisseur du tubage. La responsabilité des données sur le tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
cct:NumericType

Information décrite à l'aide de l'un des codes de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, sur la présence en périphérie le long du tronçon du tubage de matériaux meubles visant à éviter l'érosion souterraine et prévenir le colmatage. ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/PresenceMassifFiltrant
PresenceMassifFiltrant
Information décrite à l'aide de l'un des codes de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, sur la présence en périphérie le long du tronçon du tubage de matériaux meubles visant à éviter l'érosion souterraine et prévenir le colmatage. Nomenclature : Présence du massif filtrant / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Présence inconnue ! Présence inconnue de massif filtrant 1 ! Présence d'un massif ! Présence d'un massif filtrant 2 ! Absence d'un massif ! Absence d'un massif filtrant ---------------------------------------------------------------------- Absence d'un massif filtrant : ------------------------------ Absence en périphérie le long du tronçon du tubage de matériaux meubles visant à éviter l'érosion souterraine et prévenir le colmatage. Présence d'un massif filtrant : ------------------------------- Présence en périphérie le long du tronçon du tubage de matériaux meubles visant à éviter l'érosion souterraine et prévenir le colmatage. Présence inconnue de massif filtrant : -------------------------------------- Aucune information n'est disponible sur la présence ou l'absence en périphérie le long du tronçon du tubage de matériaux meubles visant à éviter l'érosion souterraine et prévenir le colmatage. Fin de la nomenclature La responsabilité des données sur le tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
0
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/162

Liste des associations:

Le matériau du tubage décrit les principales familles de matériaux composant le tubage ou le revêtement de sa paroi intérieure avec les valeurs de la liste suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Matériau du tubage / PEZ / 1999 - 1 --...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/MateriauTubage
MateriauTubage
Le matériau du tubage décrit les principales familles de matériaux composant le tubage ou le revêtement de sa paroi intérieure avec les valeurs de la liste suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Matériau du tubage / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Matière inconnue ! Matière inconnue 1 ! Acier ! Acier 2 ! Inox ! Inox 3 ! Béton ! Béton 4 ! Fibre de verre ! Fibre de verre 5 ! PVC ! PVC 6 ! Téflon ! Téflon ---------------------------------------------------------------------- Acier : ------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure d'acier ou de tout autre matériau assimilé (acier galvanisé, acier au carbone...). Béton : ------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de béton ou de tout autre matériau assimilé. Fibre de verre : ---------------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de fibre de verre ou de tout autre matériau assimilé. Inox : ------ Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure d'inox ou de tout autre matériau assimilé (acier inoxydable 316, 304...). Matière inconnue : ------------------ Tubage dont le matériau de fabrication ou de revêtement de la paroi intérieure est inconnue pour le producteur de données. PVC : ----- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de chlorure de polyvinyle (PVC) ou de toute autre matière plastique assimilée (polypropylène...). Téflon : -------- Tubage constitué ou recouvert sur la paroi intérieure de téflon ou de tout autre matériau assimilé. Fin de la nomenclature La responsabilité des données sur le tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
1
1

La nature du tubage est une nomenclature servant à qualifier la perméabilité des tubages installés sur un point d'eau. Elle se compose des occurrences suivantes administrées par le SANDRE. Nomenclature : Nature de tubage / PEZ / 1999 - 1 -------...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/NatureTubage
NatureTubage
La nature du tubage est une nomenclature servant à qualifier la perméabilité des tubages installés sur un point d'eau. Elle se compose des occurrences suivantes administrées par le SANDRE. Nomenclature : Nature de tubage / PEZ / 1999 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature de tubage inconnue! Nature de tubage inconnue 1 ! Tube plein ! Tube plein 2 ! Crépine ! Crépine ---------------------------------------------------------------------- Crépine : --------- Tube dont la paroi est percée d'ouvertures de formes diverses disposées régulièrement, à travers lesquelles l'eau de l'aquifère pénètre dans le tube. Source : Dictionnaire français d'hydrogéologie, G. Castany et J. Margat (1977) Tube plein : ------------ Le tube ne comporte aucune interstice volontaire laissant passer l'eau. Fin de la nomenclature La responsabilité des données de la nature du tubage relève du dépositaire du dossier à la Banque du Sous Sol (B.S.S.).
1
1

USAGE DE L'EAU AU DROIT DES POINTS D'EAU

L'eau issue du point d'eau peut être destinée à un ou plusieurs usages qui relèvent de la nomenclature suivante administrée par le SANDRE : Nomenclature : Usages de l'eau au droit du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature inconnue ! Nature inconnue 1 ! Pas d'usage ! Pas d'usage 2 ! Agriculture - Elevage ! Agriculture - Elevage 2A ! Irrigation ! Irrigation 2B ! Abreuvage ! Abreuvage 2C ! Pisciculture ! Pisciculture 3 ! Industrie ! Industrie 3A ! Agro-alimentaire ! Agro-alimentaire 3B ! Industrie hors agro-alim.! Industrie (hors agro-alimentaire : process, lavage, vapeur...) 3C ! Exhaure ! Exhaure 4 ! AEP + usages domestiques ! AEP + usages domestiques 4A ! Alimentation collective ! Alimentation collective 4B ! Alimentation individuelle! Alimentation individuelle 5 ! Energie ! Energie 5A ! Pompe à chaleur, climat. ! Pompe à chaleur, climatisation 5B ! Géothermie ! Géothermie 6 ! Loisirs ! Loisirs 7 ! Embouteillage ! Embouteillage 8 ! Thermalisme ! Thermalisme 9 ! Thalassothérapie ! Thalassothérapie 10 ! Défense contre l'Incendie! Défense contre l'Incendie 11 ! Dépollution ! Dépollution 12 ! Réalimentation ! Réalimentation (de nappe, de cours d'eau) ---------------------------------------------------------------------- Abreuvage : ----------- Eau destinée à l'abreuvage des animaux de tous les types d'élevage (bovins, porcins, ovins, volailles, autres). AEP + usages domestiques : -------------------------- Utilisation pour l'alimentation en eau potable (sans pouvoir faire la distinction entre alimentation collective ou individuelle). Agriculture - Elevage : ----------------------- Tous les usages agricoles de l'eau autres qu'irrigation, abreuvage, pisciculture (par exemple : nettoyage des bâtiments d'élevage, dilution des produits à épandre : engrais, phyto-sanitaires...) et/ou usages agricoles non différentiables. Agro-alimentaire : ------------------ Eau utilisée par l'industrie agro-alimentaire nécessitant une qualité identique à l'AEP (produits d'origine végétale ou animale, boissons alcoolisées et non alcoolisées). Alimentation collective : ------------------------- Captage réservé à l'usage d'au moins deux familles ou de tout autre structure industrielle ou collective (commune, école, camping, colonie...). Alimentation individuelle : --------------------------- Captage réservé à l'usage d'une seule famille. Défense contre l'Incendie : --------------------------- Utilisation directe ou indirecte (stockage) de l'eau dans la lutte contre les incendies. Dépollution : ------------- Dépollution d'un aquifère par prélèvement de l'eau contaminée par une pollution, éventuellement par injection préalable d'eau avant repompage. Embouteillage : --------------- Eau destinée à être mise en bouteille pour la consommation. Energie : --------- Utilisation des ressources énergétiques d'un aquifère (usage énergie non différentiable). Exhaure : --------- Eau évacuée des excavations souterraines telles que des mines et des carrières pour en éviter l'ennoiement. Géothermie : ------------ Utilisation des propriétés calorifiques d'un aquifère : géothermie de haute énergie (>180°C) ou de basse énergie (entre 30 et 100°C). Industrie : ----------- Usages industriels de l'eau non différentiables. Industrie (hors agro-alimentaire : process, lavage, vapeur...) : ---------------------------------------------------------------- Eau utilisée par l'industrie dans le procédé de production (hors agro-alimentaire), le nettoyage, la réfrigération. Irrigation : ------------ Eau à usage immédiat ou différé (stockage en retenue) nécessaire aux cultures pour leur croissance, et/ou à l'aspersion antigel des fruitiers et de la vigne. Loisirs : --------- Eau destinée à une utilisation ludique (parc d'attractions, lac artificiel aménagé pour le tourisme). Pas d'usage : ------------- L'absence d'usage peut être déclarée par un gestionnaire quand il a la connaissance qu'aucune exploitation du point d'eau n'est réalisée. Pisciculture : -------------- Eau servant au remplissage de bassins d'élevage piscicole. Pompe à chaleur, climatisation : -------------------------------- Utilisation des propriétés calorifiques de l'eau d'un aquifère (géothermie de très basse énergie :

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/UsageEau
UsageEau

Liste des propriétés:

Le code de l'usage de l'eau au droit des points d'eau est le numéro affecté à chaque usage possible de l'eau issue du point d'eau tel que définie dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Usages de l'eau au droit du ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/CdUsageEau
CdUsageEau
Le code de l'usage de l'eau au droit des points d'eau est le numéro affecté à chaque usage possible de l'eau issue du point d'eau tel que définie dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Usages de l'eau au droit du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature inconnue ! Nature inconnue 1 ! Pas d'usage ! Pas d'usage 2 ! Agriculture - Elevage ! Agriculture - Elevage 2A ! Irrigation ! Irrigation 2B ! Abreuvage ! Abreuvage 2C ! Pisciculture ! Pisciculture 3 ! Industrie ! Industrie 3A ! Agro-alimentaire ! Agro-alimentaire 3B ! Industrie hors agro-alim.! Industrie (hors agro-alimentaire : process, lavage, vapeur...) 3C ! Exhaure ! Exhaure 4 ! AEP + usages domestiques ! AEP + usages domestiques 4A ! Alimentation collective ! Alimentation collective 4B ! Alimentation individuelle! Alimentation individuelle 5 ! Energie ! Energie 5A ! Pompe à chaleur, climat. ! Pompe à chaleur, climatisation 5B ! Géothermie ! Géothermie 6 ! Loisirs ! Loisirs 7 ! Embouteillage ! Embouteillage 8 ! Thermalisme ! Thermalisme 9 ! Thalassothérapie ! Thalassothérapie 10 ! Défense contre l'Incendie! Défense contre l'Incendie 11 ! Dépollution ! Dépollution 12 ! Réalimentation ! Réalimentation (de nappe, de cours d'eau) ---------------------------------------------------------------------- Abreuvage : ----------- Eau destinée à l'abreuvage des animaux de tous les types d'élevage (bovins, porcins, ovins, volailles, autres). AEP + usages domestiques : -------------------------- Utilisation pour l'alimentation en eau potable (sans pouvoir faire la distinction entre alimentation collective ou individuelle). Agriculture - Elevage : ----------------------- Tous les usages agricoles de l'eau autres qu'irrigation, abreuvage, pisciculture (par exemple : nettoyage des bâtiments d'élevage, dilution des produits à épandre : engrais, phyto-sanitaires...) et/ou usages agricoles non différentiables. Agro-alimentaire : ------------------ Eau utilisée par l'industrie agro-alimentaire nécessitant une qualité identique à l'AEP (produits d'origine végétale ou animale, boissons alcoolisées et non alcoolisées). Alimentation collective : ------------------------- Captage réservé à l'usage d'au moins deux familles ou de tout autre structure industrielle ou collective (commune, école, camping, colonie...). Alimentation individuelle : --------------------------- Captage réservé à l'usage d'une seule famille. Défense contre l'Incendie : --------------------------- Utilisation directe ou indirecte (stockage) de l'eau dans la lutte contre les incendies. Dépollution : ------------- Dépollution d'un aquifère par prélèvement de l'eau contaminée par une pollution, éventuellement par injection préalable d'eau avant repompage. Embouteillage : --------------- Eau destinée à être mise en bouteille pour la consommation. Energie : --------- Utilisation des ressources énergétiques d'un aquifère (usage énergie non différentiable). Exhaure : --------- Eau évacuée des excavations souterraines telles que des mines et des carrières pour en éviter l'ennoiement. Géothermie : ------------ Utilisation des propriétés calorifiques d'un aquifère : géothermie de haute énergie (>180°C) ou de basse énergie (entre 30 et 100°C). Industrie : ----------- Usages industriels de l'eau non différentiables. Industrie (hors agro-alimentaire : process, lavage, vapeur...) : ---------------------------------------------------------------- Eau utilisée par l'industrie dans le procédé de production (hors agro-alimentaire), le nettoyage, la réfrigération. Irrigation : ------------ Eau à usage immédiat ou différé (stockage en retenue) nécessaire aux cultures pour leur croissance, et/ou à l'aspersion antigel des fruitiers et de la vigne. Loisirs : --------- Eau destinée à une utilisation ludique (parc d'attractions, lac artificiel aménagé pour le tourisme). Pas d'usage : ------------- L'absence d'usage peut être déclarée par un gestionnaire quand il a la connaissance qu'aucune exploitation du point d'eau n'est réalisée. Pisciculture : -------------- Eau servant au remplissage de bassins d'élevage piscicole. Pompe à chaleur, climatisation : -------------------------------- Utilisation des propriétés calorifiques de l'eau d'un aquifère (géothermie de très basse énergie :
1
1
http://id.eaufrance.fr/nsa/151

Le mnémonique de l'usage de l'eau au droit des points d'eau est un libellé associé à chaque usage possible de l'eau issue du point d'eau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Ce libellé est limité à 25 caractères ...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/MnUsageEau
MnUsageEau
Le mnémonique de l'usage de l'eau au droit des points d'eau est un libellé associé à chaque usage possible de l'eau issue du point d'eau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Ce libellé est limité à 25 caractères pour un usage dans des interfaces informatiques (écran, edition...). Nomenclature : Usages de l'eau au droit du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature inconnue ! Nature inconnue 1 ! Pas d'usage ! Pas d'usage 2 ! Agriculture - Elevage ! Agriculture - Elevage 2A ! Irrigation ! Irrigation 2B ! Abreuvage ! Abreuvage 2C ! Pisciculture ! Pisciculture 3 ! Industrie ! Industrie 3A ! Agro-alimentaire ! Agro-alimentaire 3B ! Industrie hors agro-alim.! Industrie (hors agro-alimentaire : process, lavage, vapeur...) 3C ! Exhaure ! Exhaure 4 ! AEP + usages domestiques ! AEP + usages domestiques 4A ! Alimentation collective ! Alimentation collective 4B ! Alimentation individuelle! Alimentation individuelle 5 ! Energie ! Energie 5A ! Pompe à chaleur, climat. ! Pompe à chaleur, climatisation 5B ! Géothermie ! Géothermie 6 ! Loisirs ! Loisirs 7 ! Embouteillage ! Embouteillage 8 ! Thermalisme ! Thermalisme 9 ! Thalassothérapie ! Thalassothérapie 10 ! Défense contre l'Incendie! Défense contre l'Incendie 11 ! Dépollution ! Dépollution 12 ! Réalimentation ! Réalimentation (de nappe, de cours d'eau) ---------------------------------------------------------------------- Abreuvage : ----------- Eau destinée à l'abreuvage des animaux de tous les types d'élevage (bovins, porcins, ovins, volailles, autres). AEP + usages domestiques : -------------------------- Utilisation pour l'alimentation en eau potable (sans pouvoir faire la distinction entre alimentation collective ou individuelle). Agriculture - Elevage : ----------------------- Tous les usages agricoles de l'eau autres qu'irrigation, abreuvage, pisciculture (par exemple : nettoyage des bâtiments d'élevage, dilution des produits à épandre : engrais, phyto-sanitaires...) et/ou usages agricoles non différentiables. Agro-alimentaire : ------------------ Eau utilisée par l'industrie agro-alimentaire nécessitant une qualité identique à l'AEP (produits d'origine végétale ou animale, boissons alcoolisées et non alcoolisées). Alimentation collective : ------------------------- Captage réservé à l'usage d'au moins deux familles ou de tout autre structure industrielle ou collective (commune, école, camping, colonie...). Alimentation individuelle : --------------------------- Captage réservé à l'usage d'une seule famille. Défense contre l'Incendie : --------------------------- Utilisation directe ou indirecte (stockage) de l'eau dans la lutte contre les incendies. Dépollution : ------------- Dépollution d'un aquifère par prélèvement de l'eau contaminée par une pollution, éventuellement par injection préalable d'eau avant repompage. Embouteillage : --------------- Eau destinée à être mise en bouteille pour la consommation. Energie : --------- Utilisation des ressources énergétiques d'un aquifère (usage énergie non différentiable). Exhaure : --------- Eau évacuée des excavations souterraines telles que des mines et des carrières pour en éviter l'ennoiement. Géothermie : ------------ Utilisation des propriétés calorifiques d'un aquifère : géothermie de haute énergie (>180°C) ou de basse énergie (entre 30 et 100°C). Industrie : ----------- Usages industriels de l'eau non différentiables. Industrie (hors agro-alimentaire : process, lavage, vapeur...) : ---------------------------------------------------------------- Eau utilisée par l'industrie dans le procédé de production (hors agro-alimentaire), le nettoyage, la réfrigération. Irrigation : ------------ Eau à usage immédiat ou différé (stockage en retenue) nécessaire aux cultures pour leur croissance, et/ou à l'aspersion antigel des fruitiers et de la vigne. Loisirs : --------- Eau destinée à une utilisation ludique (parc d'attractions, lac artificiel aménagé pour le tourisme). Pas d'usage : ------------- L'absence d'usage peut être déclarée par un gestionnaire quand il a la connaissance qu'aucune exploitation du point d'eau n'est réalisée. Pisciculture : -------------- Eau servant au remplissage de bassins d'élevage piscicole. Pompe à chaleur, climatisation : -------------------------------- Utilisation des propriétés calorifiques de l'eau d'un aquifère (géothermie de très basse énergie :
0
1
cct:TextType
25

Le libellé de l'usage de l'eau au droit des points d'eau est l'appellation explicite affectée à chaque usage possible de l'eau issue d'un point d'eau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Usages de...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/LbUsageEau
LbUsageEau
Le libellé de l'usage de l'eau au droit des points d'eau est l'appellation explicite affectée à chaque usage possible de l'eau issue d'un point d'eau tel que défini dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE. Nomenclature : Usages de l'eau au droit du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature inconnue ! Nature inconnue 1 ! Pas d'usage ! Pas d'usage 2 ! Agriculture - Elevage ! Agriculture - Elevage 2A ! Irrigation ! Irrigation 2B ! Abreuvage ! Abreuvage 2C ! Pisciculture ! Pisciculture 3 ! Industrie ! Industrie 3A ! Agro-alimentaire ! Agro-alimentaire 3B ! Industrie hors agro-alim.! Industrie (hors agro-alimentaire : process, lavage, vapeur...) 3C ! Exhaure ! Exhaure 4 ! AEP + usages domestiques ! AEP + usages domestiques 4A ! Alimentation collective ! Alimentation collective 4B ! Alimentation individuelle! Alimentation individuelle 5 ! Energie ! Energie 5A ! Pompe à chaleur, climat. ! Pompe à chaleur, climatisation 5B ! Géothermie ! Géothermie 6 ! Loisirs ! Loisirs 7 ! Embouteillage ! Embouteillage 8 ! Thermalisme ! Thermalisme 9 ! Thalassothérapie ! Thalassothérapie 10 ! Défense contre l'Incendie! Défense contre l'Incendie 11 ! Dépollution ! Dépollution 12 ! Réalimentation ! Réalimentation (de nappe, de cours d'eau) ---------------------------------------------------------------------- Abreuvage : ----------- Eau destinée à l'abreuvage des animaux de tous les types d'élevage (bovins, porcins, ovins, volailles, autres). AEP + usages domestiques : -------------------------- Utilisation pour l'alimentation en eau potable (sans pouvoir faire la distinction entre alimentation collective ou individuelle). Agriculture - Elevage : ----------------------- Tous les usages agricoles de l'eau autres qu'irrigation, abreuvage, pisciculture (par exemple : nettoyage des bâtiments d'élevage, dilution des produits à épandre : engrais, phyto-sanitaires...) et/ou usages agricoles non différentiables. Agro-alimentaire : ------------------ Eau utilisée par l'industrie agro-alimentaire nécessitant une qualité identique à l'AEP (produits d'origine végétale ou animale, boissons alcoolisées et non alcoolisées). Alimentation collective : ------------------------- Captage réservé à l'usage d'au moins deux familles ou de tout autre structure industrielle ou collective (commune, école, camping, colonie...). Alimentation individuelle : --------------------------- Captage réservé à l'usage d'une seule famille. Défense contre l'Incendie : --------------------------- Utilisation directe ou indirecte (stockage) de l'eau dans la lutte contre les incendies. Dépollution : ------------- Dépollution d'un aquifère par prélèvement de l'eau contaminée par une pollution, éventuellement par injection préalable d'eau avant repompage. Embouteillage : --------------- Eau destinée à être mise en bouteille pour la consommation. Energie : --------- Utilisation des ressources énergétiques d'un aquifère (usage énergie non différentiable). Exhaure : --------- Eau évacuée des excavations souterraines telles que des mines et des carrières pour en éviter l'ennoiement. Géothermie : ------------ Utilisation des propriétés calorifiques d'un aquifère : géothermie de haute énergie (>180°C) ou de basse énergie (entre 30 et 100°C). Industrie : ----------- Usages industriels de l'eau non différentiables. Industrie (hors agro-alimentaire : process, lavage, vapeur...) : ---------------------------------------------------------------- Eau utilisée par l'industrie dans le procédé de production (hors agro-alimentaire), le nettoyage, la réfrigération. Irrigation : ------------ Eau à usage immédiat ou différé (stockage en retenue) nécessaire aux cultures pour leur croissance, et/ou à l'aspersion antigel des fruitiers et de la vigne. Loisirs : --------- Eau destinée à une utilisation ludique (parc d'attractions, lac artificiel aménagé pour le tourisme). Pas d'usage : ------------- L'absence d'usage peut être déclarée par un gestionnaire quand il a la connaissance qu'aucune exploitation du point d'eau n'est réalisée. Pisciculture : -------------- Eau servant au remplissage de bassins d'élevage piscicole. Pompe à chaleur, climatisation : -------------------------------- Utilisation des propriétés calorifiques de l'eau d'un aquifère (géothermie de très basse énergie :
0
1
cct:TextType
250

La définition de l'usage de l'eau au droit des points d'eau précise pour chaque usage possible de l'eau issue du point d'eau décrit dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, la signification précise de chaque occurence. Nomenclatur...

http://id.eaufrance.fr/ddd/PTE/1.0/DefUsageEau
DefUsageEau
La définition de l'usage de l'eau au droit des points d'eau précise pour chaque usage possible de l'eau issue du point d'eau décrit dans la nomenclature suivante administrée par le SANDRE, la signification précise de chaque occurence. Nomenclature : Usages de l'eau au droit du point d'eau / PEZ / 2000 - 1 ---------------------------------------------------------------------- Code ! Mnémonique ! Libellé ---------------------------------------------------------------------- 0 ! Nature inconnue ! Nature inconnue 1 ! Pas d'usage ! Pas d'usage 2 ! Agriculture - Elevage ! Agriculture - Elevage 2A ! Irrigation ! Irrigation 2B ! Abreuvage ! Abreuvage 2C ! Pisciculture ! Pisciculture 3 ! Industrie ! Industrie 3A ! Agro-alimentaire ! Agro-alimentaire 3B ! Industrie hors agro-alim.! Industrie (hors agro-alimentaire : process, lavage, vapeur...) 3C ! Exhaure ! Exhaure 4 ! AEP + usages domestiques ! AEP + usages domestiques 4A ! Alimentation collective ! Alimentation collective 4B ! Alimentation individuelle! Alimentation individuelle 5 ! Energie ! Energie 5A ! Pompe à chaleur, climat. ! Pompe à chaleur, climatisation 5B ! Géothermie ! Géothermie 6 ! Loisirs ! Loisirs 7 ! Embouteillage ! Embouteillage 8 ! Thermalisme ! Thermalisme 9 ! Thalassothérapie ! Thalassothérapie 10 ! Défense contre l'Incendie! Défense contre l'Incendie 11 ! Dépollution ! Dépollution 12 ! Réalimentation ! Réalimentation (de nappe, de cours d'eau) ---------------------------------------------------------------------- Abreuvage : ----------- Eau destinée à l'abreuvage des animaux de tous les types d'élevage (bovins, porcins, ovins, volailles, autres). AEP + usages domestiques : -------------------------- Utilisation pour l'alimentation en eau potable (sans pouvoir faire la distinction entre alimentation collective ou individuelle). Agriculture - Elevage : ----------------------- Tous les usages agricoles de l'eau autres qu'irrigation, abreuvage, pisciculture (par exemple : nettoyage des bâtiments d'élevage, dilution des produits à épandre : engrais, phyto-sanitaires...) et/ou usages agricoles non différentiables. Agro-alimentaire : ------------------ Eau utilisée par l'industrie agro-alimentaire nécessitant une qualité identique à l'AEP (produits d'origine végétale ou animale, boissons alcoolisées et non alcoolisées). Alimentation collective : ------------------------- Captage réservé à l'usage d'au moins deux familles ou de tout autre structure industrielle ou collective (commune, école, camping, colonie...). Alimentation individuelle : --------------------------- Captage réservé à l'usage d'une seule famille. Défense contre l'Incendie : --------------------------- Utilisation directe ou indirecte (stockage) de l'eau dans la lutte contre les incendies. Dépollution : ------------- Dépollution d'un aquifère par prélèvement de l'eau contaminée par une pollution, éventuellement par injection préalable d'eau avant repompage. Embouteillage : --------------- Eau destinée à être mise en bouteille pour la consommation. Energie : --------- Utilisation des ressources énergétiques d'un aquifère (usage énergie non différentiable). Exhaure : --------- Eau évacuée des excavations souterraines telles que des mines et des carrières pour en éviter l'ennoiement. Géothermie : ------------ Utilisation des propriétés calorifiques d'un aquifère : géothermie de haute énergie (>180°C) ou de basse énergie (entre 30 et 100°C). Industrie : ----------- Usages industriels de l'eau non différentiables. Industrie (hors agro-alimentaire : process, lavage, vapeur...) : ---------------------------------------------------------------- Eau utilisée par l'industrie dans le procédé de production (hors agro-alimentaire), le nettoyage, la réfrigération. Irrigation : ------------ Eau à usage immédiat ou différé (stockage en retenue) nécessaire aux cultures pour leur croissance, et/ou à l'aspersion antigel des fruitiers et de la vigne. Loisirs : --------- Eau destinée à une utilisation ludique (parc d'attractions, lac artificiel aménagé pour le tourisme). Pas d'usage : ------------- L'absence d'usage peut être déclarée par un gestionnaire quand il a la connaissance qu'aucune exploitation du point d'eau n'est réalisée. Pisciculture : -------------- Eau servant au remplissage de bassins d'élevage piscicole. Pompe à chaleur, climatisation : -------------------------------- Utilisation des propriétés calorifiques de l'eau d'un aquifère (géothermie de très basse énergie :
0
1
cct:TextType
Haut